Sapeur-pompier volontaire : une plus-value pour l’employeur

Laure Martin • mis à jour le
DOSSIER : Pompiers : les métiers de la sécurité civile

Véritable plus-value pour une entreprise ou un service public, le sapeur-pompier volontaire (SPV) doit pouvoir travailler l’esprit libre tant au sein du service départemental d’incendie et de secours (SDIS) que chez son employeur principal. Les SDIS et les structures d'employeurs peuvent d'ailleurs conclure des conventions pour organiser au mieux le travail du SPV.

Sapeur-pompier - incendie

Les deux tiers des sapeurs-pompiers volontaires (SPV) sont également chefs d’entreprise, chefs d’exploitation ou encore salariés. Si leurs compétences constituent une réelle plus-value pour l’organisation des services départementaux d'incendie et de secours (Sdis), c’est également vrai pour leurs employeurs principaux, entreprises ou administrations. 

Le sapeur-pompier volontaire est un symbole de moralité et d’éthique, respectueux de la hiérarchie, il a aussi le sens du travail en équipe et de la solidarité.

 

Sapeur-pompier volontaire : une réactivité à toute épreuve

Le sapeur-pompier est un exemple en matière de réactivité. Il est prêt à intervenir à tout moment. Les formations qu’il suit en qualité de sapeur-pompier peuvent ainsi être grandement utiles, voire vitales, à une entreprise.

Le sapeur-pompier est en effet détenteur d’une formation aux premiers secours. En cas de problème au sein de l’entreprise, il est en mesure de mettre en œuvre les meilleures techniques et pratiques, dans l’attente des secours.

Il est aussi formé à la prévention des risques, au risque d'incendie notamment. Il sait manipuler les extincteurs. Il peut alors prodiguer des conseils en matière de prévention, intervenir sur tout départ de feu et organiser l’évacuation d’un bâtiment.
Autre avantage, le sapeur-pompier volontaire est créateur de lien et d’intégration sociale. Il transmet ses valeurs aux collègues qu’il côtoie.

> Lire aussi : Devenir sapeur-pompier volontaire

 

Des conventions entre les Sdis et les employeurs des SPV

Pour que le sapeur-pompier volontaire puisse accomplir correctement ses missions au sein du Sdis comme de son entreprise ou service public employeur, lui permettant ainsi de concilier au mieux son engagement dans la sécurité civile et son activité professionnelle, des conventions peuvent être conclues entre les deux parties.

L’objectif de ces accords est de fiabiliser la réponse opérationnelle, notamment pendant les heures ouvrables. La convention signée entre le Sdis et l’employeur précise les modalités de la disponibilité opérationnelle et de la disponibilité pour la formation des sapeurs-pompiers volontaires en fonction des nécessités de fonctionnement de l’entreprise ou du service public. En cas de signature de la convention, des compensations financières sont prévues en faveur des employés, tout comme l’attribution d’un label.

La loi définit les activités ouvrant droit à une autorisation d’absence du sapeur-pompier pendant son temps de travail :

  • des missions opérationnelles concernant les secours d’urgence aux personnes victimes d’accidents, de sinistres ou de catastrophes et leur évacuation, ainsi que la protection des personnes, des bien, et de l’environnement en cas de péril ; 
  • et des actions de formation.

Ce sont les deux parties qui fixent le seuil au-delà duquel les nouvelles autorisations d’absence donnent lieu à une compensation financière et en précise les conditions.

 

Ces offres d'emploi peuvent vous intéresser...

> Voir les offres des employeurs du secteur Incendie et secours

 

Dossier du mois

concours-fonction-publique-3eme-voie

Concours de la fonction publique territoriale : troisièmes concours

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article