Action culturelle, médiation : des métiers en développement

Catherine Petillon • mis à jour le
DOSSIER : Les métiers de la culture

Les métiers de l'action culturelle, de la médiation notamment, exigent désormais des savoirs-faire numériques. Ils connaissent un essor, mais  les emplois proposés sont souvent précaires.

Métiers de la culture - Musée

Des compétences numériques recherchées

Le développement du numérique impacte de plus en plus le champ de la culture. Et certains métiers, comme ceux de la lecture publique, sont particulièrement touchés par ces évolutions.

"Dans les critères de recrutement, la maîtrise des outils numériques est de plus en plus importante. On voit donc apparaître de nouveaux profils", note Jean-Pierre Saez, directeur de l’Observatoire des politiques culturelles. Désormais, les établissements recherchent des compétences adaptées à cette nouvelle donne.

Le fort potentiel de l’action culturelle

Le développement de l’action culturelle (relation avec les publics, médiation culturelle…) a donné naissance à de nouveaux métiers, afin de répondre au besoin de nouvelles compétences pour accompagner les publics. On trouve ces professions transversales dans les équipements culturels ou les administrations.

L’action culturelle représentait ainsi plus de 25 000 emplois dans les collectivités, début 2008. Tandis que le Répertoire interministériel des métiers de l’Etat distingue deux métiers,

  • responsable du développement des publics et de l’action culturelle dans un établissement patrimonial et
  • chargé du développement des publics et de l’action culturelle dans un établissement patrimonial,

pour lesquels  la “tendance d’évolution” est le “développement et la structuration de cette mission”.

La médiation culturelle : un essor en trompe-l’œil ?

Depuis une trentaine d’années, les métiers liés à la médiation culturelle (fonctions d’accueil du public, d’explication, d’animation…) sont en fort développement. Ils illustrent les efforts faits pour démocratiser la culture et toucher les publics qui en sont les plus éloignés (affirmation du droit à la culture dans le cadre de la loi de 1998 contre les exclusions ; prise en compte du handicap, renforcée par la loi de février 2005…).

En effet, à côté d’activités de médiation proposées au grand public se multiplient les offres à destination de publics ciblés (milieux pénitentiaire et hospitalier, classes de l’Éducation nationale par exemple).

Attention

  • Si ces métiers connaissent un grand succès, la majeure partie des emplois proposés reste précaire. Souvent créés avec des emplois-jeunes, ils prennent souvent la forme de contrats de vacataires ou sont liés à des événements, donc temporaires, par exemple lors de la Journée du patrimoine.

Le ministère de la Culture a confié à des chercheurs du Centre de gestion scientifique de l’École des Mines-Paris Tech une étude sur la "Médiation culturelle : l’enjeu de la gestion des ressources humaines. Publiée en mai 2010, cette étude souligne la diversité des dénominations utilisées (chargé d’action culturelle, guide conférencier, animateur, etc.).

Cela montre que "le terme de médiateur culturel renvoie surtout à l’importance prise au plan théorique par le concept de médiation dans le champ culturel", soulignent  les auteurs. Ils insistent, en outre, sur les difficultés rencontrées par ces professionnels : leurs activités restent mal décrites, et donc faiblement reconnues.

Dossier du mois

Les chiffres clés de la fonction publique en 2014

La fonction publique en chiffres - 2015

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article