Devenir relieur-doreur aux Archives

Laure Martin • mis à jour le
DOSSIER : Culture, communication, patrimoine

Brigitte a découvert la reliure chez un artisan relieur qui lui a appris son métier. Depuis 35 ans, elle vit sa passion dans la fonction publique. Mais comment a-t-elle fait?

Reliure
"L’une de mes amies ne faisait que me parler de son métier de relieuse, se rappelle Brigitte Bilheu. Sa passion m’a donné envie d’en savoir plus. Alors, entre deux années universitaires à la faculté d’anglais de Rennes, j’ai demandé au patron de cette amie, un artisan, s’il voulait bien me prendre en stage pendant mes vacances. A l’issue des deux semaines, comme l’un de ses employés partait, il m’a proposé de rester." C'est ainsi que Brigitte Bilheu a trouvé son métier de cœur et a décidé de passer son CAP Art de la reliure en candidate libre.
 
"80% des clients d’un artisan sont des administrations comme les hôpitaux, La Poste ou les tribunaux, rapporte Brigitte Bilheu. Le reste, ce sont des bibliophiles, des particuliers qui donnent des ouvrages à restaurer." Et d’ajouter : "Chez cet artisan, je faisais de la reliure artisanale, je débrochais les livres, les nettoyais, les reliais puis les couvrais, j’allais jusqu’à la finition."
 

De la reliure artisanale à la reliure dans un service des archives

Après avoir exercé son métier de relieur pendant cinq ans chez cet artisan, elle décide de passer le concours d’Etat au ministère de la Culture. Etant bien classée, après une formation d'archiviste aux Archives nationales, elle choisit de rejoindre les Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, en 1982, pour revenir dans sa région d’origine.
 
 

Aux Archives, le rôle de la relieuse est de faire en sorte que le livre se conserve dans le temps et qu’il soit communicable aux lecteurs. 

 
A titre d’exemple, le journal "Ouest France"dispose de nombreuses éditions locales retranscrites sur une page simple, mais celles-ci ne sont pas communicables au public. Le travail de Brigitte Bilheu est donc de relier le tout. Elle relie également des documents administratifs et s’occupe des livres du patrimoine. Valoriser un livre peut lui prendre 6 heures, voire le double, suivant l’état de l'ouvrage.
"Lorsque je dois relier un livre broché, je vais l’étudier pour savoir comment je vais travailler, puis je le désosse, j’enlève les couvertures, le nettoie pour enlever la colle, refais une couture différente et le couvre avec un matériau soit végétal (toile) ou animal (cuir)."
"Si je défais un livre, précise-t-elle, c’est qu’il est abîmé. Mon rôle est de tout faire pour le conserver en le protégeant des éléments dégradants comme la poussière, la lumière, les insectes ou la pollution. Un livre broché abîmé ne peut pas être rebroché, sinon, ce serait du bricolage, et cela ne tiendrait pas dans le temps."
 

Devenir relieur-doreur : 4 niveaux de formation

  • Après le collège, passer un CAP Art de la reliure (diplôme de niveau I). C'est le minimum. Vous pouvez poursuivre votre formation et obtenir le brevet des métiers d’art (BMA), art de la reliure et de la dorure (diplôme de niveau IV).
  • Autres voies possibles : passer un bac technologique Sciences et technologie du design et des arts appliqués (STD2A) et rejoindre l'école Estienne, à Paris, ou l’école de Lisieux pour préparer un diplôme des métiers d'art (DMA), arts graphiques, option reliure-dorure (niveau III), ou encore obtenir le diplôme supérieur d'arts décoratifs, option objet et communication visuelle de l'Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg (niveau II).

 

Restauration d'ouvrages et retour aux premières amours

Dans sa carrière, Brigitte Bilheu a également été amenée à faire de la restauration. "C’est un travail différent, qui consiste à réparer des documents manuscrits ou iconographiques avec des matériaux neutres afin de ne pas altérer le document dans le temps", souligne-t-elle.
Aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, pour des raisons organisationnelles, Brigitte s’est dédiée à la restauration pendant 20 ans environ, la reliure étant externalisée.
 
"Nous avons le plus vieux registre d’état civil de France et les documents partaient en poussière, se rappelle-t-elle. Nous devions les restaurer. " Et de conclure : "Mais lorsque l’on m’a dit, il y a une dizaine d’années, que nous allions refaire de la reliure, j’étais ravie de pouvoir revenir à mon premier amour."
 

Technicien d'art, relieur dans la fonction publique de l'Etat : concours de recrutement

Le ministère de la Culture peut organiser des concours de recrutement de techniciens d'art, métiers du papier, spécialité "relieur". Les missions du technicien d'art de l'Etat sont définies par l'article 5 du décret du 16 février 2012. Si vous recherchez un emploi dans le secteur culturel, voir aussi les offres d'emploi publiées sur Emploipublic.fr.

 

 
 

Dossier du mois

concours-ville-paris

Concours de la Ville de Paris

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK