Les DS, responsables de la coordination générale des soins

La Rédaction • mis à jour le
DOSSIER : Les métiers de direction à l'hôpital

Ce cadre hospitalier coordonne différentes activités de soins dans un établissement de santé. Le directeur des soins peut être conseiller technique ou pédagogie dans une agence régionale de santé... Ou encore diriger un institut de formation préparant aux professions paramédicales.

Hôpital

La gestion des carrières des directeurs des soins (DS) est assurée, depuis juillet 2010, par le Centre national de gestion (CNG), à l’image de ce qui se fait pour les directeurs d’hôpital et les D3S.

Un changement dont tient compte le décret statutaire du 29 septembre 2010 régissant le corps des directeurs des soins, texte qui actualise le décret du 19 avril 2002.

Comme le rappelle l'Association française des directeurs de soins (AFDS) sur son site web, plusieurs possibilités d’exercice s'offrent à ces professionnels.

1. Le directeur des soins peut être en charge de la coordination générale des activités de soins infirmiers, de rééducation et médicotechniques dans un établissement hospitalier et, en tant que président de la commission des soins infirmiers, de rééducation et médicotechniques (CSIRMT), instance consultative et décisionnaire de l'hôpital. Il est membre de droit du directoire.

  • Il peut également être en charge de la direction des activités de soins infirmiers, de rééducation et médicotechniques ou de la direction de l’une ou plusieurs de ces activités.
  • Il est responsable de la qualité et de la sécurité des soins en lien avec le président de la commission médicale d'établissement et les ingénieurs qualité ;

2.  Le directeur des soins peut aussi être à la tête d’un ou plusieurs instituts de formation préparant aux professions paramédicales.

3. Il exerce parfois des fonctions de conseiller technique ou conseiller pédagogique régional dans une agence régionale de santé (ARS) ou au sein de la Direction générale de l'offre de soins (DGOS) au ministère de la Santé.

 

Les DS jouent désormais un rôle plus stratégique

Jean-François Popielski, membre du bureau de l'Association française des directeurs de soins (AFDS), délégué régional 91-92-78

« Les directeurs des soins ont souvent un rôle de tampon. Nous avons par ailleurs les compétences des métiers que l'on encadre car nous avons souvent été cadres de santé avant.
Si les textes de 2010 ont, comme souvent, confirmé la pratique de ce qui se faisait sur le terrain, la grande évolution, c’est que le DS fonctionne désormais en trinôme avec le directeur d’établissement et le président de CME, alors qu'auparavant il constituait un binôme avec le directeur des ressources humaines, les RH devenant une fonction support.

Par ailleurs, de nouveau textes, qui devaient être soumis au Conseil supérieur de la fonction publique hospitalière le 16 juillet 2013, précisent le rôle du directeur de soins en tant que coordonnateur général et comme l’un des trois membres de droit du directoire. On passe d'un côté opérationnel à un aspect plus politique. C’était déjà le cas, mais de façon plutôt informelle, tandis que, là, le ministère affirme le DS dans ce rôle stratégique et politique.

Autre point d'actualité concernant ce corps : l’évolution des formations infirmières et des cadres de santé, dans le cadre de la réforme Licence-Master-Doctorat (LMD), interroge la place des DS dans les instituts par rapport aux universités.
La question de la réforme LMD est structurelle, elle va modifier les métiers : une personne titulaire d'un Master II en organisation ou en gestion de la santé pourra-t-elle manager des équipes à l'hôpital, alors que l'organisation paramédicale est construite sur la notion de pairs ? Nous sommes favorables à l’évolution et à une meilleure reconnaissance de nos métiers, mais en prenant le temps de préparer les changements ».

Dossier du mois

Ville de Paris

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article