Trouver un emploi : soigner sa e-réputation en 6 leçons

Séverine Cattiaux • mis à jour le
DOSSIER : La recherche d'emploi sur le web

Ce que l'on fait sur le web forge une e-reputation. Cette image que chacun renvoie de soi dans la websphère peut ruiner ou au contraire être un "plus" pour la candidature, voire pour appuyer une demande de promotion si l'on est déjà en poste. Alors, si vous "réseautez" sur Facebook, Tweeter et autres Viadeo, ne faites pas n'importe quoi ! Suivez ces conseils de pros.

reseaux-sociauxflickr-cakerheadlove

Twitter, Facebook, Viadeo, Linkedin... : sur les réseaux sociaux, vous ouvrez des portes et multipliez vos contacts. D'où leur intérêt pour trouver un emploi. Mais la manière dont vous "réseautez" participe de votre e-reputation. Tout ce que vous faites, écrivez et publiez sur le web laisse des traces. Et rares sont les employeurs qui n'y mènent pas leur petite enquête. 

Comment faire pour ne pas torpiller votre candidature ? Emploipublic.fr a posé la question à Marc Thébault, directeur de la communication (dircom)  de la communauté d’agglomération Caen La Mer, et Benjamin Teigen, dircom adjoint et responsable de la communication digitale de Besançon.

1. Vos dérapages n’engagent pas que vous...

Benjamin Teigen.  Il est difficile de séparer l'aspect pro et privé d'une activité de réseautage... Quand vous êtes directeur de marketing d’une grande boîte française par exemple, et que vous allez sur Twitter à titre personnel, la plupart des gens qui vous suivent vous estampillent "directeur marketing". C’est ainsi : l’activité professionnelle colle à la peau de toute personne (surtout à un certain niveau de responsabilités) qui diffuse de l’info."

Y être "simplement", cela ne veut plus rien dire pour les recruteurs : il faut poster, partager... en bref, soigner son réseau et sa notoriété."

2. Mieux vaut être un bon collecteur d’infos qu’un piètre blogueur

Marc Thébault : "Pour se faire une e-réputation, il n’est pas forcément utile d’être diffuseur-émetteur d’infos. D’expérience, je suis des gens sur les réseaux sociaux qui ne sont ni producteurs ni bloggeurs, mais qui sont de bons veilleurs, qui ont des sites de compilation d'infos, type Scoop.it. Ils compilent des articles en lien avec leurs préoccupations. Il existe des Scoop.it très bien faits, que je consulte régulièrement car je sais que, si j’ai raté une info, telle personne ne l’a sans doute pas ratée.

Etre un bon veilleur montre que l'on s'intéresse à ce que l'on fait, aux évolutions de son secteur, etc., et à ce qui se fait ailleurs.

C'est un élément positif pour un recruteur. Mais de là à prouver, par cette activité, que l’on est le mieux placé pour prendre un poste... ne rêvons pas."

Leçon 6. L’e-réputation repose sur du concret

Benjamin Teigen : "A vrai dire, la réputation qu’on se bâtit juste en réseautant, c’est un peu du vent ! L’e-réputation s’adosse à la réputation professionnelle qu’on se bâtit en montrant ce qu’on sait faire au quotidien dans son travail, son métier, pas uniquement en réseautant..."

Boîte à outils

 

Pour savoir ce que l'on dit de vous sur le web, la websphère propose gratuitement plusieurs outils, par exemple :

  • Google Alertes pointe, à fréquence régulière, les nouvelles pages indexées à la requête choisie et les archives ;
  • Webmii.fr regroupe de nombreuses informations sur une personne (pages blanches, e-mail, images, liens web, réseaux sociaux, etc.)

     

 

Plus d'infos

Le document issu de l'atelier "L'e-reputation pour décrocher un emploi", mis en ligne par Aquinum, une association de professionnels du numérique en Aquitaine. Une lecture vivement recommandée ! mis en ligne par la maison de l'emploi de Bordeaux, en 2014 :

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Dossier du mois

concours-fonction-publique-examen-pro

Concours de la fonction publique territoriale : examens professionnels

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article