Travailler à l'hôpital : devenir infirmier en psychiatrie, comme Thibault (vidéo)

La Rédaction • mis à jour le
DOSSIER : Les 201 métiers de l'hôpital

Thibaut Corroyez est infirmier dans un service de psychiatrie des hôpitaux Saint-Maurice (Val-de-Marne). Il nous explique son métier, relève ce qu'il aime et ce qu'il juge difficile dans ce travail. Découvrez ce métier de l'hôpital en vidéo.

Thibault, infirmier en psychiatrie : "Vraiment prendre le temps d'écouter, d'observer..."

"Je travaille dans une unité fermée, cela veut dire qu'on accueille en fait tous les modes d'hospitalisation. Il y des patients qui choisissent, entre guillemets, de venir ici [...] d'autres sont placés ici "sous contrainte", à la demande de tiers.

Pour leur donner un cadre, il y a les murs de l'hôpital. Et les murs de l'hôpital, c'est aussi la porte fermée. Cela ne veut pas dire qu'ils ne pourront pas sortir pendant toute leur hospitalisation, cela veut dire que les sorties se font en fonction de l'appréciation médicale.

La base de notre travail, c'est le relationnel, c'est vraiment prendre le temps d'écouter, d'observer, parce qu'on a des patients qui vont vraiment extrêmement mal, des patients qui sont en crise ; ça ne se déroule jamais de la même manière d'une journée à l'autre [...]

Sous la blouse, on est en civil, parce qu'on a toujours cette possibilité d'avoir à enlever la blouse pour accompagner un patient à l'extérieur, avec des sorties culturelles par exemple, des accompagnements à la piscine... Et puis on les accompagne, bien sûr, vers la sortie du service psychiatrique hospitalier proprement dit, vers des structures de l'extra-hospitalier.

C'est une des spécificités du travail en psychiatrie, le travail en équipe pluridisciplinaire. Moi, je trouve particulièrement intéressant cette prise en charge globale du patient, qui nous oblige à faire travailler nos méninges constamment.

Le plus difficile dans ce métier, c'est le rythme. Comme on est dans un hôpital public, on n'a pas la possibilité de refuser des patients.

Côté salaire, on commence à 1 500 euros. Après, ça peut monter jusqu'à 3 000 euros.

[Vidéo : A. Wemaere]

Offres d’emploi en lien avec l’article

CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L'AUBE

Technicien de laboratoire routier (H/F)

Titulaire | 14/05/2024 | CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L'AUBE

VILLE DE VELIZY VILLACOUBLAY

Psychomotricien à 50% (H/F)

Titulaire, Contractuel | 28/05/2024 | VILLE DE VELIZY VILLACOUBLAY

VILLE DE TOULOUSE

PSYCHOMOTRICIEN H/F

Titulaire | 28/05/2024 | VILLE DE TOULOUSE

VILLE DE TROYES

Directeur de Maison Petite Enfance collective (H/F)

Autres | 28/05/2024 | VILLE DE TROYES

Les informations à caractère personnel recueillies font l’objet d’un traitement par Emploipublic.fr du Groupe Moniteur RCS Nanterre B 403 080 823. Elles sont nécessaires entre autres, à la création de votre compte et sont enregistrées dans nos fichiers. Groupe Moniteur ou toutes sociétés du groupe Infopro Digital pourront utiliser ces fichiers afin de vous proposer des produits et/ou services analogues. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Dossier du mois

PARIS OUEST LA DEFENSE

PARIS OUEST LA DEFENSE - Pourquoi nous rejoindre?

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article