Claire Lizan : de la base aérienne au bureau, sans quitter l'armée

Séverine Cattiaux • mis à jour le
DOSSIER : Mobilité et fonction publique : ils ont bougé, ils témoignent

Dans l’armée, les carrières ne sont pas monotones. Claire Lizan y a démarré la sienne, il y a onze ans, comme mécanicienne en avionique. En 2014, elle devient conseillère en recrutement au Cirfa de Grenoble. La jeune femme accueille et informe les jeunes qui veulent intégrer l'armée.

claire-lizan2severine-cattiaux

"Tout le monde ne naît pas avec une passion pour l’armée. J'en suis la preuve. C’est mon père qui m’a orientée vers l’armée. Moi, je n’y avais pas pensé", lance Claire Lizan. Et ce choix, elle ne le regrette pas.

Claire Lizan, 29 ans, est sergent-chef. "Pendant neuf ans, j'ai été mécanicienne avionique,  cela consiste à réparer tout ce qui est électronique dans un avion.  Chaque jour, un défi à relever, excitant, avec des déplacements à l’étranger. »

Pendant neuf ans, j'ai été mécanicienne avionique. Chaque jour, un défi excitant, avec des déplacements à l'étranger.

Envie de se poser, après le deuxième enfant - Après un deuxième congé maternité, la maman de 2 enfants a besoin de plus de stabilité. Elle devient,en mars 2014, conseillère en recrutement, au Cirfa de Grenoble. Elle a vu passer une annonce, et a saisi l'occasion.

Comment passe-t-on d’un métier de terrain à un métier de bureau,  univers si différents ? « Le contact me plaisait, explique-t-elle. Depuis 2005, j’étais animatrice lors des journées d’appel que font les jeunes à 17 ans. »

Un opportunité sur le réseau interne  - L’offre s’est présentée par le biais de la prospection interne, diffusée sur le réseau Intradef. Toute personne intéressée peut répondre à ces annonce. Claire a passé des tests. Pour vérifier leur sens du contact, les candidats étaient mis en situation, jouant tantôt le rôle du recruteur, tantôt celui  du jeune venu se renseigner. Comme tous les conseillers novices, elle a bénéficié d’une formation théorique d’une semaine, à Querqueville (Manche). Depuis septembre, elle est "en phase de parrainage". Son parrain, conseiller comme elle, lui apprend "les directives, les règlements, les méthodes de l’entretien, etc.".

Aider les jeunes à se frayer un chemin... - 2 000 postes dans l’armée de l’air sont à pourvoir au niveau national, chaque année, tous grades confondus. Il faut compter, en moyenne, 3 candidats pour 1 poste.

Référence

50 métiers peuvent être exercés dans l'armée de l'air, dont le fonctionnement peut sembler complexe, vu de l'extérieur. Claire Lizan est là pour permettre au jeune de se frayer un chemin, selon le niveau d’études, les envies, hésitations... Elle reçoit parfois plusieurs fois la même personne.

A la faveur de sa précédente expérience, elle sait de quoi elle parle…, de même que ses 4 autres collègues du Cirfa de Grenoble, qui ont vécu une ou plusieurs expériences dans l’armée de l’air.

700 personnes rencontrées par an - Au Cirfa de Grenoble, les conseillers de l'armée de l’air rencontrent en moyenne 700 jeunes chaque année ; 5% d'entre eux deviendront militaires. Ces jeunes sont reçus, soit au Cirfa même, soit lors de permanence à l’extérieur, ou encore lors de journées d’information dans les lycées de l’académie de Grenoble, lors d’événementiels (coupe Icare, Salons pour l’emploi, etc.). A tour de rôle, les conseillers comme Claire sont aussi à l’accueil du Cirfa et orientent les personnes qui viennent s’informer, prendre un rendez vous, directement ou par téléphone, internet.

D'autres bifurcations professionnelles, plus tard - "Pour le moment, je ne compte pas changer de spécialité, mais si je le désire, je peux, à ma prochaine mutation (dans six ans au maximum), soit revenir à ma spécialité d'origine (avionique), soit rester conseillère en recrutement. Si je veux changer de métier complètement, je peux répondre à des prospections comme éducateur en école militaire, par exemple. »

Si je le désire, je peux, à ma prochaine mutation, revenir à ma spécialité d'origine (avionique) ou rester conseillère en recrutement.

Prendre du galon pour augmenter sa solde - Son salaire, pardon... sa solde (on dit "solde" pour le salaire d'un militaire) est de 1 926 euros nets, quasiment le même que le précédent en tant que mécanicienne avionique. Il lui faudra prendre du galon ou éventuellement passer officier (par voie de concours), pour changer de grille de salaire.

Le parcours initial de Claire

 

  • Bac S (scientifique), à Carcassonne. Issue d'une famille de 5 enfants. Ses parents ne pouvaient pas financer ses études. Son père lui propose l’armée : « Tu seras formée et payée. »  Elle passe les tests de sélection de l’armée de l’air.« L’armée de terre me faisait un peu peur, au niveau physique. La marine, je n’y ai pas pensé : j’ai peur de l’eau. » 
  • A 18 ans et demi,  elle intègre l’école des sous-officiers à Rochefort pour suivre la formation militaire initiale qui dure quatre  mois. Elle fait trois choix, le premier étant "Moniteur de simulateur de vol". Elle est  sélectionnée pour son choix n°2 : « Mécanicien avionique ». « Je n’avais pas un assez bon niveau d’anglais pour mon premier choix !»  Ensuite, à l'issue d'une formation de mécanicien avionique de 1 an an, elle obtient un  BTS électronique, option aéronautique.

 

 

Dates des concours et offres d'emploi 

> Voir les dates des concours dans le domaine de la sécurité (faute de résultat, vous avez la possibilité de laisser une alerte pour être averti par mail)

 

Dossier du mois

Ville de Paris

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK