Devenir caméraman reporter dans l'armée

Séverine Cattiaux • mis à jour le
DOSSIER : Militaires et civils : les métiers de l'armée

Caméramans, reporters d'images, cadreurs... Depuis un peu plus de dix ans, le Sirpa Terre Image de l'armée de terre recrute des professionnels pour valoriser les missions des soldats, à travers des prises de sons, des reportages photos et vidéos ou encore des oeuvres graphiques ou multimédias.

Caméraman armée

Reporteur d'images, cadreur dans l'armée : une spécialité militaire 

Le caméraman de l'armée couvre l’actualité de l’armée de terre : entraînements, cérémonies, opérations multiples en France et à l’étranger, parfois au coeur des conflits armés... Tout comme le photographe, le preneur de sons, le réalisateur avec lesquels il forme une équipe, il est militaire avant d'être caméraman. 

Soldat de l'image, métier à risques

Cette appartenance à la "famille armée" semble nécessaire pour comprendre les enjeux de ce métier et capturer les "images" qui expliquent et valorisent les missions des armées. De plus, seuls les caméramans militaires sont autorisés à partir filmer dans les zones de combat, en opération extérieure, au Sahel, en Irak ou pour suivre des exercices de l’Otan en Estonie, par exemple.

"C’est un travail à risque, ces reporters sont véritablement des soldats de l’image, prévient le colonel Mouille, chef de la section Image du Sirpa. "Les caméramans sont équipés et armés de la même manière que les autres soldats, en plus de leur équipement professionnel. Ils doivent être capables de se défendre", ajoute-t-il.

C’est un travail à risque, ces reporters sont véritablement des soldats de l’image... 

Il arrive que leurs images passent au JT du 20 heures. Mais, comme le dit Evan, sur son blog, où il raconte comment il est devenu photographe dans l'armée, "il faut bien savoir et comprendre une chose : l’armée, c’est pas la TV. J’entends par là, le gars que vous aurez en face de vous ce n’est pas le Sergent Hartman de Full Metal Jacket". 

Du reportage "chaud" au clip promotionnel

Les équipes "images" de l'armée ne connaissent pas la routine. Elles suivent les entraînements des unités de l'armée de terre, les exercices militaires notamment. Elles couvrent aussi les cérémonies, les opérations Sentinelle de protection des citoyens, etc. Ces professionnels peuvent également être amenés à réaliser des clips vidéo de présentation d'un régiment.

 

La communication par l'image dans l'armée, des métiers de valeur(s)

L'armée de terre a besoin d’images pour illustrer et promouvoir l'action des forces armées sur le terrain, que ce soit pour sa communication interne ou externe. Un besoin accru par la lutte contre le terrorisme, en France et à l'échelle internationale. Il s'agit, d'une certaine manière, de légitimer l'action des armées françaises, certes, mais aussi de susciter l'adhésion à des valeurs et des vocations chez les jeunes! 

Ainsi, créé en 2006, le Sirpa Terre Image recrute régulièrement des professionnels de l’image pour promouvoir les missions des soldats à travers des prises de sons, des reportages photos et vidéos ou encore des oeuvres graphiques ou multimédias.

Des productions recherchées et appréciées

"La communication par l’image est devenue un enjeu de plus en plus important vis-à-vis de la population et de nos décideurs politiques, afin qu’ils soient acculturés sur notre fonctionnement, notre raison d’être", explique le colonel Mouille, chef de la section Image.

Les reportages, photos et sons des professionnels de l’armée de terre sont publiés dans les journaux internes ou diffusés sur les réseaux sociaux officiels (Facebook, Twitter, Youtube, Pinterest) de l'armée de terre. L’ensemble de cette production rejoint aussi les archives. Les médias civils sont également très demandeurs d’images montrant les lieux des conflits.

 

Au Sirpa Terre Image, une petite centaine de professionnels

Cinq cellules de production sur le territoire

Le Sirpa Terre Image s’appuie sur cinq cellules de production, implantées à Lyon, à Metz, à Nîmes, à Rennes et à Saint-Maixent pour couvrir l’actualité des territoires. D'où une souplesse de fonctionnement : "Cela nous permet de dire aux équipes : il se passe quelque chose là-bas, vous avez trois ou quatre heures pour y aller et faire un reportage", explique le colonel Mouille, chef de la section Image.

Ces cellules de production (une quinzaine de personnes chacune) comptent une ou plusieurs équipes images composées d'un chef d’équipe réalisateur, un photographe et un cadreur ou caméraman. Au niveau du Sirpa Terre Image, une vingtaine d'équipes images sont disponibles en permanence.

Les femmes et le personnel civil minoritaires

Les femmes sont présentes bien que minoritaires, une quinzaine, sur quelque quatre-vingt personnes au total. De même, le personnel civil ne représente qu'une vingtaine de personnes de l’effectif.

 

Militaires reconvertis et francs-tireurs passionnés

Le Sirpa Terre Image compte dans ses rangs une large majorité de militaires. Ces derniers arrivent dans cette spécialité "image" par la promotion interne, en deuxième partie de carrière, après avoir été un temps fantassin, transmetteur, conducteur de char, chasseur alpin, parachutiste, etc. Motivés, ayant des affinités avec la photo, le journalisme, etc., ils ont souhaité se réorienter vers les métiers de l’image.
Leur projet validé, ils seront formés à lEcole des métiers de l’image, entité qui fait partie de l’Etablissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense.

>> Lire notre article : La reconversion des militaires

Quant aux personnels civils, moins nombreux, environ trois par cellule de production, "ils sont recrutés en qualité d'ouvriers d’Etat ou de techniciens supérieurs", précise le colonel.

La première chose à faire si ce métier vous attire, c'est de prendre rendez-vous avec un conseiller dans un centre de recrutent des forces armées (Cirfa). Ce conseiller, un militaire, vous éclairera sur le métier et les spécialisations possibles. Au bout de plusieurs entretiens, il saura cerner votre personnalité, vos capacités, votre réelle motivation, et ainsi vous guider vers une école, une formation. Pour votre part, vous serez alors en mesure de prendre une décision. Si vous êtes vraiment motivé, accrochez-vous : les places sont chères pour ce "métier de passion"! 

> Lire aussi : Comment intégrer les métiers des armées

Dossier du mois

concours-ville-paris

Concours de la Ville de Paris

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article