Inégalités salariales entre les hommes et les femmes: l’Organisation mondiale du travail met en garde

Séverine Cattiaux • mis à jour le
DOSSIER : Objectif : égalité femmes-hommes dans la fonction publique

En France, les femmes sont, en moyenne, rémunérées 16 % de moins que les hommes. Des inégalités entre les sexes qui qui . Et l'on voit aussi que là où existe le "dialogue social" entre les syndicats et les patrons, les discriminations salariales sont moindres.

femme-planete

"L’écart salarial entre les hommes et les femmes reste une préoccupation à l’échelle mondiale",  affirme l'Organisation internationale du travail (OIT) dans son 5e et dernier rapport "les Inégalités salariales au travail". En effet, les inégalités de salaires entre les hommes et les femmes — toujours en défaveur de celles-ci — perdurent dans tous les pays. Tel est l’un des enseignements du rapport publié en février 2017 par l’OIT, qui compile et compare les données produites sur les salaires par de nombreux pays.

La France, mauvaise élève avec l’Allemagne et les Etats-Unis

L'OIT a confronté l'écart entre les rémunérations horaires moyennes des hommes et des femmes de 46 pays. La France se trouve au milieu du tableau, avec 16 % d’écart. Le Mexique et la Bosnie sont les pays les plus égalitaires. L'Italie et la Grèce font également partie du top 10 des pays où les différences salariales entre les hommes et les femmes sont les plus réduites.

Du côté des élèves encore plus mauvais que la France figurent de nombreux pays développés : les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Japon, ainsi que l'Azerbaïdjan et le Bénin. Ces deux derniers décrochent la palme du plus grand écart avec 40 % de différence de rémunération.

Les inégalités de salaire s'accroissent avec l'âge

L'écart de salaire se manifeste-t-il dès les premiers postes ? Oui, répond l’OIT. Sitôt entrés sur le marché du travail, les femmes et les hommes ne sont pas logés à la même enseigne. Les inégalités salariales s’accroissent plus fortement encore, passé l’âge de 40 ans.

  • En France, les hommes de moins de 19 ans et moins gagnent en moyenne environ 12 % de plus que les femmes du même âge.
  • Entre 20 et 29 ans, la fossé se réduit, à 4 %.
  • Entre 30 et 39 ans, la différence se creuse à nouveau, et atteint 12 %.
  • Entre 40 et 49 ans, les hommes sont payés 18 % de plus que les femmes.
  • Entre 50 et 59 ans, les femmes sont rémunérées 21 % de moins que les hommes.
  • Après 60 ans, les hommes gagnent environ 29 % de plus.

Ces moyennes françaises sont toutes supérieures aux moyennes européennes.

>> Lire aussi : Emploi des femmes, les plus de 45 ans discriminées

Le gap s’accentue avec la montée en grade

En France, en Europe et dans le monde, les différences de salaires entre la gente féminine et masculine sont encore plus fortes dans les catégories professionnelles les mieux rémunérées.

Ainsi, les professions supérieures, les dirigeants de PME, les dirigeants de grandes sociétés et les directeurs généraux enregistrent de forts écarts, pour ne pas dire des gouffres, concernant la rémunération entre les femmes et les hommes. Parmi le 1 % des mieux rémunérés des fonctions les mieux payés, l’inégalité de traitement devient "énorme" qualifie l'Organisation international du travail.

Dans la  catégorie des plus hauts salaires, les hommes sont payés en moyenne 45 % de plus que les femmes.

Autre constat : plus on s’élève dans la hiérarchie, moins les femmes sont présentes. Globalement, elles sont en France environ deux fois moins nombreuses dans les fonctions supérieures.

>>Lire aussi : 26% de femmes à des postes de direction dans la fonction publique

Le dialogue social pour réduire les inégalités

L'écart salarial demeure une caractéristique persistante des marchés du travail de toutes les nations, ou presque… Un léger mieux est tout de même observé, ces dernières années, par l’OIT.

"Dans la plupart des pays pour lesquels on dispose de données, cet écart s’est en général amoindri avec le temps, mais sans s’être complètement comblé...". L'une des explications est que tous les pays industrialisés ont mis en place des lois imposant l'égalité de traitement envers les femmes sur les marché du travail. Mais cela ne suffit pas.

L’OIT met également en avant le besoin de dialogue social et de la négociation collective au sein des structures. Quand ces pratiques sont fortement développées, les inégalités salariales de toutes natures sont battues en brèche et en découlent "une croissance inclusive et une meilleure répartition des revenus".

Les marges de progrès en termes de dialogue social sont  importantes, aussi bien dans le secteur public que le privé. Il a ainsi été constaté que la présence syndicale est plus faible dans les branches d’activité où les femmes sont surreprésentées.

Qu’attend-on pour accentuer le dialogue social ? Même le G20 en convient :"Le creusement [des inégalités salariales de toute nature] est un danger pour la cohésion sociale et politique, et s’avère coûteux en termes de croissance économique."

>> A lire aussi :  notre dossier sur les rémunérations des fonctionnaires

Offres d’emploi en lien avec l’article

VILLE DE JOIGNY

Bibliothécaire – responsable de la lecture publique (h/f)

Titulaire, Contractuel | 06/12/2019 | VILLE DE JOIGNY

INFOPRO DIGITAL

Commercial Sédentaire B to B H/F

Titulaire, Contractuel, CDI, CDD | 06/12/2019 | INFOPRO DIGITAL

CAISSE DES ECOLES DU 13EME

Magasinier en restauration collective (H/F)

Titulaire, Contractuel | 05/12/2019 | CAISSE DES ECOLES DU 13EME

VILLE DE CHATELLERAULT

Responsable de l'unité Maintenance et dépannage (H/F)

Titulaire, Contractuel | 05/12/2019 | VILLE DE CHATELLERAULT

Dossier du mois

concours-fonction-publique-hospitaliere

Concours de la fonction publique hospitalière

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article