Trop de femmes à l'Education nationale?

Julie Krazowsky • mis à jour le
DOSSIER : Devenir enseignant

Dans l'Education nationale, les femmes dominent désormais. En nombre, seulement. Car, en analysant les chiffres, la répartition des effectifs de l'enseignement, on voit que cette féminisation est le reflet d'une "domination masculine" tenace dans l'univers professionnel. Explications.

prof-flikckrcc-kwbarrett

C'est un constat. Il y a 50 ans, à l’école primaire, on rencontrait 54 % de femmes enseignantes et 46 % d’hommes. Une quasi-parité professionnelle. Les temps ont changé.

Les femmes représentent 68,3 % de l’ensemble du personnel de l’Education nationale. Et elles sont plus  nombreuses parmi les non-enseignants  (70 %, contre 67,8 % chez les enseignants).

Dans l'enseignement primaire, on comptait 65 % de femmes en 1954. Ce pourcentage dépasse désormais les 82 %. C’est également le cas dans le second degré public, où l’on dénombre 58,2 % de femmes, particulièrement parmi les professeurs certifiés et les professeurs d’éducation physique et sportive (62,1 %). Les données de l'Insee et celles du ministère de l’Education nationale concordent.

En revanche, plus on s'élève dans la hiérarchie, moins elles sont nombreuses. La proportion de femmes a ainsi tendance à baisser en fonction du niveau d’enseignement. Certes, elles sont surreprésentées dans les premier et second degrés, mais elles ne sont plus que 37 % parmi les enseignants du supérieur.

4 femmes professeures des écoles pour un homme et une femme pour 4 hommes professeurs des universités!

Ainsi, aux deux extrêmes du système d’enseignement, il y a 4 femmes professeurs des écoles pour un homme et une femme pour 4 hommes professeurs des universités! Si le portrait robot du prof français a bien changé, les inégalités hommes-femmes se sont bel et bien déplacées dans l’enseignement.

Les femmes sont surreprésentées dans l’enseignement primaire et secondaire, pour quelles raisons ?

A la fac, les femmes suivent en majorité des filières susceptibles de les conduire vers l’enseignement

 

A la fac, plus de femmes dans les filières littéraires et des sciences "molles"

D’abord, parce que le niveau de qualification de la profession s’est élevé (bac+5). La difficulté du concours s’est durcie et nécessite une formation universitaire plus longue et réussie. Or, à l’université, on trouve jusqu’à 70 % de femmes dans le domaine des lettres ou langues, des sciences humaines et sociales, 60 % en sciences de la nature et de la vie

Bref, les femmes suivent en majorité des filières susceptibles de les conduire vers l’enseignement. Elles sont en revanche minoritaires en philosophie (38,5 %), en mathématiques (45 %), en physique-chimie (42,7 %).

Ensuite, les hommes s’orientent vers des disciplines universitaires plus volontiers scientifiques, qui leur ouvrent des possibilités professionnelles plus rémunératrices que le professorat.

 

Plus nombreuses à l'école, mais le plus souvent subalternes

La dévalorisation du métier d'enseignant incite les hommes à déserter la fonction.

La spécialisation dans la discipline et l’âge des élèves ont donc pour effet de maintenir une proportion notable d’hommes dans la profession, ces derniers essayant d’obtenir les postes les plus prestigieux ou "les plus masculins" : les hommes professeurs certifiés sont surreprésentés dans les lycées et les femmes agrégées dans les collèges. Les proviseurs comptent une majorité d’hommes, à la différence des adjoints.

 

Stéréotypes : un  métier "idéal" pour rester (ou redevenir) femme au foyer

Enfin, l'organisation de notre société incite les femmes à choisir ce type de métier permettant de concilier vie professionnelle et vie familiale. L’idée selon laquelle les femmes doivent, plus que les hommes, adapter leur vie professionnelle à une vie familiale dont la responsabilité leur incombe, à la vie dure.

Les enseignants du secteur public en 2014-2015

  Effectifs
Total Femmes Part des femmes
Enseignants dans le premier degré  330 496 273 072 82,6
    dont : professeurs des écoles 323 242 267 911 82,9
              instituteurs 5 589 3 890 69,6
              instituteurs suppléants 238 168 70,6
Enseignants dans le second degré  387 030 225 380 58,2
    dont : professeurs de chaire supérieure 2 099 716 34,1
              professeurs agrégés 46 394 24 111 52,0
              professeurs certifiés et PEPS 241 477 150 038 62,1
             professeurs de lycée professionnel 57 597 28 531 49,5
                professeurs enseignement général de collège 2 213 1 240 56,0
Enseignants dans le supérieur (1) 70 755 26 931 38,1
Total 788 281 525 383 66,6
(1) Enseignants titulaires, y compris les professeurs certifiés et agrégés qui exercent dans l’enseignement supérieur. Sont exclus les enseignants non permanents.

(Sources : MENESR DEPP / Fichier de paie, janvier 2015 pour les enseignants rémunérés sur crédits d'État.)

>> Lire aussi : Objectif : égalité hommes-femmes dans la fonction publique, dossier

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Dossier du mois

Les chiffres clés de la fonction publique en 2014

La fonction publique en chiffres - 2014

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK