Anne-Laure Michel, pilote de chasse et commandante dans l’armée de l’air

Séverine Cattiaux • mis à jour le
DOSSIER : Militaires et civils : les métiers de l'armée

Anne-Laure Michel est l’une des 15 femmes pilotes de chasse, en France. Elle est commandante d’escadrille depuis 2008. En septembre, elle entre à l'Ecole de guerre, pour voler toujours plus haut, avec toujours plus de responsabilités. Sans, gageons-le, rien perdre de son humour. C'est inscrit sur son écusson : "Don't panick : women on stick". Rencontre.

commandant-michel-portrait

Depuis 2010, la commandante Anne-Laure Michel (photo ci-dessus) travaille dans un bureau à l’état major. Le cursus est ainsi fait : la vie de pilote de chasse étant très intense, le retour au sol est inévitable. "Je continue de voler sur des avions de chasse régulièrement, mais beaucoup moins souvent qu'auparavant". Après avoir été aux premières loges des opérations de l’armée de l’air de 2004 à 2010, en qualité de commandante d’escadrille à partir de 2008, elle occupe depuis 2010 un poste "d'aide à la décision des grands chefs".

Sa mission : préparer les futurs avions de chasse...

Mon travail consiste, explique-t-elle, à réfléchir avec quoi, dans le futur, on va équiper les avions de chasse pour rester compétents dans des opérations de type OTAN, par rapport aux autres pays, aux autres avions, et face aux nouvelles menaces."

Cette deuxième tranche de sa vie professionnelle s’achève cet été. La commandante retourne en formation à l’Ecole de guerre, en septembre, pour mieux repartir sur le théâtre des opérations, en 2014. "Mon objectif est de devenir commandante d’un escadron (1) de chasse", lance-t-elle.

Mon père est pilote de chasse. Dans la famille, on compte un grand nombre de pilotes. Aussi bien dans les loisirs que dans la vie de tous les jours, j'ai toujours connu l'aéronautique.

Durant ses années collège et lycée, elle veut devenir pilote de ligne. La seule voie ouverte aux femmes. "Je me disais : je vais essayer de faire ça". Quand elle arrive au lycée, la première femme pilote de chasse, Caroline Aigle, fend les airs… "J'ai opté pour cette voie, quand j'ai su que c'était possible".

Prépa scientifique au Prytanée militaire de La Flèche, dans la Sarthe. Elle passe ensuite le concours de l’Ecole de l’air et suit une formation de trois ans dans cet établissement, à Salon-de-Provence. Deux ans pour obtenir le diplôme d'ingénieur, une troisième pour décrocher le diplôme d'équivalence européenne, que tous les pilotes de ligne d'Europe passent dorénavant.

En 2001, commence la formation en vol, d'abord sur des avions à hélice. Chaque jour, un vol. Pour chaque vol, un programme précis noté par le moniteur. "A la fin de la première phase, il y a un classement, en fonction duquel, les premiers font ce qu'ils veulent, les suivants sont affectés à l’aviation de transport, etc."

En 2002, elle apprend à piloter l’Alpha Jet, premier petit avion de chasse (le même que celui de la Patrouille de France). En mars 2003, elle obtient le brevet de pilote de chasse. Elle a 26 ans. "Physiquement, piloter un avion de chasse, un engin qui peut aller jusqu’à 800 km/h, ce n’est pas plus dur pour une femme que pour un homme. Il y a des critères à remplir et des étapes à franchir dans la formation, qui sont les mêmes pour les hommes et pour les femmes (…) Il faut avoir des abdominaux pour faire face aux accélérations. De ce côté-là, les femmes : on est pas trop mal ! Quant à la force dans les bras, ce n'est pas primordial, car on est aidées par l'avion... Si l'on veut imprimer un mouvement, il suffit d'appuyer sur un petit bouton, et l'avion nous aide à le maintenir…"

Physiquement, piloter un avion de chasse, engin qui peut aller jusqu’à 800 km/h, ce n’est pas plus dur pour une femme que pour un homme. La formation est la m^me pour les hommes et pour les femmes (…) Il faut avoir des abdos pour faire face aux accélérations. De ce côté-là, les femmes : on est pas trop mal !

Anne-Laure Michel est affectée à l’escadron du "Normandie-Niemen" à Colmar, l’une des unités les plus prestigieuses des armées françaises, en janvier 2004. Elle pilote le Mirage F1. Conformément à ses vœux. "J'avais envie d'être dans un avion monoplace. C'est le cas du mirage F1, que j’ai piloté et que je pilote encore. Car il existe aussi des avions biplaces avec un pilote à l'avant, un navigateur à l'arrière."

Durant cette période hyperactive, Anne-Laure Michel effectue 5 opérations extérieures au Tchad et une en Afghanistan, dont deux en tant que commandante de détachement de 60 personnes. A raison d’une opération au moins chaque année, elle part à l’étranger quatre mois par an.

"J'ai passé au moins deux mois tous les ans, au Tchad". L’escadron du "Normandie-Niemen" effectue dans ce pays d’Afrique centrale une mission permanente de soutien et de surveillance de l'armée tchadienne. En 2010, Anne-Laure Michel part en mission en Afghanistan, "dans un contexte OTAN". Comparé à l’Afghanistan, on parle moins de nos opérations au Tchad…, relève-t-elle. Pourtant, je vous avouerais qu'il y a eu là-bas des missions avec beaucoup de tension… Pour un pilote, c'est  aussi dur de surveiller des troupes africaines en train de se taper dessus que de surveiller des soldats américains qui essaient de ne pas sauter sur une mine, ou de ne pas se faire tirer dessus par les Talibans."

Comment surmontait-elle le stress ? "Je me disais : il ne faut pas trop penser à ce qui peut arriver de négatif, parce que ça peut paralyser et, du coup, être négatif pour la mission."

S’entraîner,  beaucoup !

Outre ces temps forts, les pilotes de chasse effectuent des exercices de plusieurs jours, voire semaines, tout au long de l’année. Car un pilote ne doit jamais faillir. En plus d’une parfaite maîtrise de soi, il doit être multitâche "et réactif, car il est rare que cela se passe comme prévu.

"Nous avons suivi une préparation intense aux Etats-Unis, avec tous les autres pays. En Afghanistan, il y a une grande zone d'exercice, où sont reconstituées les conditions d’un exercice réel, où tout le monde travaille ensemble en ambiance OTAN". Lors des entraînements sont reconstituées des "ambiances hyper denses". L’objectif est de "voir comment les gens vont réagir parce que, c'est humain, il peut arriver que les pilotes craquent face à une forte sollicitation, donc on essaie de s'en rendre compte avant de partir en opération ».

La filière "pilote de chasse" intéresse encore peu de femmes, qui embrassent plutôt des carrières qui permettent de rester au sol ou qui préfèrent piloter les avions de transport, les hélicoptères…

Les pilotes savent qu’ils ne s’entraînent pas en vain, ce qui est encore plus vrai ces dernières années… "Oui, il y a eu une période dans les années 2000, où il n'y a pas eu trop de conflits, où l'on aurait pu penser que les pilotes ne faisaient que s'entraîner... Mais après l'Afghanistan, il y a eu la Libye, le Mali… On n’en est plus au stade où l’on s’entraîne juste pour s’entraîner. Le grand public sait que nous allons sur le terrain, et parfois au pied levé. Finalement, ça nous motive aussi."

La vie professionnelle du pilote de chasse est jalonnée d’échelons à gravir. "Ces qualifications sont toujours une phase difficile pour un pilote", reconnaît la commandante Michel. Mais elles font partie du jeu. La première année, le pilote est "en instruction au sol". Il apprend à "devenir opérationnel", il va s’exercer en avion à faire des tirs, les plus précis possible, à réussir des opérations délicates tel le ravitaillement en vol… Puis, il devient pilote opérationnel, il passera l’année suivante de nouvelles qualifications pour devenir sous-chef de patrouille, devenant ainsi capable d'être leader de deux avions pour partir en mission d'opération. L'année d'après, il devient chef de patrouille, donc, capable d’emmener 4 avions et plus, en mission.

En 2007, Anne-Laure Michel a obtenu son brevet de Mission Commander. Elle pouvait partir en mission avec pas moins de 100 avions, de tout type et de tout pays.

L’humour étant sa meilleure arme antimacho. Elle porte un écusson, créé avec des  collègues femmes, FAF's Angels, surmonté de cette petite phrase espiègle : "Don't panick : women on stick".

