Aide aux personnes âgées : 300.000 emplois nouveaux d’ici à 2030

Laure Martin
DOSSIER : Les métiers du grand âge

Les maisons de retraite, médicalisées notamment (Ehpad), et les services d'aide et de soins à domicile recherchent des aides-soignants, auxiliaires de vie, infirmiers, assistants de soins en gérontologie, kinés, etc. On estime que 300.000 emplois nouveaux seront à pourvoir d’ici à 2030. Pour certains métiers de la gérontologie, les employeurs peinent à recruter !

Infirmier - Ehpad

La population française vieillit. En 2030, on comptera environ 20 millions de personnes âgées de plus de 60 ans, contre 15 millions aujourd’hui. La part des plus 65 ans va augmenter de manière "inéluctable", écrit l'Insee, car cette croissance est "inscrite dans l’actuelle pyramide des âges [...] Les générations nombreuses du baby-boom auront toutes plus de 65 ans en 2040. Sur cette même période, le nombre des personnes âgées dépendantes, c'est-à-dire en perte d’autonomie, passerait à 1, 55 million en 2030, puis à 2,3 millions en 2060". 

Conséquence : de nombreuses opportunités d'emplois pour les professionnels des secteurs sanitaire, social, médical et paramédical spécialisés en gérontologie. Comme l'attestent, pour les établissements hospitaliers, les offres d'emploi de la Fédération hospitalière de France.

 

Aide aux personnes âgées dépendantes : qui recrute ?

  • Les établissements et services médico-sociaux (ESM).
  • Les établissements d'hébergement pour personnes agées dépendantes (Ehpad) ou maisons de retraite médicalisées. Ils peuvent être publiques ou privées sans but lucratif (la majorité des Ehpad) ou bien encore privés à but lucratif. Ils peuvent être hospitaliers ou non.
  • Les services d’aide et de soins à domicile

La moitié des EHPAD privés (à but lucratif ou non) affirment rencontrer des difficultés de recrutement, notamment concernant les postes d’aides-soignants [Drees].

Ehpad, pourquoi parle-t-on de pénurie de personnels ?

L'aide aux personnes âgées dépendantes recrute, comme en témoigne les offres d'emploi. Mais les candidats qualifiés manquent. Réputés "durs", les métiers de la gérontologie attirent peu de candidats. Alors quand les salaires sont faibles, la motivation des plus convaincus finit par céder, face aux épreuves de l'exercice quotidien du métier. De là, la colère de personnels des Ehpad, qui fait l'actualité, et de leurs employeurs publics face à la  réforme de la tarification de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, comme l'explique LaGazette-Santé-Social.fr. Selon l'Unccass, qui fédère les CCAS et CIAS, cette réforme signe la mort des Ehpad publics et pourrait profiter aux structures privées. 

 

Dans une étude publiée en septembre 2017, la  Drees indique : "Près de 35 % des structures pour personnes âgées déclarent rencontrer des difficultés de recrutement fin 2015. Dans les EHPA et les logements-foyers [rebaptisés résidences autonomie en 2016], le recrutement semble poser moins de problèmes que dans les EHPAD, en particulier privés. La moitié des EHPAD privés (à but lucratif ou non) affirment rencontrer des difficultés de recrutement, notamment concernant les postes d’aides-soignants."

Selon cette même étude de la Drees, plus de 500.000 personnes travaillent, en 2015, dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées, pour un volume de travail correspondant à 429.800 personnes en équivalent temps plein (ETP).

Depuis 2011, le nombre de personnes en fonction comme le nombre total d’ETP a crû de 11%. Un établissement sur deux emploie du personnel libéral (médecins et masseurs-kinésithérapeutes) ou du personnel intérimaire (aides-soignants et infirmiers).

 

Quels sont les profils de professionnels recherchés par les Ehpad ?

Dans les Ehpad, les équipes comprennent : 

  • des professions médicales : le médecin gériatre et le médecin coordonnateur ;
  • des professions paramédicales, avec pour les soins,  les infirmier, aide-soignant, assistant de soins en gérontologie (ASG) et pour la rééducation, des diététicien, ergothérapeute, masseur kinésithérapeute, psychomotricien, pédicure podologue, pour les professions de rééducation.

Sans oublier le directeur d'établissement pour personnes âgées.

Le personnel paramédical représente 45% des effectifs en ETP dans les Ehpad (établissements hospitaliers pour personnes âgées domicile). De fait, l'offre d'emploi destinée aux kinés, ergothérapeutes et autres paramédicaux est pléthorique, le plus souvent sous contrat.

La qualification des personnels employés varie suivant le type d'Ehpad (public/privé sans but lucratif/commercial et hospitalier ou non).

> Le personnel paramédical ou soignant, constitué en majorité  d'aides-soignants , représente 70% des effectifs en ETP employés dans les USLD (unités de soin longue durée). Ces postes représentent de 41% à 56 % des emplois en EHPAD. 

> Dans les EHPAD publics hospitaliers, 40% du temps de travail global est réalisé par des aides-soignants, et 2 % par des aides-médico-psychologiques (AMP, lire ci-dessous), comptés parmi le personnel éducatif et social.

> Dans le privé lucratif, les aides-soignants représentent 30% des ETP et les AMP 9%.

> De même, les agents des services hospitaliers totalisent 27% de l’ensemble des ETP dans les EHPAD publics, contre 20% dans les EHPAD privés lucratifs.

 

Focus métiers : l'accompagnant éducatif et social (AES) et l'aide-soignant

L’aide-soignant

Il assure des soins liés aux fonctions d’entretien et de continuité de la vie notamment de la personne âgée afin de compenser un manque ou une baisse de son autonomie. Son rôle s’inscrit dans une approche globale de la personne soignée. Il accompagne la personne âgée dans les activités de sa vie quotidienne, contribue à son bien-être et à lui faire recouvrer, dans la mesure du possible, son autonomie.

Les aides-soignants du secteur public travaillent à l'hôpital public, dans des établissements de soins ou médicaux sociaux ou encore dans les services de santé des armées.

Rencontre avec Maryse Lemaçon, aide-soignante en gériatrie

L'accompagnant éducatif et social 

Le diplôme d’accompagnant éducatif et social fusionne celui d’auxiliaire de vie sociale et celui d’aide médico-psychologique (décret du 29 janvier 2016). Objectif : donner des perspectives de carrière et permettre une mobilité des personnels entre l’emploi à domicile et l’emploi en établissement.

L'accompagnant éducatif et social aide des personnes âgées vulnérables ou en situation de handicap (ainsi que des enfants et des adultes), en les accompagnant dans les actes de la vie quotidienne, les relations sociales, l’intégration scolaire et les loisirs. L’AES peut choisir entre trois spécialités lors de sa formation.

1. L’accompagnement de la vie à domicile. L’AES va alors exercer au domicile de la personne accompagnée, dans des résidences autonomiedans des services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD), des services d’aide à la personne (SAP), des services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) ou encore dans des établissements et services d’aide par le travail (ESAT).

2. L’accompagnement de la vie en structure collective. L’AES travaille alors au sein d’établissements accueillant des personnes âgées ou handicapées : établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), unités de soins longue durée (USLD), instituts médico-éducatifs (IME), etc.

3. L’accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire. L’AES exerce au sein de structures d’accueil de la petite enfance, d’établissements d’enseignements et de formation, d’établissements et services médico-sociaux, etc.

Dossier du mois

concours-fonction-publique-3eme-voie

Concours de la fonction publique territoriale : troisièmes concours

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK