Des métiers de la petite enfance en pleine croissance

Laure Martin • mis à jour le
DOSSIER : Les métiers de la petite enfance

Beau temps pour les métiers de la petite enfance, soit tous les professionnels qui s'occupent des moins de 3 ans ! Sous l'effet conjugué des départs massifs à la retraite de la génération du baby-boom et d'un taux de natalité élevé ces dernières années, les besoins en personnel qualifié s'accroissent.

obstétricien

Petite enfance : des métiers qui recrutent... à tous niveaux de diplômes

Ces professions sont accessibles à une large palette de diplômes, du CAP à bac+5.

En revanche, ils se conjuguent essentiellement  au féminin. Selon le rapport du Commissariat général à la stratégie et à la prospective de janvier 2014, les hommes ne représentent qu'une toute petite part des professionnels: de 1,3 % à 1,5 % des agents du secteur de l’accueil et de l’éducation des jeunes enfants et 3% dans le seul périmètre des structures d'accueil collectif.

Les sages-femmes, les puéricultrices, les auxiliaires de puériculture et les éducateurs de jeunes enfants diplômés trouvent facilement un emploi dans les fonctions publiques territoriale et hospitalière: crèches, maternités, hôpitaux, services de protection maternelle et infantile (PMI), secteur médico-social (structures pour enfants handicapés, par exemple).

 

Des conditions de travail de plus en plus difficiles

Les principaux besoins de personnel se concentrent dans les établissements d'accueil pour jeunes enfants, gérés en majorité par les collectivités territoriales, où de nouveaux emplois sont créés.

Dans le secteur hospitalier, maternités ou services de néonatalogie et de pédiatrie des hôpitaux, les besoins en personnel sont principalement liés aux remplacements des départs en retraite. Les sages-femmes font partie des professions les plus concernées.

Toutefois, les restructurations encore récentes des maternités, la diminution des durées d'hospitalisation et les difficultés financières des hôpitaux ne sont pas favorables aux recrutements.

Quant aux services de protection maternelle et infantiles, qui dépendent des conseils généraux, les professionnels y dénoncent depuis plusieurs années une dégradation progressive des moyens et un désengagement financier de certains conseils généraux, avec des disparités considérables.

Ainsi, les effectifs des sages-femmes présentent des écarts de 1 à 17, et ceux des puéricultrices de 1 à 3,5 selon les départements (lire le rapport de 2012 de la Cour des comptes sur la politique de périnatalité).

Ces offres d'emploi peuvent vous intéresser...

 

Dossier du mois

concours-fonction-publique-examen-pro

Concours de la fonction publique territoriale : examens professionnels

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article