Le GIGN, l'unité d'élite de la gendarmerie nationale

La Rédaction • mis à jour le
DOSSIER : Les métiers de la sécurité

Basé à Versailles (Yvelines), le Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) est une unité d’élite spécialisée dans le contreterrorisme, les libérations d’

gign-securite-1gign

Mis à jour le 5/04/2016-Un peu d'histoire... C’est à la suite d’événements tragiques que le groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) a vu le jour : la mutinerie à la prison de Clairvaux, en 1971, se termine en massacre et met en évidence le manque de moyens de la gendarmerie ; puis, aux jeux Olympiques de Munich, l’équipe d’Israël est la cible de terroristes palestiniens. En 1973 sera créée l’équipe Commando régionale d’intervention (ECRI). Le GIGN lui succède en 1974.

>> Découvrez dans ce reportage "Des racines et des ailes" comment sont formés ces super gendarmes

Pourquoi dit-on que le GIGN est une unité d’élite ?

Le GIGN est une unité parachutiste directement rattachée à la gendarmerie nationale. Spécialisé dans la gestion de crise, l’intervention, la recherche, la sécurité…, il traite les situations extrêmes, délicates. Toujours sur le pied de guerre, il agit dans l’urgence, parfois en moins de 30 minutes !

Un infirmier et un médecin accompagnent toujours les sections de la force Intervention. Des médecins et infirmiers particuliers, puisqu’ils sont aussi parachutistes et savent descendre en rappel d’un hélicoptère !

Comment le GIGN est-il organisé ?

Le GIGN est composé d’un état-major opérationnel (EMOPS), d'un état major d'administration (direction des RH et bureau de soutien opérationnel) et de 5 forces.

  1. La force d’intervention (FI). Composée d'une centaine de militaires, elle lutte contre le terrorisme aérien et maritime, oeuvre pour la libération d'otages.
  2. La force de sécurité-protection (FSP). Ses militaires ont pour mission de protéger les individus ou bâtiments menacés. Avec la FI, elle constitue le bras armé du GIGN.
  3. La force d'observation-recherche (FOR). Son domaine : le renseignement, la filature, l'infiltration... dans la lutte contre le terrorisme et le grand banditisme.
  4. La force d’appui opérationnel (FAO). Elle assiste le GIGN : chiens pour détecter les bombes, technique de camouflage d’objets, dépiègeage d’assaut, explosifs, tirs spéciaux…
  5. La force de formation. C'est le passage obligé pour tout gendarme intégrant le GIGN dans un poste opérationnel, à l'issue du stage de formation. Par la suite, certains resteront dans cette force, d'autres basculeront dans l'une ou l'autre des forces, selon les besoins et les aptitudes.

Comment rejoindre le GIGN ?

Cette unité d’élite est composée de jeunes (entre 24 et 34 ans) officiers ou sous-officiers de gendarmerie volontaires, triés sur le volet.

Première condition, être en excellente condition physique, avoir de l'endurance et une résistance au stress à toute épreuve. Les candidats subissent des tests pendant une semaine, c'est le parcours du combattant : 8 km de marche-commando en 45 minutes avec 11kg sur le dos, abdominaux pompes et tractions, épreuves de natation, parcours de risques aériens (sauts en conditions extrêmes), parcours «stress», épreuves de tir, entretien.

Notez que le GIGN fait aussi appel à des réservistes, pas forcément parachutistes.

La formation et l’entraînement

Les candidats retenus partent pour quatorze semaines de préstage pour obtenir le brevet de parachutiste spécialisé. Ensuite, ils suivent un an de formation spécialisée. L’entraînement et intensif : sport, mises en situation, simulation de prise d’otage en avion, descente en rappel d’hélicoptère. Le GIGN est aussi l’une des meilleures écoles de tir au monde.

Un groupe à part

Les agents de sécurité du Président

On les appelait les "gorilles" sous De Gaulle, les "mousquetaires" sous Chirac... ils sont chargés d'assurer la sécurité du président de la République. Nom officiel :  le Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), intégré, depuis 2008, au Service de protection des hautes personnalités (SPHP).
Le GSPR compte 60 hommes et femmes : 40 policiers et 20 gendarmes. Ces derniers sont issus de la Force sécurité protection (FSP) du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN). Ils sont dirigés par un lieutenant-colonel, adjoint de la commissaire : Sophie Hatt.

Ce service de protection du chef de l'Etat a connu de nombreux avatars : tout gendarmes, tout policiers, parité policiers/gendarmes... au gré de la volonté du Président "protégé".

Offres d’emploi en lien avec l’article

CA PAU BEARN PYRENEES

CHEF DE PROJET DES CONTRATS DE MOBILITÉ (F/H)

Titulaire, Contractuel | 14/01/2022 | CA PAU BEARN PYRENEES

VILLE DE BRUMATH

RESPONSABLE URBANISME (H/F)

Titulaire | 14/01/2022 | VILLE DE BRUMATH

VILLE DE SARTROUVILLE

ADJOINT DRH H/F RESPONSABLE DU SERVICE DEVELOPPEMENT RH ET QUALITE DE VIE AU TRAVAIL

Titulaire, Contractuel | 12/01/2022 | VILLE DE SARTROUVILLE

VILLE DE LAUDUN L'ARDOISE

DIRECTEUR GENERAL DES SERVICES (H/F)

Titulaire, Contractuel | 11/01/2022 | VILLE DE LAUDUN L'ARDOISE

Dossier du mois

Ville de Rezé - Pourquoi nous rejoindre ?

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article