9.000 emplois dans la police et la gendarmerie d'ici à 2017

La Rédaction • mis à jour le
DOSSIER : Les métiers de la sécurité

Les recrutements des policiers et gendarmes sont inscrits dans trois plans pluriannuels. Bernard Cazeneuve l’a réaffirmé lors de sa visite au commissariat du 20e arrondissement, le 29 février 2016. Le Premier ministre, alors ministre de l'Intérieur, a aussi détaillé le plan BAC-PSIG 2016 dans l'agglomération parisienne.

gign-r-potocki-flickrcc

 "Depuis 2012, le gouvernement a consenti un effort national sans précédent sur le plan des recrutements au sein de la police et de la gendarmerie nationales", annonce le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, le 29 février 2016, à Paris, en présentant le plan BAC-PSIG 2016.  "Nous avons recommencé à remplacer tous les départs à la retraite, déclare-t-il, et nous avons créé près de 500 emplois nouveaux par an, dans les deux forces. A cette politique de fond, nous avons également ajouté 3 plans pluriannuels."

Focus

Police municipale : au top des métiers qui recrutent

  • Le métier de policier municipal arrive en tête du top 10 des métiers proposés au premier trimestre 2016, selon le baromètre trimestriel des bourses de l’emploi public local, publié par "La Gazette", en partenariat avec la Fédération nationale des centres de gestion (FNCDG) et l’Association nationale des directeurs et directeurs adjoints de CDG (ANDCDG).  Au premier trimestre 2016,12 766 offres d'emploi ont été publiées sur les bourses des centres de gestion de la fonction publique territoriale.Un chiffre en hausse de 8,7 %, par rapport au premier trimestre 2015.

 

 

Police nationale: renforts en effectifs, renforts en matériels

Face aux attaques terroristes, les BAC et les PSIG doivent pouvoir intervenir le plus rapidement possible en renfort des premières patrouilles engagées, notamment lorsque nous sommes confrontés à des tueries de masse. La mise en œuvre du plan BAC-PSIG s’intègre dans le cadre d’une réflexion plus large permettant d’anticiper les situations les plus graves. "J’ai ainsi demandé, explique le ministre, en décembre dernier, au préfet de police et aux directeurs généraux de la police et de la gendarmerie de travailler à la mise en œuvre d’une doctrine partagée qui définirait avec précision le rôle joué par les primo-intervenants, ainsi que la façon dont ces derniers se coordonnent avec les forces d’intervention spécialisées."

Focus

Un schéma national de coordination des forces d’intervention GIGN, RAID et BRI

Par ailleurs, l’Unité de coordination des forces d’intervention (UCOFI) a travaillé, sur la base d’un mandat commun que le ministre a confié au préfet de police, et aux directions de la police et de la gendarmerie nationale, à l’élaboration d’un schéma national de coordination des forces d’intervention GIGN, RAID et BRI. Les conclusions de ces travaux lui seront bientôt remises.

"Je ne saurais trop insister sur l’importance de ces réflexions pour que chaque service puisse gagner en efficacité dans sa zone de compétence ou dans son domaine d’excellence, et que par là même nous puissions, pour assurer la protection des Français, renforcer notre couverture de l’ensemble du territoire. Il en va tout simplement de la sécurité de la France", souligne le ministre de l'Intérieur.

> Le Raid est chargé de la gestion de situation de crise, évidemment, mais aussi de la lutte antiterroriste, d’opérations de filature, du renseignement…

> La BRI, plus connue sous le nom d’antigang, est l’une des brigades centrales de la Direction de la police judiciaire parisienne.

> Le Groupe d’intervention de la police nationale (GIPN) intervient en cas d’acte de terrorisme, de prise d’otages, de retranchement de malfaiteurs ou de forcenés, de mutinerie de détenus ou dans des situations potentiellement dangereuses, comme les escortes de certains détenus, les extractions, la sécurisation de procès pénal à risque en raison de la personnalité de l’accusé ou du contexte de l’affaire jugée, le service d’ordre lors de la présence d’une haute personnalité ou de menace particulièrement importante.

Pour pouvoir intégrer le Raid, le GIPN ou la BRI, il faut :

  • être policier titulaire,
  • avoir 5 années d’ancienneté,
  • être âgé de moins de 40 ans pour les policiers du corps d’encadrement et d’application (CEA), moins de 45 ans pour les officiers de police,
  • et satisfaire à des tests d’aptitude physique, médicaux et psychotechniques.

> > Pour en savoir plus, lire : RAID, BRI, GIPN : qui sont ces policiers d’élite ?

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Source : chiffres du ministère de l’Intérieur

Dossier du mois

Les chiffres clés de la fonction publique en 2014

La fonction publique en chiffres - 2016

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article