Béryl de Saint-Sauveur, danseuse (portrait métier)

Stéphane Menu • mis à jour le
DOSSIER : Les métiers de la culture

Elle est passée par l’Opéra de Paris et la Scala de Milan. A 27 ans, Béryl de Saint-Sauveur a posé ses pointes au ballet de l’opéra du Grand Avignon. Dans quelques mois, la jeune femme, contractuelle territoriale, découvrira les "délices" d’un… CDI. De quoi envisager la reconversion avec sérénité, dans un métier où le corps, à 40 ans, n’a plus l’élasticité bondissante des (très) jeunes années.

Beryl de Saint-Sauveur - Danseuse

Elle a appris qu’elle était contractuelle de la fonction publique territoriale en signant son contrat. Puisqu’elle est entrée dans la case "catégorie B" après avoir effectué ses premiers exercices d’échauffement à la barre. Béryl de Saint-Sauveur découvre son statut en dansant. Formée à l’opéra de Paris, forte d’une expérience à la célébrissime Scala de Milan, la jeune femme de 27 ans est au milieu du gué de sa carrière. Danseuse au ballet de l’opéra du Grand Avignon, contractuelle à la mairie avant que le ballet ne passe sous la tutelle de l’agglo, Béryl de Saint-Sauveur sait que son métier est peu compatible avec les exigences de la fonction publique territoriale.

C’est un métier artistique. Nous sommes souvent en tournée. Il n’est pas simple de poser une grille horaire, par exemple, sur les temps de répétition. Nous essayons de nous y tenir, de faire en sorte de partir à des heures précises, mais nous empiétons souvent, par passion, sur les 35 heures.

Comme tous les salariés, elle doit "faire" ses 1 540 heures dans l'année. "Le système des RTT s’applique au rythme des représentations. Lorsque nous avons un creux dans la programmation, au lieu de faire 35 heures, nous n’en faisons que 28."

Premier contrat de danseuse, à 12 ans

L’équation est simple : faire de la passion de la danse son métier ne se décrète pas après l'adolescence… "On commence très tôt. J’ai signé mon premier contrat à 12 ans. J’ai commencé à travailler réellement à partir de 17 ans. Jusqu’à ce que l’opéra de Paris décide de ne pas renouveler mon contrat."

C’était il y a cinq ans. Un coup de massue, forcément. Un clin d’œil du destin, aussi, pour changer de vie. Avec son compagnon, Béryl de Saint-Sauveur était tombée sous le charme d’une petite maison dans la périphérie immédiate d’Avignon. Ils franchissent ensemble le pas de l’achat.

"C’est à partir de là que je me suis rapprochée de l’opéra d’Avignon, alors encore sous tutelle municipale [l'opéra-théâtre relève aujourd'hui de la communauté d'agglomération, lire l'encadré], pour y passer une audition et être finalement retenue".

Le salaire n’est, certes, pas le même : entre Paris, Milan et Avignon, il n’y a pas photo. Mais "c’est un petit sacrifice raisonnable", assure-t-elle.

 

Pour une danseuse, deux voies royales sont possibles : les grandes compagnies à statut privé ou les ballets des grandes villes, sous tutelle d’Etat ou de collectivités territoriales. "On ne choisit pas vraiment. Il y a à la fois un critère de chance, d’opportunisme, comme dans tous les jobs."

Après la danse, CDI et reconversion facilitée

Au sein de la collectivité territoriale, Béry de Saint-Sauveur a au moins une certitude, et non des moindres :

La perspective de la reconversion, qui n’est pas évidente dans nos métiers, est plus sécurisée. Nous savons que nous pouvons rester au sein du ballet, dans une autre fonction, mais toujours au plus près de notre passion.

"A partir de 40 ans, une danseuse doit penser à sa reconversion. C’est le corps qui l’impose", sourit-elle. Il peut y avoir la blessure, les entorses à répétition. La loi naturelle est impitoyable, "plus facilement prise en compte dans une collectivité".

Bientôt, après ces deux contrats de trois ans, elle obtiendra un contrat à durée indéterminée. Chaque année, quand l’opéra ferme le rideau, "nous prenons six semaines de congé obligatoires. Nous rattrapons ainsi les dépassements d’horaires".

Rendez-vous en septembre, avec un programme chaque fois chargé et renouvelé. En général, chaque saison est composée d’au moins 6 opéras produits en interne, appelés à tourner à travers la France et l’étranger.

122 agents au théâtre opéra du Grand Avignon

Les 122 agents de la mairie d’Avignon ont franchi le gué en 2012, passant à la communauté d’agglomération du Grand Avignon. Ils occupent une quarantaine de métiers différents. "Nous sommes à la fois un opéra et un théâtre de ville et notre programmation est caractérisée par sa diversité. Ce qui réclame une organisation au cordeau où chaque maillon de la chaîne joue un rôle essentiel", assure le directeur, Gérard Facq. Il arrive souvent que les agents travaillent le dimanche. Le lundi, en dehors des services administratifs, tout le monde est au repos.
 
La saison lyrique est composée de 8 opéras, dont 6 sont produits en interne et sont appelés à se produire dans d’autres lieux. « Ce qui constitue un gain de recettes de 80 000 euros en moyenne, chaque représentation étant vendue 5 500 euros, précise-t-il.». 
Les couturières créent 300 nouveaux costumes chaque année, qui rejoignent le stock impressionnant des 8 000 costumes. Ces derniers sortiront des placards de temps à autre, l’atelier "retouche" se chargeant d’en redimensionner 150 environ chaque mois

 

Offres d’emploi en lien avec l’article

CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L'AUBE

Responsable socio-éducatif (H/F)

Titulaire, Contractuel, CDD | 09/08/2019 | CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L'AUBE

CC RIVES DE MOSELLE

Gestionnaire de carrière et paie (H/F)

Titulaire, Contractuel | 01/08/2019 | CC RIVES DE MOSELLE

CONSEIL DEPARTEMENTAL D'INDRE ET LOIRE
         

  

 

 

 

 

Au sein de la Direction de l’Autonomie (120 agents) dont les missions sont :

-d’assurer la convergence des politiques publiques en faveur des personnes en situation de perte d’autonomie du fait de l’âge ou du handicap, de fluidifier l’accès aux services et aux droits des personnes âgées dépendantes et aux personnes souffrant de handicap;

-de proposer une organisation de la direction et des services qui garantisse une mise en œuvre articulée des politiques publiques concernées;

-de garantir des modalités de gouvernance adaptées et évolutives aux politiques publiques conduites;

-de gérer les moyens humains dans une logique de gestion prévisionnelle des effectifs et des compétences et les ressources financières dans un cadre renouvelé de contrôle de gestion.

 

Votre rôle s’articulera de la façon suivante :

 

1)    En tant que Directeur(trice) adjoint(e) à l’autonomie, (40% ETP) :

 

L’animation et pilotage : management organisationnel et gestion des ressources humaines :

 

-animer, coordonner et encadrer les services en charge de l’accueil, de l’instruction des prestations et de l’évaluation sociale et médico-sociale des publics relevant du champ personnes âgées et personnes handicapées,

-participer à l’équipe d’encadrement de la Direction Autonomie,

-définir des objectifs collectifs et individuels et évaluer les agents, anticiper les besoins en formation,

-participer à la procédure de recrutement des collaborateurs directs et l’évaluation professionnelle.

 

La mise en œuvre des politiques :

 

-organiser les secteurs d’activité relevant du poste et contrôler l’atteinte des objectifs,

-veiller à la cohérence de mise en œuvre des politiques publiques au profit des deux publics dans le domaine de l’accueil, de l’évaluation des situations et de l’octroi des prestations,

-organiser et optimiser les moyens dédiés à l’accueil et l’information des usagers relevant des champs personnes âgées et personnes handicapées, en lien notamment avec les Maisons Départementales de la Solidarité,

-développer une organisation unifiée de l’instruction des prestations qui prenne en compte les spécificités des deux publics,

-veiller au déploiement des outils informatiques liés au champ d’intervention et facilitant les échanges d’informations internes au Conseil départemental et entre le Conseil départemental et les partenaires,

-participer à la mise en œuvre du schéma départemental de l’autonomie sur le volet des personnes handicapées (enfants et adultes).

 

2)    En tant que Directeur(trice) du Groupement d’intérêt Public de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (60% ETP):

 

La MDPH (40 agents) est placée sous la tutelle administrative et financière du Conseil Départemental (Direction de l’Autonomie), offre un accès unique aux droits et aux prestations pour les personnes handicapées.

 

Vous piloterez et coordonnerez la stratégie de mise en œuvre des politiques publiques liées au handicap tout en déclinant des actions dans un esprit de service public.

Les missions s’articulent autour des axes suivants :

 

L’animation et pilotage : management organisationnel et gestion des ressources humaines :

 

-diriger les services du GIP en coordination et cohérence avec l'organisation de la collectivité et les orientations politiques préalablement définies,

-définir les besoins en effectifs et les compétences associées pour la direction,

-participer à la procédure de recrutement des collaborateurs directs et l’évaluation professionnelle,

-identifier les besoins de formation collectifs des services et les besoins individuels de ses collaborateurs directs,

-piloter et contrôler le dispositif hygiène, sécurité et santé au travail dans sa direction.

 

Pilotage et coordination budgétaire et financière :

 

-élaborer, contrôler et exécuter le budget spécifique du GIP,

-assurer la coordination budgétaire en lien la Direction de l’autonomie et le Secrétariat Général de la DGA,

-garantir la fiabilité et la sécurité des procédures budgétaires,

-conduire l'analyse financière prospective et élaborer et alimenter les tableaux de bord financiers.

 

La mise en œuvre de la politique liée au handicap sur le territoire départemental :

 

-coordonner la mise en place des outils informatiques dédiés au domaine d’activité (SI Harmonisé, Via Trajectoire, …),

-assurer le déploiement de la Réponse Accompagnée Pour Tous (RAPT),

-préparer la mise en place de la Maison Départementale de l’Autonomie,

-assurer la coordination territoriale des interventions en faveur des personnes handicapées,

-garantir l’accueil, l’information, le conseil et l’accompagnement des usagers,

-permettre l’accès aux prestations de compensation du handicap,

-assurer la gestion du fonds départemental de compensation du handicap,

-préparer et organiser la Commission des Droits et de l’Autonomie,

-préparer et mettre en œuvre les décisions des instances représentatives de la MDPH (COMEX, CT),

-évaluer la qualité du service rendu aux bénéficiaires,

-établir et mettre en œuvre les conventions de partenariat afférentes au champs d’activités,

-développer et maintenir des partenariats internes et externes efficaces (ARS, Etat, Education Nationale, CNSA…).

">

Directeur(trice) adjoint(e) à l’Autonomie / Directeur(trice) MDPH H/F

Titulaire, Contractuel | 01/08/2019 | CONSEIL DEPARTEMENTAL D'INDRE ET LOIRE

CH SUD FRANCILIEN

Gestionnaire marchés direction affaires juridiques H/F

Titulaire, Contractuel | 01/08/2019 | CH SUD FRANCILIEN

Dossier du mois

concours-fonction-publique-hospitaliere

Concours de la fonction publique hospitalière

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article