Préparer les concours de la magistrature, avec Julie

Laure Martin • mis à jour le
DOSSIER : Préparer les concours de la fonction publique

Suivant votre profil, diplômé, agent public ou professionnel du privé, vous choisirez l'un des trois concours de la magistrature. Lesquels exigent une préparation intense. Les explications de Julie, magistrate, qui a réussi le concours destiné aux étudiants.

Magistrate

Julie Dupont, magistrate : "Il existe trois concours pour devenir magistrat. Il est interdit de se présenter plus de trois fois à chacun des trois concours. Mais il ne faut pas hésiter à s'inscrire, car c’est la présentation physique aux épreuves qui compte. Vous pouvez donc réfléchir jusqu’à la date des épreuves. 

  1. Le premier concours est ouvert aux titulaires d’un bac+4, âgés de 31 ans au plus.
  2. Le deuxième concerne les fonctionnaires ou agents de la fonction publique depuis au moins quatre ans.
  3. Le troisième concours s’adresse aux personnes ayant au moins 8 ans d’activité dans le secteur privé, âgées de 40 ans au plus.

Des recrutements sur dossier sont aussi possible, c'est-à dire sur titres, à certaine conditions. 

Préparer les concours de magistrat, une étape indispensable

Il est possible de se préparer aux concours de magistrat au sein de structures dédiées:

  • les instituts d’études judiciaires et UFR de droit,
  • les classes préparatoires de l’Ecole nationale de la magistrature (classes préparatoires "Egalité des chances")
  • ou par le biais de stages en juridiction.

La préparation est indispensable, car les épreuves d’admissibilité et d’admission sont denses !

A titre d’exemple, l’admissibilité au premier concours comprend ce type d'épreuves :

  • une composition portant sur une question d'actualité dans ses dimensions judiciaires, juridiques, sociales, politiques, historiques, économiques, philosophiques et culturelles,
  • une composition et un cas pratique sur un sujet de droit civil ou de procédure civile,
  • une composition et un cas pratique sur un sujet de droit pénal ou de procédure pénale,
  • une épreuve constituée de questions appelant une réponse courte, destinée à évaluer les connaissances des candidats relatives à l’organisation de l’Etat et de la justice, aux libertés publiques et au droit public.

Quelles sont les épreuves d’admission aux concours de magistrat

Ces épreuves sont :

  1. une note de synthèse à partir de documents se rapportant à des problèmes judiciaires, juridiques ou administratifs,
  2. une épreuve orale de langue vivante comportant le compte rendu d’un texte, suivi d’une conversation,
  3. une épreuve orale se rapportant au droit européen et au droit international privé,
  4. une épreuve orale se rapportant au droit social et au droit commercial,
  5. une épreuve de mise en situation et d’entretien avec le jury, et
  6. une épreuve orale facultative de langue vivante permettant d’obtenir des points supplémentaires lorsque la note attribuée est supérieure à la moyenne.

Les lauréats au concours de magistrat bénéficient d’une formation rémunérée de 31 mois, partagée entre de nombreux stages et une formation à l'Ecole nationale de la magistrature (ENM) à Bordeaux. Chaque promotion entre à l’école en février et sort, deux ans plus tard, en septembre.

>> Lire aussi : L'Ecole nationale de la magistrature, présentation, concours, formation...

Des concours complémentaires sont aussi organisés ponctuellement pour les personnes âgées de 35 ans au moins et ayant une expérience professionnelle de 10 ans. Ces concours donnent accès à une formation condensée de 7 mois, au lieu de 31 mois, compte tenu des acquis professionnels antérieurs des candidats.

Le magistrat peut-il choisir son lieu d'affectation ?

A l’issue de la formation, l’examen final d’aptitude donne lieu à un classement par ordre de mérite. C’est à partir de celui-ci que le futur magistrat choisit sa première affectation, sur une liste proposée par le ministère de la Justice.

Après avoir effectué sa préparation aux premières fonctions, il devient magistrat dans sa juridiction d’affectation. Il prête alors le serment de magistrat, sa nomination dans son premier poste prenant la forme d’un décret du président de la République, pris après avis du Conseil supérieur de la magistrature.

Il est possible de devenir magistrat du siège, donc juge, dans différentes spécialités :

  • enfants,
  • affaires familiales,
  • instance,
  • instruction ou application des peines.

Le rôle du magistrat est de trancher des conflits entre les personnes et de sanctionner les auteurs d'infractions pénales.

Le magistrat du parquet est procureur. Il ne rend pas de jugement, mais représente la société et est chargé de la défendre. Il dirige l'action de la police judiciaire, décide des suites à donner lorsqu'une infraction est commise et veille à l'exécution des peines. Au cours des audiences, il propose au juge une peine au nom de la société."

La rémunération d'un magistrat est d'environ 2.700 € net par mois en début de carrière et peut atteindre plus de 8.000 € en fin de carrière. 

Enregistrer

Les préparations de Carrières Publiques

Carrières Publiques propose des préparations aux concours rédigées par des membres du jury.

Celles-ci sont composées de :

  • Fiches thématiques d'apports de connaissance
  • Ouvrages méthodologiques pour chaque épreuve
  • 4 devoirs avec correction personnalisée pour chaque épreuve

PRÉPAREZ VOTRE CONCOURS

 

Offres d’emploi en lien avec l’article

VILLE DE TOULOUSE

Un-e technicien-ne télésurveillance (H/F)

Titulaire, Contractuel | 17/06/2019 | TOULOUSE METROPOLE

IRSTEA recrute de Bac à Bac +3

Ingénieur / ingénieure d’étude en analyse spatiale des structures forestières et du risque d’incendie (H/F)

Titulaire, Contractuel | 17/06/2019 | IRSTEA

VILLE DE LILLE

Directeur-trice de la police municipale (Chef.fe de poste)

Titulaire | 13/06/2019 | VILLE DE LILLE

Université Paris-Est Créteil Val de Marne-368970.jpg
Campus Centre

Composante / Directions / Service

Direction des affaires juridiques et générales (DAJG)

Corps

Ingénieur d'études / Attaché d'administration / Conservateur ou Bibliothécaire

Emploi type / Referens

Chargé-e des affaires juridiques

Missions

• Garantir et développer une expertise et une assistance juridique en défendant la sécurité juridique et les intérêts de l'université, plus particulièrement dans le domaine du droit public général et spécialement en cas de pré-contentieux et de contentieux
• Adopter des actes réglementaires et rédiger des contrats
• Participer à l’organisation des élections des instances de l’université
• Assurer l'organisation d'instances de l'université
• Assurer un rôle de veille et de diffusion de l'information juridique et administrative.

Afin de répondre aux besoins de la direction des affaires juridiques et générales, le.la juriste chargé.e des affaires juridiques peut également être amené.e à animer des groupes de travail, à rédiger des notes de problématique et de synthèse ainsi que des guides de procédure sur tous les domaines relevant de ses attributions ; il.elle peut être sollicité.e pour les présenter oralement en réunion.
Il.elle participe également à des groupes de travail.

Activités principales

Expertise juridique
• Rédiger des notes et consultations juridiques dans les domaines du droit public général et approfondi (contrats, responsabilité, domanialité, police administrative, droit de la fonction publique), de la formation et de la recherche, mais également, ponctuellement, du droit des nouvelles technologies, de la propriété intellectuelle et de l’immatériel, du droit des obligations et de la responsabilité civile
• Elaborer des actes administratifs ; garantir leur cohérence, leur articulation et leur harmonisation avec le corpus juridique d’ensemble de l’université ; contrôler leur application et leur diffusion, défendre leur légalité
• Rédiger et assurer le suivi de conventions, leur classement et diffusion
• Veiller à la conformité des pratiques mises en œuvre au sein de l’université à ses règles statutaires et à la réglementation en vigueur
• Développer des procédures d’élaboration, de contrôle et de diffusion des actes juridiques de l’université : créer, le cas échéant, des outils d’assistance à leur rédaction et constituer un support à leur utilisation

Pré-contentieux et contentieux
• Assurer le traitement des réclamations ou recours administratifs préalables (analyse des demandes, rédaction des courriers de réponse ou aide et conseil aux services concernés)
• Assurer la défense de l'université notamment devant les juridictions administratives et judiciaires (analyse des dossiers, rédaction d’observations, mémoires et requêtes, exécution des décisions juridictionnelles...) ; règlement des litiges à l’amiable (rédaction et négociation des transactions) ; rédaction des dépôts de plaintes auprès du procureur de la République.

Elections
• Participer étroitement à l’organisation des élections au sein de l’université

Organisation des instances de l'université
• Participer aux réunions de préparation des séances
• Préparer les actes, et notamment les convocations, ordres du jour et délibérations
• Assurer la régularité et le bon déroulement des séances

Diffusion de l’information juridique
• Développer une culture administrative et juridique au sein de l’établissement, notamment par la diffusion de l’information, la constitution et l'animation d'un réseau aux fins d'échanges et d'appuis réciproques
• Assurer une veille juridique, alimenter et actualiser les bases de diffusion de l’information, le cas échéant, créer et développer de nouveaux outils et des procédures de diffusion de l'actualité juridique
• Mettre en œuvre ou participer à des actions de formation des personnels de l’université à la compréhension et à l’application des règles juridiques

Activités associées

Actualisation des statuts et des règlements intérieurs
• Participer, en lien avec la commission des statuts de l’université, aux travaux de rédaction et de modification des statuts et règlements intérieurs de l’université et de ses composantes en conformité avec la législation en vigueur ; être force de proposition
• Garantir la cohérence, l’articulation et l’harmonisation de ces règles statutaires au corpus juridique d’ensemble de l’université
• Veiller à la conformité des pratiques mises en œuvre au sein de l’université à ses règles statutaires et à la réglementation en vigueur
• Développer des actions de formation des personnels de l’université à l’application de ces règles
• Constituer des outils d’assistance à la rédaction des règles statutaires et constituer un support à leur utilisation
• Constituer, le cas échéant, le support de gestion de la commission des statuts

">

Juriste chargé.e des affaires juridiques et générales - DAJG H/F

Contractuel | 13/06/2019 | UNIVERSITE DE PARIS EST CRETEIL / UPEC

Dossier du mois

Les chiffres clés de la fonction publique en 2014

La fonction publique en chiffres - 2015

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article