Enquêtes carrières Universum : les moins diplômés ciblent le secteur public

Laure Martin • mis à jour le
DOSSIER : Connaître la fonction publique

Selon une enquête d'Universum, les jeunes diplômés jusqu'à bac+3 préféreraient travailler dans le secteur public. Au-delà, ils n'ont d'yeux que pour le privé... Que tirer de cet enseignement ?

Enquête, sondage, note

Le groupe Universum a mené deux études sur les aspirations professionnelles des candidats issus de BTS, DUT et licences professionnelles et sur les grandes tendances de carrière des étudiants des écoles de commerce et d’ingénieurs. Il ressort de ces enquêtes que les entreprises de la fonction publique figurent plus souvent en tête de liste des étudiants ayant suivi des formations courtes que chez les futurs cadres." 

L'armée, un "employeur de rêve" pour les bac+2 et licences pro

Parmi les dix employeurs "de rêve" des étudiants issus de BTS, DUT et licences professionnelles, l’armée de terre et l’armée de l’air arrivent respectivement en 6e et en 9e position dans le palmarès des employeurs "de leur rêve". "Est-ce l’armée ou la fonction publique qui les attirent le plus ? La question se pose, reconnaît Aurélie Robertet, directrice de France Universum. >> Pour découvrir les métiers de l'armée, lire aussi Militaires et civil, les métiers de l'armée et pour voir les emplois dans le secteur de la sécurité, c'est par ici !

 

Les entreprises de la fonction publique attirent davantage les étudiants ayant suivi des formations courtes.

Pourquoi les moins diplômés préfèrent le secteur public au secteur privé

La peur du chômage

Le secteur public est plus prisé par les titulaires d’un BTS ou d’un DUT, "car ces jeunes n’ont pas la même confiance en termes d’employabilité que ceux ayant un bac+5", analyse Aurélie Robertet. 

"Tout ce qui tourne autour de la sécurité de l’emploi fait partie de leur priorité, poursuit la directrice d'Universum. Dans notre sondage, il apparaît que les bac+2 recherchent plus souvent des entreprises qui vont leur assurer une stabilité professionnelle. En revanche, les bac+5 sont plus sereins. Ils savent que si cela ne fonctionne pas dans une entreprise, ils pourront trouver un autre emploi assez facilement."

Sécurité de l'emploi et mobilité 

La stabilité n'est pas vraiment une spécialité du secteur public, si l'on entend par "stabilité" un certain immobilisme. Dans le secteur public, on peut être muté dans une autre ville, être détaché sur un autre poste, changer d'emploi sans changer de recruteur ! La "mobilité" est  une quasi-institution dans l'armée, et heureusement, car il est rare d'y mener toute sa carrière, sauf exceptions.

Depuis plusieurs années, le secteur public se rapproche du secteur privé. Que l'on parle des rémunérations et des retraites des fonctionnaires ou encore de l'évaluation de la valeur professionnelle des agents publics, comme du recrutement, les différences avec le secteur privé ne cessent de s'amenuiser. 

Pour le recrutement, par exemple, on constate une part de plus en plus importante d'embauches sous contrat, mais aussi des recrutements sur des postes de fonctionnaire, sans passer par la case concours.

 

Par ailleurs, la sécurité de l'emploi n'est pas absolue. Les fonctionnaires auteurs de fautes professionnelles ou qui font preuve insuffisance professionnelle, par exemple, peuvent être licenciés. Et lorsque cela survient avant la retraite, les conséquences peuvent être plus terribles, financièrement, que dans le privé !

 

Choisir la fonction publique pour oeuvrer concrètement dans l'intérêt général

De nombreux fonctionnaires ont choisi leur métier par passion, une passion dont les valeurs d'intérêt général sont souvent un ingrédient essentiel. C'est le cas de Brigitte, par exemple, relieur-doreur aux Archives, ou encore de Marie, de la DGCCRF, qui veille sur la santé des consommateurs, et de bien d'autres. On ne compte pas les agents publics qui disent leur satisfaction à voir les effets concrets de leur travail sur la vie de leurs concitoyens, ce qui ne serait pas le cas dans le secteur privé !

Des emplois pour les moins diplômés : les emplois de "catégorie C"

Les agents des  collectivités territoriales, intercommunalités et nombre d'établissements publics locaux, relèvent majoritairement de la catégorie C sont majoritaires. Or, les agents de catégorie C sont ceux qui exercent les métiers accessibles sans diplôme ou à un niveau CAP-BEP, en théorie, le bac en réalité. Or avec les départs à la retraite, de nombreux postes sont ou seront bientôt disponibles. 

Pour ces postes, le recrutement, le concours n'est pas obligatoire dans tous les cas. Cela est vrai dans les deux autres fonctions publiques, celle de l'Etat et l'hospitalière, mais les postes de catégorie C n'y sont pas majoritaires. La fonction publique de l'Etat, par exemple, recherche davantage de cadres et cadres supérieurs. 

 

Les secteurs de la fonction publique qui leur font envie

Revenons aux sondages d'Universum, selon lesquels, en 2016, seuls 2% des bac+5 s’intéressaient au secteur public, contre 8 % des bac+2 et bac+3. Ces derniers ne visent pas les mêmes secteurs d’activité et rêvent de médias, de tourisme, de loisirs, de service à la santé et... du secteur public. Au-delà de l’armée, EDF, la SNCF et la RATP arrivent en tête du classement.

"Néanmoins, cette année, 4% des diplômés des grandes écoles s’intéressent au secteur public, souligne Aurélie Robertet. C’est le secteur qui a enregistré la progression la plus flagrante, avec les secteurs bancaire et de l’audit." Peut-être est-ce un premier frémissement, liées aux évolutions citées plus haut et que la réforme annoncée de la fonction publique pourrait accélérer.

Les enquêtes carrières d'Universum

Universum est une entreprise créée en 1988 qui s'est spécialisée dans la marque "employeur". Elle a interrogé, via son enquête carrière, 2.096 étudiants et 6.004 étudiants expérimentés en France issus de filières DUT, BTS et licences professionnelles, entre octobre 2016 et mai 2017, les étudiants ayant une moyenne d’âge de 21 ans et les expérimentés (au moins une année d’expérience professionnelle en entreprise) de 34 ans. Au total, 37.902 étudiants de grandes écoles de commerce et d’ingénieurs en France ont répondu en 2018. 

 

Dossier du mois

Les chiffres clés de la fonction publique en 2014

La fonction publique en chiffres - 2014

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK