L’armée fait rêver les étudiants

Julie Krazowsky
DOSSIER : Militaires et civils : les métiers de l'armée

Terre, air, mer, l’armée reste un des plus gros employeurs sur l’ensemble du territoire. Rien que sur l’année 2019, les prévisions de recrutements se portent à 21.000 personnes de 18 à 30 ans.

Armée française
Quatrième employeur des 18-25 ans en France, derrière des entreprises comme le géant américain du big mac, l’armée attire les jeunes par sa capacité à les former et la variété des métiers qu’elle propose. Plus de quatre cent fonctions différentes se répartissent entre l’armée de terre, l’armée de l’air et la Marine nationale.
 

Armée de terre

 
C’est sur terre que la demande est la plus importante avec plus de 14.000 candidats à l'engagement recherchés. 12.000 militaires du rang (accessible dès la 3e), 1.400 sous-officiers (une fois le bac en poche) et 400 officiers (bac + 3). Les nouvelles recrues peuvent ensuite évoluer dans huit domaines d'activité et plus d'une centaine de spécialités : aéronautique, combat, systèmes d'information et de communication, logistique, gestion administrative, maintenance, renseignement ou génie.
 
>> Lire aussi : Loïc est mécanicien optronique dans l'armée de terre

Armée de l'air

 
L’armée de l'air compte elle recruter 3.500 personnes aux postes de sous-officiers (1.428 postes) et de techniciens de l'air (1.565 postes). Elle recherche des pilotes et des navigateurs ou navigatrices, mais aussi des personnels non navigants pour travailler dans les ressources humaines, l'infrastructure ou l'informatique. 
 
 

Marine nationale

 
La Marine nationale n’est pas en reste avec la recherche de 3.500 jeunes pour des postes à pourvoir à Brest (Finistère), Toulon (Var), Paris, Cherbourg (Manche) et Lorient (Morbihan) ainsi qu’en outre-mer. Les jeunes rejoindront des unités opérationnelles (bâtiments de surface, flottilles d'aéronefs, sous-marins, compagnies de fusiliers marins et commandos) et des états-majors.
 
>> Lire aussi : Devenir pilote dans la Marine
 

Passer par le Cirfa

 
Pour intégrer l’armée, le passage obligatoire reste le Centre d’information et de recrutement des forces armées (Cirfa) du fort de Vincennes. Après avoir déposer un dossier, les candidats passent des tests, bilans sportif, psychologique, cognitif, etc. Et cela pendant trente six heures. Avant et pendant ces évaluations, les jeunes doivent choisir un, deux ou trois domaines ou spécialités qui leur correspond. Les résultats des tests permettent ensuite de confirmer ou non les choix et envies des candidats. Il vous faudra passer par des entretiens d’orientation pour étudier les spécialités auxquelles vous pouvez prétendre en fonction de vos résultats. Il faut faudra enfin vous positionner sur trois postes par ordre de préférence. Le plus dur est fait. Reste à attendre l’avis de la commission d’affectation. Si vous êtes recruté, vous suivrez d’abord une formation initiale de douze semaines en régiment. Une fois soldat.e, vous débuterez une formation dans la spécialité choisie.
 

Testez via un CDD ou un stage

 
Pour les jeunes qui hésitent à se lancer, l’armée propose des contrats jeunesse à durée déterminée de trois mois maximum. Ces contrats offre une première expérience à des étudiants en fin d'études ou des jeunes diplômés. La rémunération de ces stages est équivalente au SMIC. Pour trouver des stages de niveau 3e à bac + 7, le ministère de la défense publie sur son site une banque des stages ouverts à candidature https://www.stages.defense.gouv.fr
 
La Commission armées-jeunesse publie aussi un catalogue de tous les stages de niveau Bac+ 4 à bac+ 7. Une bonne façon de tester l’appel de l’uniforme !
 
 

La voie de l'apprentissage

Le ministère des Armées accueille plus d'un millier d'apprentis chaque année. Formation en alternance, l'apprentissage est réputé, à juste titre, passerelle d'excellence vers l'emploi.
 
 

Dossier du mois

concours-ville-paris

Concours de la Ville de Paris

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article