La fonction publique recrute : l'Etat et l'hospitalière en tête

Laure Martin • mis à jour le
DOSSIER : La fonction publique recrute

En termes d'emplois, certains secteurs sont plus porteurs que d’autres. Environnement, urbanisme, métiers de la petite enfance, sécurité, éducation nationale mais aussi les métiers liés à la santé. Dans tous les cas, faire le choix d’une carrière dans la fonction publique demeure judicieux.

Fonction publique

Fonction publique de l’Etat : des milliers de postes à pourvoir

Les opportunités d'emploi se multiplient dans la fonction publique d'Etat (FPE). En 2016, certains ministères recruteront tous azimuts dans la sécurité, la défense et la justice. C'est l'une des conséquences des attentats terroristes de 2015.

>> Lire aussi : Les recrutements de l'Etat en 2016

Des emplois contre le terrorisme

François Hollande a annoncé la création de quelque 8 500 postes dans les ministères de l'Intérieur et de la Justice. Il a promis que "5 000 emplois de policiers et de gendarmes seront créés d'ici deux ans", mais également que "le ministère de la Justice disposera de 2 500 postes supplémentaires pour l'administration pénitentiaire et pour les services judiciaires".

Plus de 200 postes d’auditeurs de justice ( ce sont les futurs magistrats formés par l'Ecole nationale de la magistrature) sont en effet proposés dans le cadre du plan interministériel de lutte contre la radicalisation violente et les filières terroristes.

En outre, l'administration des douanes va être renforcée de 1 000 postes. Ces créations devraient bénéficier aux services de lutte contre le terrorisme, à la police aux frontières et à la sécurisation générale du pays. Un concours exceptionnel de gardiens de la paix est d'ores et déjà ouvert pour embaucher plus de 2 000 fonctionnaires.

La cyberdéfense est devenue prioritaire. D’ici à 2019, l'Etat va injecter 1 milliard d’euros dans ce secteur et recruter environ 1 300 personnes. Pour former les troupes, un pôle d’excellence va être créé en Bretagne. Déjà, 1 300 personnes travaillent exclusivement pour la cybersécurité et la cyberdéfense.

Les recrutements se poursuivent aussi dans les armées. L'armée de Terre embauche tous les ans 10 000 officiers, sous-officiers et engagés volontaires, la Marine 3 000, l'armée de l'Air 2 000. La cible privilégiée étant les jeunes "sans diplôme" jusqu'aux bac+5.

Education nationale : 25.000 nouveaux enseignants en 2016

L’Etat recrute aussi bien dans les écoles, collèges, lycées, enseignement agricole, aide aux élèves handicapés ou en difficulté scolaire. Pas moins de 25 000 nouveaux enseignants vont être recrutés en 2016 dont près de la moitié de professeurs des écoles. Sans oublier des conseillers d’éducation, des secrétaires d’administration, des assistants de service social, des médecins, des  infirmiers scolaires et des animateurs périscolaires.

Fonction publique hospitalière : des métiers "en tension"

La fonction publique hospitalière est frappée de plein fouet par les départs en retraite. Nombre d’établissements sont en sous-effectifs et peinent à recruter.

La seule donnée certaine est le nombre de postes d’aides-soignants et d’infirmiers libérés : au moins 30 000 postes sont disponibles tous les ans.

Les quotas de formation des infirmiers ont un peu baissé en 2015 (30 844 places). Mais selon le rapport de France Stratégie "Les métiers en 2022", les perspectives d’emploi pour les infirmiers sont "très favorables " avec 219 000 postes à pourvoir sur la décennie 2012-2022, et 92 000 créations nettes d’emploi.

>> Lire aussi : Hôpitaux publics : les 6 métiers qui recrutent en 2016

Aide-soignant : LE métier qui recrute

  •  Environ 23.000 postes d'aide-soignants à pourvoir, par an, jusqu’en 2022 ! Ce phénomène est lié au vieillissement de la population, donc à la hausse de la demande. Ce sont les capacités d’accueil des instituts de formation d’aides-soignants fixées lors de leur agrément qui conditionnent le nombre d’élèves. 

Le secteur paramédical n'est pas en reste avec les ergothérapeutes, orthoptistes, psychomotriciens, manipulateurs radios, mais aussi les sages-femmes et les ambulanciers... Les demandes concernent aussi bien les hôpitaux que les structures psychiatriques ou les maisons de retraite.

Pour les orthoptistes, le numerus clausus est original, puisqu’il fixe un seuil minimal d’étudiants à former plutôt qu’un nombre maximal. 396 places sont ainsi ouvertes au concours en 2016, qui devraient ensuite passer à 500.

Du côté des masseurs-kinésithérapeutes les quotas de formation restent stables avec 2 500 kinés en 2015.

Quant aux médecins, il y a pour cette profession un numerus clausus (7 497 places en 2016), mais en réussissant la première année commune aux études de santé (Paces), les étudiants auront un travail.

