Devenir prof : des contrats de préprofessionnalisation pour 1500 étudiants

Marjorie Corcier
DOSSIER : La fonction publique recrute

La révolution est entamée dans le monde de l’enseignement. A partir de la rentrée 2019, un nouveau dispositif va permettre aux étudiants se destinant au métier de professeur de travailler en établissement au contact des élèves dès la 2e année de licence (L2) et d’être rémunérés durant ces trois ans de formation.

Classe de 4e - cours de francais
Au rectorat de Créteil (Val-de-Marne), Vincent Audebert, inspecteur académique en charge de la formation continue, a enchaîné ces dernières semaines les réunions d’informations dans les amphis des facs de l’Est parisien.  « Nous avons un accueil très intéressé. Les étudiants sont motivés par la préprofessionnalisation », se félicite le responsable avec enthousiasme.
 
En France 1500 étudiants doivent signer leur contrat de préprofessionnalisation pour septembre 2019 dans dix académies tests. A Créteil, ils seront 280 : 180 dans le 1er degré et 100 dans les collèges des trois départements de l’académie (Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne).
 

8 heures par semaine en école ou collège

 
Jusqu’alors, les étudiants voulant devenir enseignants réalisaient des stages en Master 1 et Master 2. Désormais, la préprofessionnalisation prévoit que dès la 2e année de licence, l’élève puisse passer 8 heures par semaine dans un établissement.
« La première année, ce sera un travail d’observation. On peut imaginer que les étudiants assistent au travail de concertation des équipes, passent du temps côte à côte avec leur professeur-tuteur, ou fassent de l’aide au devoir. L’année suivante, ce seront des moments de co-intervention en petits groupes. En 3e année, l’enseignant peut lâcher sa classe petit à petit à l’étudiant », détaille Vincent Audebert, qui précise que chaque étudiant restera trois ans au sein de la même école ou du même collège.
 
Au rectorat de Créteil, on parle d’établissements « berceaux ». « On demande aux étudiants de formuler des vœux pour leur proposer une école, un collège le mieux adapté à leur lieu d’habitation et leur lieu d’études », confie Vincent Audebert. Les candidatures peuvent se faire jusqu’à fin juin sur le site de l’académie de Créteil. « Les postulants doivent envoyer leurs notes de L1, une lettre de motivation et nous demandons aussi un avis du responsable de formation en licence », détaille l’inspecteur académique, soucieux d’une « bonne articulation avec les facs ».
 
L’idée du dispositif, c’est que les étudiants puissent s’enrichir de cette forte expérience en établissement trois années durant au moment de passer leur concours pour devenir enseignant, en Master 2. Le concours devrait lui aussi être amené à évoluer dans les prochaines années, du fait de cette réforme.
 

Un contrat de 3 ans rémunéré 

 
Autre atout non négligeable, ce contrat de préprofessionnalisation sur 3 ans vient aussi sécuriser le parcours des ces jeunes sur le plan financier. Il prévoit en effet une rémunération nette mensuelle allant de 693€ en L2 à 980€ en M1. Un salaire qui pourra être cumulé avec une bourse d’études sur critères sociaux. « Dans une académie comme la nôtre, où beaucoup de jeunes doivent travailler pour payer leurs études, c’est très important », souligne Vincent Audebert. Ce dernier espère par ailleurs voir émerger une plus grande diversité de profils. « Jusqu’à présent nous avions beaucoup d’étudiants issus de filières littéraires. Nous souhaiterions que des étudiants en licences scientifiques rejoignent ce type de parcours : notre académie a beaucoup de besoin notamment sur les mathématiques », observe le responsable. Le rectorat de Créteil compte enfin sur ce dispositif pour encourager davantage d’étudiants du cru à embrasser une carrière d’enseignant. « Chez nous, des centaines de profs de toute la France arrivent chaque année, puis repartent dans leur région, nous avons un important turn-over. L’idée c’est de permettre à des jeunes de l’académie de devenir profs dans l’académie », poursuit-il.
 

Passer à 3000 nouvelles recrues chaque année dès 2020

 
Pour l’heure en septembre 2019, dix académies (Amiens, Créteil, Guyane, Lille, Limoges, Lyon, Reims, Rouen, Strasbourg et Versailles) expérimenteront la préprofessionnalisation dans les écoles. Côtés collèges sont concernées les disciplines suivantes : allemand, anglais, lettres modernes et mathématiques. Aux rentrées 2020 et 2021, le ministère de l’Education envisage de passer à 3000 nouveaux étudiants en L2 en contrats de préprofessionnalisation.
 
 
Plus d’infos sur www.devenirenseignant.gouv.fr
 

Dossier du mois

Les chiffres clés de la fonction publique en 2014

La fonction publique en chiffres - 2016

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article