Métiers du social : des recrutements constants

Laure Martin • mis à jour le
DOSSIER : Les métiers du social

La France compte 1,2 million de travailleurs sociaux. Départs à la retraite des professionnels, précarité, besoins sociaux nouveaux... : les recrutements sont constants. Zoom sur ces métiers et les diplômes exigés par les employeurs pour les exercer.

Social

Les secteurs de la petite enfance, de la dépendance, du handicap et des personnes en difficulté sociale sont les principaux débouchés des professionnels du travail social. Chargés d’accompagner les populations fragilisées vers l’autonomie et de faciliter leur réinsertion, ces professionnels du social sont employés par les collectivités locales, l’Etat, les organismes de protection sociale et les associations. Ils interviennent dans les services sociaux, les hôpitaux, les centres de protection maternelle et infantile, les prisons, etc.

Le handicap et la prise en charge des personnes âgées sont particulièrement créateurs d'emplois, et ils le seront de plus en plus, du fait du vieillissement de la population.

 

Le secteur social de la fonction publique : une quinzaine de métiers

Dans le secteur public, les métiers du social existent dans 4 grands secteurs :

  1. l’aide sociale (assistant de service social, conseiller en économie sociale et familiale, technicien de l’intervention sociale et familiale, etc.),
  2. l’éducation spécialisée (éducateur spécialisé, éducateur de jeunes enfants, moniteur éducateur, etc.),
  3. l’animation (animateur, directeur de centre de loisirs, etc.)
  4. et le travail à domicile (auxiliaire de vie sociale, etc.).

 

Les 13 diplômes et métiers du travail social sont définis par le code de l'action sociale et des familles.

 

1. Le diplôme d’État d’accompagnant éducatif et social, spécialité accompagnement à l'éducation inclusive et à la vie ordinaire 

  • DE de niveau V (BEP-CAP)
  • Le DE accompagnant éducatif et social atteste des compétences nécessaires pour réaliser un accompagnement social quotidien, visant à compenser les conséquences d'un handicap, quel qu'il soit, et à permettre à la personne de définir et de mettre en oeuvre son projet de vie. La spécialité "Accompagnement à l'éducation inclusive et à la vie ordinaire" atteste des compétences nécessaires pour faciliter, favoriser et participer à l'autonomie des enfants, adolescents et des jeunes adultes en situation de handicap dans les activités d'apprentissage, et les activités culturelles, sportives, artistiques et de loisirs.
  • Il remplace, depuis 2016, les diplômes d'aide médico-psychologique et d'auxiliaire de vie sociale.
Références

> Voir les offres d'emploi

 

2. Le diplôme d’État d’assistant familial (AF)

  • Formation en alternance de niveau V (BEP-CAP)
  • Le DE d'assistant familial forme des professionnels capables de recueillir, à titre permanent, des enfants en détresse (ou de jeunes majeurs de 18 à 21 ans), placées chez lui au titre de l'aide sociale à l'enfance ou au titre d'une prise en charge médico-sociale ou thérapeutique. Il leur apporte les soins et les repères éducatifs nécessaires. Accueil qui nécessite l'agrément du conseil général.

> Voir les offres d'emploi

 

3. Le diplôme d’État de technicien de l’intervention sociale et familiale (TISF)

  • Diplôme d'Etat de niveau IV (bac)
  • Les TISF interviennent auprès de familles en difficulté ou de personnes âgées ou handicapées pour les aider à prendre en charge les gestes de la vie quotidienne. prendre en charge les gestes de la vie quotidienne. Ces travailleurs sociaux les amènent ainsi à plus d'autonomie, l'objectif étant de faciliter leur insertion sociale. 

Voir les offres d'emploi

 

4. Le diplôme d’État de moniteur éducateur (ME)

  • DE de niveau IV (bac)
  • Le moniteur éducateur accompagne les enfants, ados ou adultes en difficulté, handicapés ou en situation de dépendance. Il les aide à instaurer, restaurer ou préserver leur adaptation sociale et leur autonomie.
  • A noter : ils travaillent principalement dans le secteur privé associatif (internats, foyers, externats, centres d'aide par le travail, maisons d'accueil spécialisées, instituts médico-éducatifs).

Voir les offres d'emploi

 

5. Le diplôme d’État d’assistant de service social (DEASS)

  • DE de niveau bac+2
  • Les assistants de service social aident, à travers une approche globale, des personnes, familles et groupes à s'adapter et à s'insérer dans la vie quotidienne et professionnelle. Dans une équipe pluridisciplinaire, ils contribuent aux actions de prévention, d'expertise et de lutte contre l'exclusion.
  • Ils sont principalement recrutés par les collectivités territoriales (département et communes), Etat, établissements publics,  organismes de protection sociale (sécurité sociale, allocations familiales, retraites),  associations du secteur sanitaire et social.
> Voir les offres d'emploi

 

6. Le diplôme d’État d’éducateur spécialisé (ES)

  • DE de niveau II (bac+3 et 4)
  • Ce diplôme remplace le DE du même nom. La première session d'examen est prévue en 2021.

Références :

Voir les offres d'emploi

 

7. Le diplôme d’État d’éducateur de jeunes enfants (EJE)

Références

Voir les offres d'emploi

 

8. Le diplôme d’État d’éducateur technique spécialisé (ETS)

  • DE de niveau bac +2
  • L'éducateur technique spécialisé assure un accompagnement éducatif des personnes présentant un handicap ou des difficultés sociales ou économiques par l'encadrement d'activités techniques
  • Formation rénovée : première habilitation en 2018 et première session d'examen prévue en 2021.

Référence

Voir les offres d'emploi

 

9. Le diplôme d’État de conseiller en économie sociale familiale (CESF)

  • DE de niveau II (bac + 3 et 4)
  • Le conseiller en économie sociale familiale accompagne, dans une démarche éducative et sociale globale, des personnes, des groupes ou des familles dans les domaines de la vie quotidienne.
  • Formation rénovée : première habilitation en 2018 et première session d'examen prévue en 2019.
Référence 

Voir les offres d'emploi

 

10. Le diplôme d’État de médiateur familial (MF)

  • DE de niveau II (bac + 3 et 4)
  • Le médiateur familiale oeuvre pour la paix des familles et en leur sein. Il intervient dans les cas  de conflits liés aux divorces et aux séparations, dans les conflits  de fratrie à l'occasion d'un héritage, etc.

Références

> Voir les offres d'emploi

 

11. Le certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale (Caferuis)

  • Certificat de niveau II (bac + 3 et 4)
  • Le titulaire du Caferuis est un cadre du secteur social et médico-social. Il encadre une équipe et pilote des actions engagées auprès des usagers. Il exerce principalement dans les établissements et services sociaux et médicosociaux, dans les collectivités territoriales et les équipes socio-éducatives des établissements de santé.

Voir les offres d'emploi

 

12. Le certificat d’aptitude aux fonctions de directeur d’établissement ou de service d’intervention sociale (Cafdes)

  • Certificat de niveau I (bac + 5 et plus)
  • Cinq grandes missions pour ce directeur : définir et conduire l'intervention sociale, le projet d'établissement ou service, gestion RH, économique et financière, technique et logistique.

Références

Voir les offres d'emploi

 

13. Le diplôme d’État d’ingénierie sociale (DEIS)

  • DE de niveau I (bac + 5 et plus)
  • Chargé de mission, chargé d'études ou conseiller technique, manager de haut niveau, le titulaire du DEIS est un spécialiste des politiques sociales, de l'action sociale et médico-sociale.

Références

Voir les offres d'emploi

 

Dans la fonction publique, en particulier territoriale, les métiers du social et ceux de l’animation ne relèvent pas de la même filière. C'est pourquoi les métiers de l’animation et de la jeunesse sont traités dans un autre dossier d’Emploipublic.fr.

Le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) distingue 12 métiers dans le social et 11 métiers dans l’animation et l’éducation.

L’intervention sociale en pleine mutation

Depuis une quinzaine d’années, l’action sociale fait l'objet d'une activité législative importante, avec quasiment une nouvelle loi par an, soit introduisant un nouveau dispositif, soit modifiant la réglementation dans le secteur.

  • la loi du 1er décembre 1988 relative au revenu minimum d’insertion (RMI, allocation dont la gestion sera confiée aux départements par la loi du 18 décembre 2003),
  • la loi du 24 janvier 1997 instituant une prestation spécifique dépendance pour les personnes âgées (PSD) ensuite remplacée par l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) instaurée par la loi du 20 juillet 2001,
  • la loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale,
  • la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales (dite Acte II de la décentralisation),
  • la loi "handicap" du 11 février 2005,
  • les trois lois du 5 mars 2007 (protection de l’enfance, protection juridique des majeurs, prévention de la délinquance),
  • la loi du 1er décembre 2008 généralisant le revenu de solidarité active (RSA) et réformant les politiques d’insertion,
  • la loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l'emploi. Ce texte crée une prime d'activité, qui remplace le RSA d'activité et la prime pour l'emploi depuis le 1er janvier 2016.

Toutes ces réformes ont modifié les missions des travailleurs sociaux et leur façon de travailler. S’y sont ajoutées des modifications organisationnelles liées aux vagues de décentralisation successives et une place croissante donnée aux notions d’évaluation, de démarche qualité, de performance…

Ces dix dernières années ont été caractérisées par le nombre croissant de publics de plus en plus fragilisés (personnes isolées, travailleurs pauvres, sans domicile fixe, demandeurs d’asile, familles monoparentales, ménages endettés, jeunes en rupture familiale…), que les travailleurs sociaux sont amenés à accompagner et par des défis majeurs à relever, à l’image de la prise en charge de la perte d’autonomie.

  • Références
  • "Du travailleur social au travail social dans les collectivités", étude commandée par le CNFPT, l'Association nationale des directeurs d'action sociale des départements, l'association des directeurs généraux des grandes collectivités et l'Association nationale des cadres communaux de l'action sociale, rapport rédigé par les élèves administrateurs territoriaux, septembre 2014, "La Gazette des communes", suppl., 16/03/2014
  • Reconnaître et valoriser le travail social, rapport de Bernadette Bourguignon, députée, septembre 2015

Dossier du mois

concours-ville-paris

Concours de la Ville de Paris

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK