La « fonction publique de demain » recrutera de nouvelles compétences

Séverine Cattiaux
DOSSIER : Les métiers qui recrutent

Dans 20 ans, les métiers de la fonction publique n’auront plus grand chose à voir avec ceux d’aujourd’hui. Claire Pascal, directrice de Comundi éclaire de sa lanterne la mutation à l’œuvre. 
 

Fonction publique
Selon l’Institut du futur, un think tank californien et Dell, 85 % des emplois en 2030 n’existent pas encore. De quoi rester bouche bée. L’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) avancent des prévisions un peu en de ça, mais tout de même augurant un bouleversement du travail.
 
Pour l’OCDE, près de la moitié des emplois pourraient disparaître ou changer radicalement au cours des 15 à 20 prochaines années. La fonction publique en France dérogera-t-elle à ce pronostic ? « Non, même si elle sera impactée dans une moindre mesure, selon les services », répond la spécialiste de la formation, Claire Pascal, directrice de Comundi.
 
Une chose est sûre, annonce-t-elle, les fonctionnaires actuels, à plus forte raison les nouveaux venus ne cesseront de devoir s’adapter et de se former tout au long de leur vie professionnelle. « Bon nombre de métiers vont se transformer, plus qu’ils ne vont disparaître dans la fonction publique », résume l’experte. 
 
 

Les nouvelles compétences vont grignoter peu à peu les compétences originelles pour finalement recomposer des métiers nouveaux

Tâches accélérées et fiabilisées qui libèrent du temps 

 
« La transformation digitale », « l’intelligence artificielle » sont les principales sources du chamboule-tout dans les services et les métiers de la fonction publique. Une mutation déjà bien amorcée…  Les agents ont commencé à déserter les guichets pour se retrouver désormais, en support technique, afin de traiter une masse de dossiers qui transitent par des interfaces web. D’ores et déjà, l’intelligence artificielle s’immisce aussi dans les services pour traiter plus vite et mieux les informations.
 
Au CHU de Bordeaux, un système d’intelligence artificielle est testé pour faciliter le travail du personnel soignant et diminuer les pertes de temps liées à la recherche d'informations sur les patients... Dans les préfectures, l’IA devrait permettre de simplifier la détection des informations sensibles pour optimiser le contrôle de la légalité des actes. Les gendarmes vont prochainement s'appuyer sur des outils d’IA pour mieux recueillir les plaintes des usagers.
 
Il résulte de ces nouvelles pratiques que les professionnels vont dégager du temps pour d’autres tâches… « Les nouvelles compétences vont grignoter peu à peu les compétences originelles pour finalement recomposer des métiers nouveaux ».
 

Transversalité et traçabilité 

 
Autre évolution influant sur l’activité même des agents au quotidien : les professionnels ne vont plus travailler en silo, mais de plus en plus en transversalité. C’était déjà le cas. Cependant les passerelles entre services vont pour ainsi dire se démultiplier, au rythme des innovations technologiques. A l’aide d’applications numériques, il sera bientôt possible de réguler les feux rouges… en fonction du niveau de pollution de l’air.
 
Pour ce faire, le service de la circulation routière et celui de l’environnement devront unir leurs savoir-faire. Toujours plus élevées, les exigences des citoyens en terme de transparence et de réactivité bousculent également les pratiques. « La traçabilité devrait s’étendre à tous les services et métiers », est persuadée Claire Pascal. 
 
 

Les nouvelles compétences vont grignoter peu à peu les compétences originelles pour finalement recomposer des métiers nouveaux

Contributions extérieures de plus en plus recherchées

 
Dans le même temps que le digital innerve les métiers, la sociologie du travail dans la fonction publique entre dans une zone de fortes turbulences. Les contributeurs au service public seront plus variés à l’avenir. « Il faut avoir en tête que les besoins des usagers évoluent de plus en plus vite eux aussi et qu’il faut les satisfaire », assène la directrice. Le travail en interne aura ses limites. « Les agents vont être amenés à travailler en mode projet avec des prestataires extérieurs pour développer des outils spécifiques ».
 
L’introduction de « contrats de projet » initié par le gouvernement Philippe tend à accompagner ce mouvement, voire à l’accélérer. Ce type de contrat doit ainsi faciliter le recrutement de personnes possédant des compétences périphériques à la fonction publique, pour occuper des missions temporaires et spécifiques. « Cela correspond aussi à l’aspiration d’une nouvelle génération préférant s’impliquer sur des projets plutôt que dans des logiques de collaborations pérennes », ponctue Claire Pascal. 

Offres d’emploi en lien avec l’article

VILLE DE JOIGNY

Bibliothécaire – responsable de la lecture publique (h/f)

Titulaire, Contractuel | 06/12/2019 | VILLE DE JOIGNY

INFOPRO DIGITAL

Commercial Sédentaire B to B H/F

Titulaire, Contractuel, CDI, CDD | 06/12/2019 | INFOPRO DIGITAL

CAISSE DES ECOLES DU 13EME

Magasinier en restauration collective (H/F)

Titulaire, Contractuel | 05/12/2019 | CAISSE DES ECOLES DU 13EME

VILLE DE CHATELLERAULT

Responsable de l'unité Maintenance et dépannage (H/F)

Titulaire, Contractuel | 05/12/2019 | VILLE DE CHATELLERAULT

Dossier du mois

concours-fonction-publique-3eme-voie

Concours de la fonction publique territoriale : troisièmes concours

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article