Dans le documentaire "Femmes pilotes de chasse : du rêve à la réalité", sorti en 2009, on la voit s'entraîner, partir en mission, parler de sa condition de femme. La commandante d'escadrille évolue manifestement avec une certaine aisance dans cet univers masculin…

Anne-Laure Michel a vraiment imposé un style de management. "Il y a eu, au début, beaucoup de réticences à la présence de femmes dans les escadrons de chasse, des gens pour dire qu’elles allaient mettre le bazar, mais de fait, les femmes apportent plus de compréhension...", affirme-t-elle. Contrairement aux hommes, elle explique percevoir ces "aspects humains qui échappent et qui peuvent expliquer certaines situations, certains échecs". "Je ne sais pas si c'est dans notre nature, si c'est plus développé chez la femme, mais on m’a souvent dit : heureusement que tu nous dis cela…». Davantage dans l’empathie, elle suscite les confidences. Pour toutes ces raisons, ses collègues hommes la surnomment "maman"…

Reste que les femmes pilotes sont rares en France. "Toutefois, plus de femmes font l’Ecole de l’air qu’il y a dix ans. Dans ma promotion, nous étions 9 filles sur 96, aujourd'hui, elles sont un bon quart". Mais la filière "pilote de chasse" intéresse encore peu de femmes, qui embrassent plutôt des carrières qui permettent de rester au sol ou préfèrent piloter les avions de transport, les hélicoptères…

A la fin de l'été 2013, Anne-Laure Michel aura fini cette phase de trois ans à l'état major de l'Armée de l'air. Elle entrera à l'Ecole de guerre en septembre, après avoir réussi un concours Interarmées en 2011. Elle pourra, à l'issue de cette année, accéder à des postes à haute responsabilité, soit dans l’une des trois armées, soit au ministère de la Défense. Elle pourra aussi rejoindre l'Otan. Mais la commandante aspire à repartir dans l'opérationnel et commander un escadron de chasse. Ce qui suppose quelques étapes intermédiaires et de piloter un autre avion, probablement le Rafale.

"Le petit défi supplémentaire lié à la période actuelle : les restrictions budgétaires, qui font qu'il y a de moins en moins d'escadrons de chasse !" Autrement dit une petite dizaine de postes sur toute la France…

Nouveau challenge : être maman !

Anne-Laure Michel est maman depuis quelques mois. « Je prendrais encore plus conscience du risque et des conséquences… Après je me dis que toutes les femmes actives qui ont des enfants, doivent gérer…. Je ne fais pas trop de différences entre une femme qui a un métier très prenant mais qui pour autant ne monte pas dans un avion, et moi. Elles y arrivent, pourquoi pas moi ? »


(1) Un escadron comprend une trentaine de pilotes, répartis en 3 escadrilles.
(2) FAF = French Air Force, "FAF’s Angels" en référence à la série Charlie's Angels

Les questions bizarres de la rédac'

• Votre situation familiale ? Mariée, un petit garçon.

• Des loisirs ? Le sport entre midi et deux et le week end avec mon mari, la famille, les amis, des balades en montagne… Des sorties culturelles à l’occasion, comme récemment au théâtre antique d'Orange…

• Un livre, une expo ? Je lis le dernier ouvrage de Marc Lévy, et une pile de livres m’attend !

• Votre salaire net ? 5 000 euros par mois environ.

• Votre moment préféré dans la journée ? Quand je quitte mon travail, que j'ai fait que tout ce que je voulais faire et que je vais retrouver mon fils.

Si vous exerciez un tout autre métier dans la fonction publique ? Prof de maths ou d’une matière scientifique.

• Réseaux sociaux, vous en êtes ? J’ai cessé d’aller sur Facebook, submergée par les "demandes d’amis", à la suite d'un reportage à la télé.

• Un doudou numérique ? Un Iphone, et peut-être bientôt à une tablette plus grande…

 

Dates des concours et offres d'emploi 

> Voir les dates des concours dans le domaine de la sécurité (faute de résultat, vous avez la possibilité de laisser une alerte pour être averti par mail)

 

Offres d’emploi en lien avec l’article

MUSEUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

Responsable sécurité, sûreté et logistique (F/H)

Titulaire, Contractuel, CDD | 29/01/2020 | MUSEUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

VILLE DE MARCOUSSIS

AGENT DE SURVEILLANCE DE LA VOIE PUBLIQUE

Contractuel, CDD | 29/01/2020 | VILLE DE MARCOUSSIS

VILLE DE MARCOUSSIS

AGENT DE POLICE MUNICIPALE

Titulaire, Contractuel, CDD | 29/01/2020 | VILLE DE MARCOUSSIS

CA DE SAINT DIZIER DER ET BLAISE

UN POLICIER MUNICIPAL (H/F)

Titulaire, Contractuel | 28/01/2020 | CA DE SAINT DIZIER DER ET BLAISE

Dossier du mois

concours-fonction-publique-etat

Concours de la fonction publique de l’Etat

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article