Chaque année, l'Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP), premier centre hospitalier d'Europe et premier employeur d'Île-de-France, recherche des centaines d'infirmiers cadres de santé. Le recrutement se fait directement dans chaque hôpital ou groupe hospitalier dépendant de l'AP-HP.

>> Lire aussi Infirmiers : de nombreux départs à la retraite

Enregistrer

Enregistrer

Fonction publique territoriale : une relative frilosité

Une collectivité territoriale sur 5 prévoit de recruter en 2016, d’après l’étude HoRHizons 2015 du CNFPT sur les tendances des politiques RH territoriales. Principale raison de cette frilosité : des ressources financières moindres, du fait de la baisse des dotations de l’Etat, et plus de dépenses liées à l’aménagement des rythmes scolaires notamment et aux transferts de compétences liées à la récente réforme territoriale.

Ainsi, 82 % des employeurs publics locaux interrogés n'envisagent pas de recruter en 2016. Parmi eux, principalement les collectivités territoriales les plus petites  : à 95 %, les communes de moins de 5 agents, et, à 90 %, des communes de moins de 3 500 habitants.

Grandes collectivités et EPCI : des embauches pour remplacer ceux qui partent

Celles qui pensent embaucher sont les grandes communes et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), et pour les trois quarts, sur des emplois permanents et grâce à des contrats aidés. 27 % pensent avoir recours à des apprentis.

>> Lire aussi : L'apprentissage dans la fonction publique, dossier

Plus de 50 % des recruteurs potentiels prévoient cependant de remplacer des départs. Mais seuls 20 % évoquent une ou plusieurs créations de poste.

  • La moitié aurait lieu dans les services "aménagement et développement" : urbanisme, politique de la ville, transports, environnement, action économique, emploi, Europe et international.
  • L'autre moitié dans les "services techniques" : 41 % dans l'enfance, l'éducation et la jeunesse, 34 % dans les fonctions supports, 22 % respectivement dans le social et la culture, 12 % dans le sport, 8 % dans la santé.

Des niches d'emplois dans les collectivités territoriales

Le secteur paramédical n'est pas en reste avec les ergothérapeutes, orthoptistes, psychomotriciens, manipulateurs radios, mais aussi les sages-femmes et les ambulanciers... Les demandes concernent aussi bien les hôpitaux que les structures psychiatriques ou les maisons de retraite.

Pour les orthoptistes, le numerus clausus est original, puisqu’il fixe un seuil minimal d’étudiants à former plutôt qu’un nombre maximal. 396 places sont ainsi ouvertes au concours en 2016, qui devraient ensuite passer à 500.

Du côté des masseurs-kinésithérapeutes les quotas de formation restent stables avec 2 500 kinés en 2015.

Quant aux médecins, il y a pour cette profession un numerus clausus (7 497 places en 2016), mais en réussissant la première année commune aux études de santé (Paces), les étudiants auront un travail.

A savoir

Chaque année, l'Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP), premier centre hospitalier d'Europe et premier employeur d'Île-de-France, recherche des centaines d'infirmiers cadres de santé. Le recrutement se fait directement dans chaque hôpital ou groupe hospitalier dépendant de l'AP-HP.

>> Lire aussi Infirmiers : de nombreux départs à la retraite

Enregistrer

Enregistrer

Sorbonne Université

Plombier chauffagiste F/H (réf.3374)

Titulaire, Contractuel | 20/05/2019 | SORBONNE UNIVERSITE

CNOUS - CENTRE NATIONAL DES OEUVRES

Catégorie : A+ (AENESR)

Titulaires exclusivement

Poste vacant le : 1er septembre 2019

Localisation : 60, rue du Plat d’Etain – Bat H. 37041 - TOURS

 

Nombre d’agents à encadrer

1  (secrétariat de direction)

Positionnement et objectifs du poste :

Placé(e) sous l’autorité du Directeur Général du Crous d’Orléans-Tours, le (la) Directeur (trice) du Clous a pour mission d’accompagner l’Université de Tours dans ses différents projets en élaborant une stratégie via la conception d’un schéma d’hébergement et de restauration.

Cette conception implique une réflexion en partenariat avec l’université et avec

les collectivités territoriales.

Il (elle) fait partie de l’équipe de direction.

 

Les missions principales :

- Contribuer à la définition et à la mise en œuvre de la politique du Crous d’Orleans-Tours, dans le cadre des orientations nationales et régionales

- Représenter le Directeur Général du Crous sur le site de Tours.

 

Descriptions des activités :

  • Assurer un rôle de liaison du relais entre le Directeur Général et les acteurs locaux sur les différents dossiers.
  • S’assurer du bon fonctionnement des partenariats.

 

">

Directeur du Clous de Tours Orléans (Centre Local des Œuvres Universitaires et Scolaires) H/F

Titulaire | 20/05/2019 | CNOUS - CENTRE NATIONAL DES OEUVRES

Dossier du mois

Les chiffres clés de la fonction publique en 2014

La fonction publique en chiffres - 2016

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article