La Poste forme en interne des développeurs informatiques, et recrute !

Laure Martin • mis à jour le
DOSSIER : Les métiers de l'informatique

Nouvel effet de la transformation digitale: La Poste mène depuis deux ans un programme de formation en interne pour convertir des postiers aux métiers du développement web et mobile. 

La Poste - bureau de poste

Pour assurer sa transformation numérique et répondre à ses besoins de compétences en codage informatique, en développement web et mobile, La Poste a choisi de former des postiers à ces nouveaux métiers. Déjà en 2015, le groupe avait fait appel à l’école Simplon, située à Montreuil (Seine-Saint-Denis), afin de former une dizaine de postiers du réseau La Poste.

Toutes les branches du groupe à l’échelle nationale sont concernées. Des postiers non informaticiens — des facteurs, guichetiers, postiers des services supports —, ayant une appétence pour l’informatique et souhaitant évoluer vers les métiers du développement web et mobile peuvent s’orienter dans cette voie. Les informaticiens en poste souhaitant mettre à jour leurs compétences sont également concernés.

A l’issue de la formation, les promotions d’une vingtaine de personnes sont ensuite titulaires d’un titre de niveau bac+2 et d’un poste dans le groupe.

Des évolutions de métiers assumées au sein du groupe

C’est la troisième promotion qui est formée cette année par l’entreprise solidaire Simplon, qui dispense des formations aux métiers du numérique, notamment de développeur logiciel. La formation se déroule en alternance, à l’école et au sein du groupe, pendant huit mois.

L’avantage de ce programme de formation est d’offrir une perspective d’embauche ou plutôt d’évolution de poste réelle au sein de la direction des services informatiques (DSI). Les bénéficiaires de la formation sont sélectionnés sur la base de tests cognitifs par les services ressources humaines de La Poste qui ont préalablement diffusé un appel à candidatures.

Une seconde sélection a ensuite lieu par l’école elle-même afin de vérifier l’appétence des candidats pour l’informatique et leur culture du domaine.

Ce programme s’inscrit dans le cadre de l’accord social de février 2015, « Un avenir pour chaque postier ». 220 millions d’euros ont été déboursés pour la formation continue des employés en 2017.

300 recrutements dans la branche bancaire

En parallèle de la formation interne, le groupe La Poste recrute également des professionnels de l’informatique. Plus de 25 offres d’emploi sont accessibles sur son site internet parmi lesquelles des data analysts, des data miners, des data scientists ou encore des gestionnaires de bases de données, des concepteurs développeurs.

La branche bancaire de La Poste recrute également dans le digital. Sur les 300 postes à pourvoir sur trois ans, une centaine restent à pourvoir. Les métiers concernés notamment:

Les postes à pourvoir sont en ligne sur LaPosterecrute.fr

De manière plus générale, le groupe a lancé depuis plusieurs années le programme "Tous numériques", qui a sensibilisé, en 2017, au moins 100.000 postiers au numérique. L’entreprise développe également des volets plus ciblés en partenariat avec de grandes écoles d’ingénieurs ou avec la  Fondation Innovations pour les apprentissages, qui "mutualise des moyens interentreprises, celles qui ont un besoin de formations en petite quantité, mais sur des profils pointus de type data scientists".

Maintenir l’employabilité

Alors qu’elle s’apprête à recruter les candidats de sa troisième promotion, La Poste se penche déjà sur le renouvellement du partenariat. À la question de savoir si l’entreprise compte monter en charge, le directeur des ressources humaines répond que le groupe s’inscrit plutôt "dans une logique de diversification que de grossissement de la promotion, car il s’agit de conserver un équilibre tout en variant les sujets".

De son côté, Simplon multiplie les partenariats. La start-up accompagne notamment la DSI de Pôle emploi dans ses programmes de remise à niveau des informaticiens comme des chefs de projets en trop grand nombre. Elle travaille également avec la SNCF, qu’elle aide sur la "sensibilisation au numérique, au sens large". Néanmoins, la majorité de ses clients vient du privé qui, selon Élise Fraisse, fait face aux mêmes problématiques.

“Dans toutes les DSI, publiques ou privées, constate-t-elle, il y a une logique de maintien de l’employabilité très forte, et une nécessité de continuer à former les collaborateurs pour répondre aux enjeux de transformation numérique.” Un impératif qui resurgit d’autant plus fort qu’historiquement “les choix ont été de favoriser les chefs de projet aux dépens des techniciens, et d’externaliser”, explique Élise Fraisse. Désormais, dans les deux secteurs, la dynamique est à la valorisation des métiers de développeurs, donc à la réinternalisation, dans l’objectif d’endiguer ce "phénomène de décrochage" généralisé. 

> Lire aussi : Devenir data scientist ou chief officer 

 

Dossier du mois

concours-fonction-publique-3eme-voie

Concours de la fonction publique territoriale : troisièmes concours

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK