Scolarité dès 3 ans : 800 postes de plus dans les maternelles

DOSSIER : Les métiers de la petite enfance

L'instruction est désormais obligatoire dès l'âge de 3 ans. D'où la création de 800 postes dans les écoles maternelles pour accueillir environ 26.000 enfants supplémentaires, annonce le gouvernement. Les communes doivent ainsi recruter des agents territoriaux des écoles maternelles (Atsem), et du personnel pour l'entretien des locaux... 

Petite enfance

Dans son discours d'ouverture aux Assises de la maternelle à Paris, le 27 mars 2018, le président Emmanuel Macron a annoncé que l'instruction sera obligatoire dès l’âge de 3 ans dès la rentrée scolaire 2019. Jusqu'alors, et depuis 1959, cette obligation concernait tous les enfants de 6 ans (entrée au CP) à 16 ans. 

On donne un signal extrêmement important; c'est aussi une reconnaissance des missions et des personnels de l'école maternelle [ministère de l'Education]

800 postes en plus dans les maternelles : des recrutements, mais dans quels métiers ?

Le gouvernement prévoit la création de 800 postes supplémentaires dans les écoles maternelles, sans préciser la répartition géographique de ces derniers. 

Enseignants, Atsem, animateurs du périscolaire et personnel d'entretien 

Rien d'officiel encore sur les métiers concernés par les recrutements. Mais il s'agira vraisemblablement d'agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem) et de personnel pour l'entretien des locaux. Emmanuel Macron a d'ailleurs souligné et salué, lors des Assises de la maternelle, le rôle essentiel des Atsem, dont le métier a récemment été revalorisé.

Aujourd'hui, la plupart des Atsem sont des agents contractuels des collectivités territoriales. Les créations de postes liées à l'obligation d'instruction dès 3 ans pourrait accélérer la titularisation des Atsem contractuels, mais rien n'est encore décidé.

On rappelle que pour devenir Atsem fonctionnaire, il faut réussir un concours (concours interne pour les agents publics, concours externe sinon). Et que la formation du CAP Petite enfance, récemment réformée, est une bonne préparation à ce concours. 

>> Lire Le CAP Petite enfance, un bon plan pour qui ?,

>> Consulter la fiche synthétique du concours externe Atsem

Par ailleurs, si, comme le dit le gouvernement, un certain nombre d'enfants de 3 ans scolarisés ne fréquentent l'école que le matin, une obligation de fréquentation portant sur la journée entière impliquera de recruter des animateurs périscolaires,  pour s'occuper des petits l'après-midi. Ces animateurs sont également recrutés et rémunérés par les collectivités territoriales. Là encore, il s'agit souvent d'emplois sous contrat, souvent à temps non complet.

 

Où, en France, ces postes seront-ils créés ? 

Il est encore bien trop pour le dire. De fait, la quasi-totalité des enfants de 3 ans (97%) fréquent déjà la maternelle (données 2015-2016, derniers chiffres disponibles), selon la DEPP, le département statistique du ministère de l'Education. La scolarisation obligatoire à 3 ans implique donc la prise en compte des quelque 3% restants,  soit 26.000 enfants environ. 

Le taux de scolarisation des enfants de 3 ans varie suivant les territoires. De 87% en Corse et un peu supérieur à 93% à Paris, ce taux est plus faible en outre-mer. Il frôle 70% en Guyane et à Mayotte. Et dans les zones où l'école maternelle n'est pas jugée indispensable, ce taux peut être encore bas. 

Logiquement, c'est dans les territoires où les taux d'inscription sont les plus faibles que ces postes seront créés.

 

Rappel - Le taux de scolarisation des enfants de 3 ans est le rapport entre le nombre d’élèves de 3 ans et le nombre estimé d’enfants du même âge. La population des enfants de 3 ans dans un département à la rentrée 2019 est estimée par le vieillissement des naissances domiciliées de l’année 2016 et en faisant l’hypothèse que les taux de mortalité par âge et les soldes migratoires départementaux restent constants. 

Charge financière de l'instruction obligatoire dès 3 ans : les collectivités territoriales s'interrogent

Les élus des collectivités territoriales se disent ravis de voir l'école maternelle enfin reconnue à sa juste valeur, symboliquement... Mais ils interrogent le gouvernement sur la répartition de la charge financière qui risque de peser pour l'essentiel sur elles. D'autant plus, que ce coût pourrait se révéler beaucoup plus élevé, sauf modification de la loi Debré de 1959 sur les écoles privées sous contrat. Cette loi prévoit en effet que les municipalités participent dans les mêmes proportions aux frais de scolarité pour les enfants de leurs communes, qu’ils soient dans des écoles publiques ou privées sous contrat.Jusqu'à présent, le forfait communal couvrant les frais de fonctionnement des écoles privées ne concernait pas les écoles maternelles privées sous contrat. Mais qu'en sera-t-il demain? > Sur ce sujet, lire Instruction obligatoire dès 3 ans: à quoi doivent s'attendre les communes? sur le site de LaGazette.fr 

 

Ces offres d'emploi peuvent vous intéresser...

> Voir les offres Encadrement, emplois, jeunesse

 

J.K.

Offres d’emploi en lien avec l’article

CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L'AUBE

Responsable socio-éducatif (H/F)

Titulaire, Contractuel, CDD | 09/08/2019 | CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L'AUBE

CONSEIL DEPARTEMENTAL D'INDRE ET LOIRE
         

  

 

 

 

 

Au sein de la Direction de l’Autonomie (120 agents) dont les missions sont :

-d’assurer la convergence des politiques publiques en faveur des personnes en situation de perte d’autonomie du fait de l’âge ou du handicap, de fluidifier l’accès aux services et aux droits des personnes âgées dépendantes et aux personnes souffrant de handicap;

-de proposer une organisation de la direction et des services qui garantisse une mise en œuvre articulée des politiques publiques concernées;

-de garantir des modalités de gouvernance adaptées et évolutives aux politiques publiques conduites;

-de gérer les moyens humains dans une logique de gestion prévisionnelle des effectifs et des compétences et les ressources financières dans un cadre renouvelé de contrôle de gestion.

 

Votre rôle s’articulera de la façon suivante :

 

1)    En tant que Directeur(trice) adjoint(e) à l’autonomie, (40% ETP) :

 

L’animation et pilotage : management organisationnel et gestion des ressources humaines :

 

-animer, coordonner et encadrer les services en charge de l’accueil, de l’instruction des prestations et de l’évaluation sociale et médico-sociale des publics relevant du champ personnes âgées et personnes handicapées,

-participer à l’équipe d’encadrement de la Direction Autonomie,

-définir des objectifs collectifs et individuels et évaluer les agents, anticiper les besoins en formation,

-participer à la procédure de recrutement des collaborateurs directs et l’évaluation professionnelle.

 

La mise en œuvre des politiques :

 

-organiser les secteurs d’activité relevant du poste et contrôler l’atteinte des objectifs,

-veiller à la cohérence de mise en œuvre des politiques publiques au profit des deux publics dans le domaine de l’accueil, de l’évaluation des situations et de l’octroi des prestations,

-organiser et optimiser les moyens dédiés à l’accueil et l’information des usagers relevant des champs personnes âgées et personnes handicapées, en lien notamment avec les Maisons Départementales de la Solidarité,

-développer une organisation unifiée de l’instruction des prestations qui prenne en compte les spécificités des deux publics,

-veiller au déploiement des outils informatiques liés au champ d’intervention et facilitant les échanges d’informations internes au Conseil départemental et entre le Conseil départemental et les partenaires,

-participer à la mise en œuvre du schéma départemental de l’autonomie sur le volet des personnes handicapées (enfants et adultes).

 

2)    En tant que Directeur(trice) du Groupement d’intérêt Public de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (60% ETP):

 

La MDPH (40 agents) est placée sous la tutelle administrative et financière du Conseil Départemental (Direction de l’Autonomie), offre un accès unique aux droits et aux prestations pour les personnes handicapées.

 

Vous piloterez et coordonnerez la stratégie de mise en œuvre des politiques publiques liées au handicap tout en déclinant des actions dans un esprit de service public.

Les missions s’articulent autour des axes suivants :

 

L’animation et pilotage : management organisationnel et gestion des ressources humaines :

 

-diriger les services du GIP en coordination et cohérence avec l'organisation de la collectivité et les orientations politiques préalablement définies,

-définir les besoins en effectifs et les compétences associées pour la direction,

-participer à la procédure de recrutement des collaborateurs directs et l’évaluation professionnelle,

-identifier les besoins de formation collectifs des services et les besoins individuels de ses collaborateurs directs,

-piloter et contrôler le dispositif hygiène, sécurité et santé au travail dans sa direction.

 

Pilotage et coordination budgétaire et financière :

 

-élaborer, contrôler et exécuter le budget spécifique du GIP,

-assurer la coordination budgétaire en lien la Direction de l’autonomie et le Secrétariat Général de la DGA,

-garantir la fiabilité et la sécurité des procédures budgétaires,

-conduire l'analyse financière prospective et élaborer et alimenter les tableaux de bord financiers.

 

La mise en œuvre de la politique liée au handicap sur le territoire départemental :

 

-coordonner la mise en place des outils informatiques dédiés au domaine d’activité (SI Harmonisé, Via Trajectoire, …),

-assurer le déploiement de la Réponse Accompagnée Pour Tous (RAPT),

-préparer la mise en place de la Maison Départementale de l’Autonomie,

-assurer la coordination territoriale des interventions en faveur des personnes handicapées,

-garantir l’accueil, l’information, le conseil et l’accompagnement des usagers,

-permettre l’accès aux prestations de compensation du handicap,

-assurer la gestion du fonds départemental de compensation du handicap,

-préparer et organiser la Commission des Droits et de l’Autonomie,

-préparer et mettre en œuvre les décisions des instances représentatives de la MDPH (COMEX, CT),

-évaluer la qualité du service rendu aux bénéficiaires,

-établir et mettre en œuvre les conventions de partenariat afférentes au champs d’activités,

-développer et maintenir des partenariats internes et externes efficaces (ARS, Etat, Education Nationale, CNSA…).

">

Directeur(trice) adjoint(e) à l’Autonomie / Directeur(trice) MDPH H/F

Titulaire, Contractuel | 01/08/2019 | CONSEIL DEPARTEMENTAL D'INDRE ET LOIRE

VILLE D'AULNAY SOUS BOIS

Directeur/trice de multi-accueil collectif H/F

Titulaire, Contractuel | 08/07/2019 | VILLE D'AULNAY SOUS BOIS

VILLE DE SEDAN

DIRECTEUR-TRICE DE CRECHE H/F

Titulaire, Contractuel | 21/06/2019 | VILLE DE SEDAN

Dossier du mois

concours-ville-paris

Concours de la Ville de Paris

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article