Ingénieurs et techniciens dans la fonction publique de l’Etat

La Rédaction • mis à jour le
DOSSIER : Ingénieurs et techniciens dans la fonction publique

Tous les ministères recrutent sur concours des ingénieurs et de techniciens, mais certains plus que d'autres. Ces fonctionnaires qualifiés dans les domaines technique et scientifique sont généralement issus de grandes écoles d'ingénieurs. Leurs champs d'expertise évoluent.

ingenieurs-mine-paristech

1 - Ingénieurs et techniciens de l'Etat : des champs d'intervention variés

[Mise à jour : 13/05/2016] Les ingénieurs et les techniciens fonctionnaires de l'Etat peuvent être amenés à travailler dans tous les ministères. Mais les principaux employeurs de personnels qualifiés dans les domaines techniques et scientifiques sont surtout :

  • le ministère de l'Environnement, de l'énergie et de la mer
  • le ministère de l'Aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales
  • le ministère de l'Agriculture, de l'agroalimentaire et de la pêche
  • le ministère du Logement et de l'habitat durable
  • le ministère de l'Economie, de l'industrie et du numérique
  • le ministère de l'Écologie et du développement durable
  • le ministère de la Défense,
  • le ministère de l'Emploi,
  • le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche.

Ces professionnels, en particulier les ingénieurs-chercheurs, renforcent également les équipes des établissements publics à caractère scientifique et technologique:

  • Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (Irstea, ex-Cemagref),
  • Centre national de la recherche scientifique (CNRS),
  • Institut national de la recherche agronomique (INRA), etc.

  et des établissements publics à caractère industriel et commercial:

  • Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe),
  • Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra),
  • Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad),
  • Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer), etc.

 >> Lire aussi  notre dossier sur les métiers de la recherche

2 - Les écoles des ingénieurs et techniciens de l'Etat

La plupart des ministères ont leurs propres écoles qui préparent les fonctionnaires à des métiers précis. Ces écoles ministérielles préparant aux métiers d'ingénieur ou de techniciens sont les suivantes.

  • Ecole polytechnique, dite " X " : les élèves X, recrutés par les grands corps de l'Etat, suivent ensuite des formations spécifiques aux dits corps de l'État, assurées par des écoles sous tutelle des ministères intéressés appelées "écoles d'application"
  • Ecole nationale des ponts et chaussées : forme les ingénieurs des ponts et chaussées
  • Ecole nationale supérieure des mines de Paris : forme les ingénieurs des mines
  • Ecole nationale des travaux publics : forme les ingénieurs des travaux publics de l'État
  • Ecole nationale du génie rural des eaux et forêts : forme les ingénieurs du génie rural des eaux et forêts et les ingénieurs des travaux des eaux et forêts
  • Ecole nationale du génie de l'eau et de l'environnement : forme les ingénieurs en hydraulique appliquée
  • Ecoles nationales d'ingénieurs des travaux agricoles : forment des ingénieurs des travaux agricoles
  • Ecole nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace 
  • Ecole nationale supérieure de techniques avancées : forme des ingénieurs dans les domaines naval, mécanique, nucléaire, chimique et électronique et connexes
  • Ecole nationale supérieure d'ingénieurs de constructions aéronautiques : forme des ingénieurs pluridisciplinaires civils ou militaires
  • Ecole nationale supérieure des ingénieurs des études et techniques d'armement
  • Ecole nationale des sciences géographiques : forme des ingénieurs géographes, des ingénieurs des travaux géographiques et cartographiques de l'Etat et des techniciens géomètres
  • Ecole nationale des techniciens de l'équipement
  • Ecole nationale de l'aviation civile : forme les ingénieurs de contrôle de navigation aérienne, les ingénieurs électroniciens des systèmes de la sécurité aérienne et les techniciens d'étude et d'exploitation de l'aviation civile
  • Ecole nationale de la météorologie : forme les ingénieurs de la météorologie et les ingénieurs des travaux de la météorologie, les techniciens supérieurs de l'exploitation météorologie et les techniciens supérieurs de la filière instruments
  • Ecoles nationales supérieures des techniques industrielles et des mines
  • Institut de formation des personnels du ministère de l'Agriculture pour les techniciens.

