Côme Levesque, des talus d'autoroute aux jardins des Champs-Elysées

Laure Martin • mis à jour le
DOSSIER : Mobilité et fonction publique : ils ont bougé, ils témoignent

Le petit garçon qui n'aimait pas trop l'école, préférant "être dehors", a trouvé sa vocation, très jeune : l'horticulture. Après quelques expériences en entreprise, il découvre, à la direction des espaces verts et de l’environnement de la ville de Paris, le service public. Nouvelle "révélation". Il gravit rapidement les échelons, et si des ennuis de santé l'obligent à rejoindre les bureaux, il continue son ascension, pour devenir agent de maîtrise, à la tête des 30 jardiniers qui oeuvrent sur la "plus belle avenue du monde".

portrait-jardinier-levesquelaure-martin

A quelques mètres de profondeur, sous l'avenue des Champs-Elysées, place de la Concorde, s’étend un espace de 500 mètres carrés. Parmi ces bureaux souterrains, celui de Côme Levesque, agent de maîtrise horticole à la direction des espaces verts et de l’environnement de la ville de Paris. Il est responsable des 16 hectares de jardins répartis dans le secteur.

« J’ai eu une scolarité chaotique et je voulais toujours être dehors, se souvient Côme Levesque. Je me suis orienté vers une école horticole dans le Berry, ce qui m’a révélé ! » Après un BEP agricole puis un bac professionnel obtenu à Orléans, il travaille dans une pépinière, entreprise familiale. Arrive le service militaire, le jeune homme est tenté par une carrière dans l’armée. Finalement, il suit son épouse à Paris et intègre une entreprise privée intervenant sur les talus d’autoroutes, les grandes surfaces et chez les particuliers.

- C’est d'ailleurs sa femme qui l’inscrit au concours d’ouvrier professionnel de la municipalité de Paris en janvier 1993. Il a 23 ans. S’ensuit une carrière au cours de laquelle il va gravir les échelons.

C’est là que j’ai découvert que l’on faisait du très bon travail chez les fonctionnaires.

 

 

 

Il commence par travailler au parc Kellermann dans le 13e arrondissement. "C’est là que j’ai découvert que l’on faisait du très bon travail chez les fonctionnaires », dit-il avec humour. « L’agent de maîtrise avec qui j’ai travaillé m’a beaucoup appris sur la taille des plantes et leurs différentes phases », ajoute-t-il. Cet agent décide de lui faire confiance et lui confie d’abord un chantier, puis un jardin. « J’ai pu montrer mon envie de bien faire », rapporte-t-il.

En 1995, il réussit le concours de maître-ouvrier. Il s’occupera ensuite des jardinières de la voie publique dans le 5e arrondissement, jusqu’en 2004. Une hernie discale l'oblige à arrêter quelque temps, avant de reprendre son travail aux Arènes de Lutèce, toujours dans le 5e.

Moins de terrain- Mais le mal de dos persiste. Côme Levesque décide alors de lever le pied, concernant le terrain, et postule pour devenir « correspondant eau » pour le Sud-Est de Paris. « Cette fonction relevait d'un programme pour une meilleure gestion de l’eau, explique-t-il. J'ai alors découvert une autre facette du métier. » Il devient ensuite assistant horticole dans le 12e.

Dans les bureaux, j’ai pu comprendre les contraintes que doivent gérer les responsables.

Vers les Champs- En 2007, Côme Levesque devient agent de maîtrise dans le 20e arrondissement, où il s’occupe de 8 hectares avec une vingtaine d’agents. « J’ai appris mon métier actuel là-bas », indique-t-il. Puis, le 4 janvier 2012, bonne nouvelle : la direction a pensé à lui pour le secteur des Champs-Elysées. Il prend son poste en mars 2012. « On m’a nommé ici pour mettre les jardins au goût du jour, rapporte-t-il. car mon prédécesseur était de la vieille école. »

Peu de créations- L’équipe de Côme Levesque, composée d’une trentaine de personnes, travaille par groupes de 5 à 6 personnes. « J’ai la responsabilité d’entretenir les espaces verts et de participer à leur embellissement, fait-il savoir. Mon rôle est d’établir les priorités sur l’atelier en fonction de mon chef de division. Je suis le relais entre la direction et le terrain. »

Les créations proprement dites sont rares, car « les jardins ont été dessinés notamment par André Le Nôtre au 17e siècle, et nous devons reproduire la masse végétale, les dessins et la perspective à l’identique », précise-t-il.

Seule liberté : la décoration florale. Le choix des fleurs se fait avec tous les membres de l’équipe car « ce sont eux qui les plantent et les soignent, et je pense qu’ils s’en occupent mieux si ce sont des plantes qu’ils aiment », estime Côme Levesque. D’ailleurs, le rond-point des Champs-Elysées est très regardé notamment lors du 14 juillet ou du Tour de France. « Nous nous devons de vraiment bien l’entretenir, et l’été, plus de 35 000 plantes ornent les lieux», souligne-t-il, en insistant sur l’esprit de service public, son objectif étant que le travail de l’équipe plaise aux Parisiens.

Contraintes écologiques- L’agent de maîtrise doit également respecter les directives comme la gestion différenciée, qui consiste à ne pas appliquer à tous les espaces la même intensité, ni la même nature de soins. "Ce respect de l’écologie a fait évoluer la façon de travailler des jardiniers. Par exemple, on ne bêche plus pour ne pas abîmer la faune et la flore, on couvre nos terres et on n’utilise plus du tout de produits phytosanitaires », explique-t-il. L’équipe est soumise à un audit externe afin d’obtenir le label Eco-jardin de Plante & Cité.

Le respect de l’écologie a fait évoluer la façon de travailler des jardiniers. Par exemple, on ne bêche plus pour ne pas abîmer la faune et la flore, on couvre nos terres et on n’utilise plus  de produits phytosanitaires.

 

 

« Je suis content d’avoir effectué toute une palette de métiers avant celui-ci », souligne Côme Levesque. Et même si maintenant il fait plus de management, il garde tout de même un pied sur le terrain, en témoignent ses bottes couvertes de boue à l’entrée de son bureau et ses mains gercées…

Les questions bizarres de la rédac’

  • Votre situation familiale ? Marié et père de 4 enfants
  • Des loisirs ? La randonnée pédestre, les voyages à vélo et la mer surtout celle des marins, celle du Nord.
  • Un livre, une expo ? Je lis beaucoup et en ce moment « Au caffè Dinelli » de David Gaillardon, un recueil de nouvelles.
  • Votre salaire net ? 2200 euros
  • Votre moment préféré dans la journée ? Les visites sur le terrain (au minimum une fois par jour), moments d’échanges avec les agents. Et le soir, lorsque je rentre chez moi, je traverse les jardins dont j’ai la charge, je suis assez fier du résultat.
  • Si vous exerciez un tout autre métier dans la fonction publique ? Peut-être l’enseignement technique
  • Réseaux sociaux, vous en êtes ? Non.
  • Un doudou numérique ? Pas trop vite, je viens d’abandonner mon Minitel !

Pour aller plus loin

 

Offres d’emploi en lien avec l’article

HOPITAL DE LA PITIE SALPETRIERE

2 Techniciens Supérieur Hospitalier / travaux H/F

Titulaire, Contractuel | 20/01/2020 | HOPITAL DE LA PITIE SALPETRIERE

HOPITAL DE LA PITIE SALPETRIERE

3 Techniciens Supérieur Hospitalier H/F

Titulaire, Contractuel | 20/01/2020 | HOPITAL DE LA PITIE SALPETRIERE

HOPITAL DE LA PITIE SALPETRIERE

3 Techniciens Supérieur Hospitalier H/F

Titulaire, Contractuel | 20/01/2020 | HOPITAL DE LA PITIE SALPETRIERE

Université Paris-Est Créteil Val de Marne-368970.jpg

Assistant.e aux équipes de recherche - LLSH H/F

Contractuel, CDD | 13/01/2020 | UNIVERSITE DE PARIS EST CRETEIL / UPEC

Dossier du mois

concours-fonction-publique-hospitaliere

Concours de la fonction publique hospitalière

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article