Transition énergétique : un secteur qui a le vent en poupe

Séverine Cattiaux
DOSSIER : Les métiers de l'environnement

Econome de flux, chargé de mission Energies renouvelables, chargé du plan air climat, de la rénovation énergétique de l’habitat…  Des métiers d’avenir particulièrement pourvoyeurs d’emplois dans les territoires. Plus ou moins techniques, ils exigent un bagage solide et scientifique.

 

Environnement

Pour lutter contre le réchauffement climatique et réduire l’empreinte carbone, les collectivités n’ont d’autres choix que de baisser leur consommation énergétique et développer l’énergie verte. Et cela, sans tarder. De fait, elles recrutent de nouvelles compétences qui viennent étoffer leur service.

« Les métiers autour de la transition énergétiques deviennent incontournables dans les collectivités à tous les échelons» observe Laure Voron, directrice à l’Asder. Un phénomène que l’association savoyarde pour le Développement des Énergies Renouvelables vérifie jour après jour. Elle forme nombre de ces futures recrues, qui trouvent sans peine un travail.

Côté employeur, les besoins sont bien « à la hausse », confirme Hélène Poimboeuf, directrice à la transition énergétique de Grenoble-Alpes Métropole. Son service a doublé de taille au cours du dernier mandat. « Nous embauchons des titulaires sur les cadres d’emplois d’ingénieur ou d’attaché territorial, et aussi des contractuels, car certains postes s’ouvrent au grès des opportunités de financement », précise--t-elle. A la satisfaction d’Hélène Poimboeuf, le secteur de la transition énergétique est particulièrement attractif. « Ces métiers sont gratifiants pour ceux qui ont une conscience environnementale forte et aspirent à trouver du sens dans leur vie professionnelle » estime-t-elle.  

 

Les conseillers en énergie partagés 

« Le conseiller en énergie partagé est devenu indispensable pour le suivi énergétique dans les communes de moins de 10 000 habitants » annonce Laure Voron. Plusieurs dizaines de conseillers sont recrutés chaque années, par les intercommunalités, les syndicats d’énergies sur des créations de poste ou en remplacement. Ces professionnels auscultent le patrimoine des collectivités. Technicien mutualisé, le CEP suit de manière régulière les consommations et les dépenses énergétiques des communes d’un même territoire. « Il intervient en soutien au responsable bâtiment de la commune » indique Laure Voron. A la suite de diagnostic énergétique, le CPE préconise des travaux d’isolation, un nouveau système de chauffage et de rafraîchissement, la refonte de l’éclairage public plus vertueux. Il lui faut aussi établir des cahiers des charges et participer à la désignation des prestataires et au suivi des travaux. Son bagage ? Un bac+3 minimum, une licence pro dans l’énergie par exemple.

 

Les experts du patrimoine et des réseaux

Les plus grosses communes font appel à l’expertise des économes du flux, encore appelés « responsables d’exploitation maintenance des bâtiments et suivi énergétique ». Ces professionnels suivent les contrats d’exploitation de système de chauffage, vérifient les travaux de maintenance et incite les délégataires à optimiser les consommations. L’économe de flux gère aussi les projets de raccordement aux réseaux de chaleur urbain, et l’achat d’énergie.  

Plus centré sur le bâti, le « chargé d’opération bâtiment », qui intègre de plus en plus la dimension « transition énergétique » dans son activité, que ce soit à travers le suivi de la réhabilitation d’un bâtiment ou le projet d’une nouvelle construction.

De leur côté, les contrôleurs de concession ont pour tâche exclusive de suivre le bon fonctionnement des réseaux de gaz, et d'électricité, propriétés de la collectivité, et que celle-ci confie à des concessionnaires. Leur rôle consiste d’inciter toujours plus ces gestionnaires à produire plus vert. Exception qui confirme la règle, les candidats ne sont se bousculent pas sur ces postes, note Hélène Poimboeuf. « Ce n’est pas quelque chose qui attire à première vue, mais c'est une fonction importante » insiste-t-elle. Pour ces différents métiers, une expertise technique forte est attendue avec un niveau ingénieur ou master. 

 

Les chargés de mission « plan climat air énergie »

Un ensemble de professionnels sont recrutés dans les collectivités pour mettre en œuvre, piloter et coordonner des programmes structurants, du type agenda 21, plan climat air énergie, démarches cit’ergie, programmes tepos/ tepecv (territoires à énergie positive pour la croissance verte)… 

En lien avec les élus et le responsable du service, ces chargés de mission fixent des orientations et des objectifs et déclinent des plans d’actions par thématique. « Ces postes sont moins techniques. On est sur de l’animation de dispositif territorial », jauge Hélène Poimboeuf. Le niveau master en développement durable est fortement recommandé avec une première expérience en accompagnement de projet. 

 

Les chargés de mission planification de l’énergie

Régions, agglomérations recherchent des chargés de mission planification énergétique. Leur mission : cartographier les usages énergétiques du territoire, mettre sur pied une stratégie d’achat des énergies et de production d’énergies renouvelables sur plusieurs années.

« Notre chargé de mission, ingénieure de la fonction publique territoriale a planché pendant deux ans sur notre schéma d’énergie, puis s’est consacrée au volet énergie particulièrement fourni du Plan local urbanisme intercommunal » illustre Hélène Poimbeuf. Comme formation initiale, les professionnels ont suivi un parcours bac+5, un master orienté énergies renouvelables ou un diplôme d’ingénieur.

 

Les chargés du développement énergies renouvelables

« Les besoins d’emploi dans ce domaine décollent vraiment depuis un an ou deux dans les collectivités », observe Laure Voron. Ces professionnels vont contribuer à la définition des orientations stratégiques en matière d’énergies renouvelables et impulser des nouveaux projets.  

Selon les potentiels et dynamiques du territoire, ils accompagnent les acteurs de la filière bois, déploient des projets de production de chaleur d’origine renouvelable, favorisent les installations d’éoliennes, poussent au déploiement du solaire photovoltaïque sur les toitures, et accompagnent des projets citoyens.  La formation « chargé de projet Énergie et Bâtiment Durables » de l’Asder conduit notamment à ce métier.  

 

Les chargés de mission rénovation énergétique de l’habitat

Lutter contre les passoires énergétiques dans le logement et inciter les particuliers, et les propriétaires à rénover leur habitat. Tels sont les objectifs des responsables en charge de « plateforme rénovation énergétique » de l’habitat. Sorte de guichet unique, ce dispositif propose du conseil aux particuliers, des diagnostics, et facilite l’accès aux aides financières pour les travaux de rénovation thermique.

Ces activités sont gérées parfois en interne complètement ou en partie, ou confiées à des partenaires extérieurs. Dans tous les cas, le chargé de mission veille à la qualité de ces prestations, allant même jusqu’à sensibiliser les professionnels du bâtiment sur le volet économie d’énergie.

Il est souvent dépositaire d’un bac+5 de type master ou d’un titre d’ingénieur bâtiment ou énergie. « Ces chargés de mission sont désormais recrutés par les intercommunalités que la  qui sont incitées à créer un service public de la performance énergétique de l’habitat, en vertu de la loi sur la transition énergique», conclut Laure Voron.  

Offres d’emploi en lien avec l’article

VILLE DE BRUAY LA BUISSIERE

Directeur – Directrice Général(e) des Services h/f

Titulaire, Contractuel | 04/12/2020 | VILLE DE BRUAY LA BUISSIERE

VILLE DE BRUAY LA BUISSIERE

Directeur-Directrice des affaires juridiques h/f

Titulaire, Contractuel | 04/12/2020 | VILLE DE BRUAY LA BUISSIERE

INFOPRO DIGITAL

Commercial Sédentaire B to B H/F

Titulaire, Contractuel, CDI, CDD | 04/12/2020 | INFOPRO DIGITAL

VILLE DE PLAISIR

Plombier H/F

Titulaire, Contractuel, CDD | 03/12/2020 | VILLE DE PLAISIR

Dossier du mois

Les chiffres clés de la fonction publique en 2017

La fonction publique en chiffres - 2017

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article