Une armée 3.0 et 2.600 militaires à la cyberdéfense

La Rédaction • mis à jour le
DOSSIER : Militaires et civils : les métiers de l'armée

Un cybercommandement fort de 2.600 "combattants numériques" voit le jour en 2017. Ces militaires devront déceler les cyberattaques et neutraliser les hackers. Et riposter, si besoin, dans l'espace numérique. La fin d'un tabou. Et de nouveaux emplois et profils recherchés.

cyberattaque-pixabay

Les menaces d'attaques informatiques se sont multipliées en France. L'armée va mettre en place le Comcyber : 2 600 spécialistes de la cyberdéfense. Jean-Yves le Drian, ministre de la Défense, a prononcé un long discours, le 12 décembre 2016, pour annoncer la mise en place d'une cellule de cyberdéfense interarmée.

Comcyber, une armée de combattants numériques

2.600 militaires appelés des "combattants numériques" seront déployés d’ici à 2019 sur le territoire, avec eux : 4 400 réservistes. "Une attaque informatique majeure pourrait être considérée comme une agression armée", a dit le ministre Jean-Yves Le Drian, dans son discours du 12 décembre 2016 annonçant la création d’un commandement cyber qui pourra se battre dans "l’espace numérique".

"Les menaces s’intensifient. Il y a des choses qu’on ne dit pas et qui sont préoccupantes", a dit Jean-Yves Le Drian, également président de la région Bretagne. Ces annonces, le ministre les a faites alors qu'il inaugurait deux bâtiments en Bretagne, sa région natale : le Pôle d’excellence de cyberdéfense, à Rennes, et les nouveaux locaux de la Direction générale de l’armement (DGA), maîtrise de l’information, à Bruz (Ille-et-Vilaine).

Une attaque informatique majeure pourrait être considérée comme une agression armée.

Comment cette armée 3.0 sera-t-elle formée ?

La Direction générale des armées (DGA) compte 400 spécialistes de la cybersécurité. Ils seront bientôt 600.

"Notre mission principale aujourd’hui, c’est la formation de techniciens à la question de la cyberdéfense. Nous avons déjà pu en accueillir 2 800 en trois ans. Ils sont très demandés par les grandes entreprises", assure Philippe Verdier, président du Pôle d'excellence cyber breton((Le nouveau Pôle d'excellence cyber, initié par le conseil régional de Bretagne et le ministère de la Défense, présente trois dimensions : la recherche, la formation initiale, continue et l'enseignement supérieur et le développement industriel.)), cité par 20minutes.fr. Les trois principaux sites cybers de La Défense ont tous été développés dans la région de Jean-Yves Le Drian.

Des hackers ont déjà réussi à prendre le contrôle de véhicules à distance. De telles attaques peuvent paralyser un pays entier, paralyser les banques, les transports en commun, les hôpitaux et systèmes de télécommunications.

>> Lire aussi : L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) va engager une centaine de nouveaux experts d’ici à 2017

Recrutement

Le Comcyber comptera 2 600 personnes

  • "La cyberdéfense se dote d’un véritable commandement interarmée, avec 2 600 personnes à son service, le Comcyber", indique le Monde.fr. Jean-Yves Le Drian a annoncé que ce "cybercommandement" sera installé au 1er janvier 2017 : celui-ci a été présenté lors de l’état des lieux des actions lancées dans ce domaine, dans le cadre de la loi de programmation militaire 2014-2019.

Dossier du mois

Les chiffres clés de la fonction publique en 2014

La fonction publique en chiffres - 2014

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article