Ils ont expérimenté la RAEP, ils témoignent

La Rédaction • mis à jour le
DOSSIER : Fonction publique : la reconnaissance des acquis de l'expérience

Jean-Luc Savy, inspecteur des impôts dans l'Hérault, et Virginie Soufflet, conseillère pédagogique de circonscription, ont tous deux constitué un dossier RAEP pour un concours de la fonction publique. Ils racontent.

Retours d'expérience

 

« Cette expérience m’a permis de prendre du recul sur mon parcours »

Jean-Luc Savy, inspecteur des impôts dans l'Hérault

"J'ai 43 ans. A la base, je suis ingénieur en chimie. Après une période de chômage, j'ai passé des concours de la fonction publique dont celui de contrôleur des impôts (catégorie B), que j'ai eu. Fin 2009, un nouveau concours a été ouvert, un examen professionnel permettant de passer de B à A, de contrôleur à inspecteur. L'épreuve comprenait un dossier RAEP.

Nous avions notamment le droit de mettre des éléments externes au parcours administratif, à condition que cela soit susceptible de conforter un parcours, des compétences. J'ai ainsi précisé que j'avais repris des études de psychologie en 2006 parce que, sur le plan du savoir être, cela pouvait être intéressant, notamment pour la gestion des équipes. Je suis également conseiller municipal dans la commission finances, une expérience qui a aussi un sens par rapport au métier d'inspecteur des impôts, tout comme celle que j'ai acquise en tant que trésorier d'une radio associative.

Pour moi, la difficulté a consisté à essayer de "détricoter" les couches successives de tous ces savoirs, pas forcément connectés entre eux, et de leur donner de la cohérence. Il faut ainsi formaliser un parcours, des univers différents, et mettre le tout en perspective dans une dizaine de feuillets. Cela m'a pris beaucoup de temps.

Mais cette expérience m'a aussi permis de faire le point, de prendre du recul sur mon parcours, et de me rendre compte que tout n'est peut-être pas le fruit du hasard. C'est une étape de réflexion, d'introspection."  

 

« Il faut bien cerner les attentes de l’institution »

Virginie Soufflet, conseillère pédagogique de circonscription

"J'ai présenté l'année dernière le concours d'inspecteur de l'Education nationale (IEN) 1er degré, dont l'épreuve repose depuis 2010 sur un dossier de RAEP.

J'ai d'abord fait des recherches sur internet car je ne visualisais pas ce que pouvait donner un dossier de RAEP complété, sachant qu'il s'agit de décliner les compétences que l'on a acquises en fonction des missions que l'on sera amené à effectuer, en l'occurrence celles de l'IEN. Ce n'est pas simple. Je me suis notamment appuyée sur le répertoire interministériel des métiers de l'État et un formateur m'a aidée à cadrer et à définir les priorités.

Les principales difficultés que j'ai rencontrées sont liées à la terminologie, au vocabulaire : j'ai eu besoin de bien définir chaque mot ? il faut bien cerner les attentes de l’institution.

Cette démarche, que je renouvelle cette année puisque j'ai raté l'admission, permet d'opérer un retour sur soi, une prise de recul sur son expérience, de savoir où l'on en est, et ce qui nous reste à faire. On prend également conscience de ses lacunes dans certains domaines.

Enfin, cela permet de confirmer – ou non ? ses choix, car en remplissant le dossier de RAEP, on prend conscience de ce qui nous motive vraiment à aller jusqu'au bout du concours que l'on présente, ou au contraire pour certains, cela va permettre de se rendre compte que les compétences qu’ils ont préféré développer ne correspondent pas et qu'il vaut mieux pour eux, s'orienter vers un autre concours".

 

Dossier du mois

Les chiffres clés de la fonction publique en 2014

La fonction publique en chiffres - 2015

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article