3 - Les corps d'ingénieurs de l'Etat

La fonction publique d'Etat, organisée par corps, compte plusieurs corps d'ingénieurs.

  • le corps des ingénieurs de l'armement (IA, qui a fusionné en 1968 tous les corps militaires). Les IA forment le grand corps technique militaire du ministère de la Défense. Ils exercent des fonctions de direction, de contrôle, d’inspection et de coordination dans toutes les activités relatives à l’armement et, plus généralement, dans la défense et de la sécurité. Ils ont vocation à conduire pour l’État les grands projets d’acquisition de matériels et technologie d’armement. Les IA débutent leur carrière à la direction générale de l’armement (DGA).
  • le corps des ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts (IPEF), issu de la fusion, le 1er octobre 2009, du corps des ingénieurs du génie rural, des eaux et des forêts (IGREF) et de celui des ingénieurs des ponts et chaussées.
  • le corps des mines (qui a intégré en son sein le corps des ingénieurs des instruments de mesure en 1988), 
  • le corps des ingénieurs des travaux publics d'Etat.

4 - Des transferts de compétences

Le rapport de la Mission d'étude sur l'avenir des corps d'ingénieurs de l'Etat (janvier 2009) a rappelé les évolutions des modalités d'intervention de l'Etat :  

  • externalisation de certaines de ses activités et privatisation d'entreprises publiques,
  • vagues successives de décentralisation avec un Etat de moins en moins opérateur direct,
  • évolutions de la gestion publique qui conduisent à des réformes de structure, etc.

Autant d'évolutions qui touchent tout particulièrement les sphères d'action et l'environnement professionnel des membres des corps d'ingénieurs de l'Etat.

La loi Libertés et responsabilités locales du 13 août 2004 a fixé un nouveau cadre à l'action de l'Etat en matière routière : à l'avenir les services routiers de l'Etat concentreront leurs moyens sur le seul réseau structurant constitué d'autoroutes et de routes nationales d'intérêt national ou européen, tandis que certaines parties des routes nationales sont transférées aux départements.

Les collectivités territoriales (ou leurs groupements) peuvent, par ailleurs, prendre en charge la création et la gestion des aéroports, à l'exception de certains aéroports d'intérêt national ou international. Ce  mouvement de décentralisation amène un nombre croissant d'ingénieurs de l'Etat à rejoindre les rangs des collectivités territoriales.  

5 - Ingénieurs et techniciens : de nouveaux domaines d'expertise

Le rapport de la Mission d'étude sur l'avenir des corps d'ingénieurs de l'Etat rappelle cependant que "le besoin fondamental pour l'Etat de disposer d'administrateurs à formation scientifique et technique n'a pas disparu, mais a changé à la fois de frontières et de contenus, en englobant de nouveaux domaines". La mission en a identifié trois, marqués par une complexité technologique croissante et une montée des enjeux scientifiques :

  • la santé et la sécurité sanitaire des aliments,
  • l'environnement, le développement durable et la prévention des risques,
  • la sécurité intérieure.

Par ailleurs les besoins de l'Etat en ingénieurs existent dans d'autres champs dans lesquels ils peuvent apporter un éclairage intéressant :

  • l'expertise pour la détermination d'une politique publique,
  • la maîtrise d'ouvrage, l'architecture et la conduite de projets complexes,
  • l'achat dans les secteurs sensibles (armement, systèmes d'information...),
  • le contrôle et la régulation (vie des entreprises, énergie, environnement, santé...)
  • le conseil et l'audit de manière transversale...

Dans le cadre d'une étude réalisée sur le corps des ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts (IPEF) en juillet 2011((Cette étude a été rendue publique le 4 octobre 2011 à l'occasion d'un colloque organisé sur le thème “L'ingénieur, la décision et l'action publique” par le Conseil général de l'environnement et du développement durable)), ces derniers, interrogés sur les grands défis auxquels ils peuvent apporter une contribution, ont cité en priorité :

  • l'aménagement et développement durable des territoires (97 %),
  • la gestion/préservation des espaces des territoires (94 %),
  • le climat et l'énergie (92 %),
  • les transports et réseaux (90 %),
  • la mise en valeur agricole, forestière et marine (85 %),
  • le logement et la ville (80 %),
  • l'alimentation et l'agro-industrie (71 %), l'industrie (49 %),
  • l'économie et les finances (47 %).

En mai 2015, le corps des ingénieurs "système d'information et de communication" (SIC) du ministère de l’Intérieur a été revalorisé et a été ouvert à l’interministériel. L'objectif des RH : booster les carrières des profils SIC et leur mobilité au sein de l’État.

Ces offres d'emploi peuvent vous intéresser

 

Offres d’emploi en lien avec l’article

AIX MARSEILLE UNIVERSITE

RESPONSABLE GPEC F/H

Titulaire, Contractuel, CDD | 03/01/2019 | AIX MARSEILLE UNIVERSITE

Université Paris-Est Créteil Val de Marne-368970.jpg
Campus Centre

Composante / Directions / Service

Direction des Systèmes d'Information (DSI)

Corps

Ingénieur d'études / Attaché d'administration / Conservateur ou Bibliothécaire

Département / Equipe de recherche / Service

Pôle applications et projets

Emploi type / Referens

Ingénieur-e en ingénierie logicielle

 

Missions

Le pôle applications et projets a pour mission de participer aux réflexions concernant la stratégie SI notamment sur les évolutions d'architectures applicatives, la mise à disposition de nouvelles fonctionnalités, de nouvelles outils. Ce pôle prend en compte et analyse les besoins du métier dans le but de mettre à la disposition de ceux-ci les solutions les plus adaptées, et veille à 1'utilisation optimale de celles-ci.
Sous l'autorité du responsable du pôle, le responsable de domaine applicatif assure la gestion et la mise en œuvre des spécifications métiers dans le respect des besoins exprimés par le métier en termes de périmètre, de coût, de qualité et de délais.
Il assure et coordonne les activités de maintenance corrective et évolutive des applications du domaine applicatif dont il est responsable.

Activités principales

• Définir, mettre en œuvre et conduire des projets SI, de la conception à la réception dans le but d'obtenir un résultat conforme aux exigences exprimées par le comité de pilotage MOA en termes de qualité, coût, délai, performance et sécurité
• Être responsable du contenu technique du projet  (le contenu  fonctionnel est de la  responsabilité du Comité de Pilotage MOA)
• Participer à l'élaboration des spécifications, voire les élaborer si nécessaire
• Piloter et participer au déploiement de  l'application et à la mise en œuvre  technique des actions d'accompagnement des utilisateurs
• Coordonner et suivre l’ensemble des intervenants DSI sur le projet

Activités associées

• Participer aux réunions externes organisées dans le cadre de son champ fonctionnel

">

Responsable de domaine applicatif Patrimoine – DSI H/F

Titulaire, Contractuel | 11/01/2019 | UNIVERSITE DE PARIS EST CRETEIL / UPEC

HOPITAL SIMONE VEIL

Technicien d’exploitation et maintenance informatique H/F

Titulaire, Contractuel | 11/01/2019 | HOPITAL SIMONE VEIL

CH DE VALENCIENNES

Chargé d’opérations H/F au sein du Pôle LOGISTIQUE

Titulaire, Contractuel | 11/01/2019 | CH DE VALENCIENNES

Dossier du mois

concours-fonction-publique-examen-pro

Concours de la fonction publique territoriale : examens professionnels

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK