Devenir auxiliaire de puériculture, métier très recherché dans la fonction publique

Laure Martin • mis à jour le
DOSSIER : Les métiers de la petite enfance

On l'appelle aussi assistant d'accueil petite enfance ou assistant de puériculture. L'auxiliaire de puériculture travaille dans les services des collectivités territoriales ou des hôpitaux. Zoom sur une profession au top 10 des métiers qui recrutent.

Puériculture

Dans les offres d'emploi d'auxiliaire de puériculture, on trouve aussi les intitulés "assistante d’accueil petite enfance" ou "assistante de puériculture"... Autant d'intitulés pour un même métier. L'intitulé "auxiliaire de puériculture" est le nom d'un cadre d'emplois dans la fonction publique territoriale et d'un corps dans la fonction publique hospitalière. Les agents qui ont ce statut sont donc des fonctionnaires territoriaux ou hospitaliers.  

L'auxiliaire de puériculture dispense des soins d’hygiène et de confort à des enfants en bonne santé comme à des enfants handicapés, atteints de maladies chroniques ou en situation de risque d'exclusion. Elle partage leur vie et organise des activités éducatives, d’éveil et de prévention.

Elle travaille au sein d'une équipe pluridisciplinaire, sous la responsabilité d’un infirmier ou d’une puéricultrice, dans toutes les collectivités territoriales où se trouvent bébés et tout-petits (maternités, services de néonatalogie, protection maternelle et infantile, crèches, pouponnières, etc.).

>> Consultez notre fiche métier Auxiliaire de puériculture

Le secteur public, principal employeur d'auxiliaires de puériculture

En 2015, la grande majorité des 60.000 auxiliaires de puériculture en activité travaille dans le secteur public. La plupart sont des femmes.

L’intégration au sein de la fonction publique hospitalière ou territoriale passe par la réussite à un concours sur titres. Mais des recrutements sur contrats sont aussi proposés, qui peuvent déboucher sur une intégration dans la fonction publique.

Facettes du métier

Le rôle de l'auxiliaire de puériculture varie suivant le type de structure où elle travaille.

  • Dans une structure d’accueil collectif de la petite enfance, elle est chargée d’un groupe d’enfants, en contact quotidien avec les parents.
  • Dans les services de protection maternelle et infantile (PMI), son rôle est plus social et médical : aide à la puéricultrice, écoute des familles, conseils en matière d’hygiène, de diététique…
  • A l’hôpital, elle s’occupe des soins ordinaires aux bébés et de l’entretien du matériel. Les équipes sont réparties avec un roulement sur le matin, l’après-midi et la nuit, sur la base de 35 heures hebdomadaires, y compris le week-end et les jours fériés.

 

 

Une pénurie d'auxiliaires de puériculture, surtout dans les crèches

Les crèches sont encore plus demandeuses d'auxiliaire de puériculture que les hôpitaux. Le métier connaît une pénurie importante, en particulier en région parisienne, accentuée par le développement des crèches et le manque de places dans les centres de formation. Au point que certaines entreprises de crèches ouvrent leur propre centre de formation pour disposer d’un vivier de recrutement !

L’enquête Besoins en main d’œuvre 2014 de Pôle Emploi classe le métier d’auxiliaire de puériculture parmi les 10 métiers les plus recherchés, hors saisonniers, et présentant les plus fortes difficultés de recrutement.

En pratique

Où se former pour devenir auxiliaire de puériculture

Les écoles d’auxiliaires de puériculture sont accessibles sur concours (très sélectif) sans diplôme, à condition d’être âgé de 17 ans minimum. Au terme de 10 mois de formation, en alternance avec des stages, le diplôme d’Etat est délivré sur contrôle continu des connaissances.

La plupart des candidats ont un CAP petite enfance ou un BEP carrières sanitaires et sociales. Mais de plus en plus de bacheliers sont attirés par la profession, considérée par certains comme un passage pour évoluer vers le métier d’infirmier ou d’éducateur. Ce diplôme est également accessible depuis 2007 par la validation des acquis de l’expérience (VAE).

Quelle est la rémunération proposée ?

La rémunération nette, qui tourne autour de 1 480 euros par mois en début de carrière à 2 120 euros en fin de carrière, est la même au sein des deux fonctions publiques, avec toutefois des primes supplémentaires dans le secteur hospitalier.

Et l'évolution professionnelle ?

Les possibilités d’évolution demeurent restreintes. Des passerelles existent pour obtenir le diplôme d’Etat d’aide-soignant, certains modules étant communs aux deux formations, mais elles sont peu utilisées.

Après 3 ans d’exercice dans le secteur hospitalier ou médico-social, les auxiliaires de puériculture ne possédant pas le baccalauréat peuvent cependant se présenter aux épreuves de sélection dans les instituts de formation en soins infirmiers (IFSI) ou s’orienter vers le diplôme d’État d’éducateur de jeunes enfants.

 

 

Dossier du mois

concours-fonction-publique-hospitaliere

Concours de la fonction publique hospitalière

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article