Marie-France Monéger : elle dirige la police des polices

Laure Martin • mis à jour le
DOSSIER : Egalité professionnelle : portraits de femmes

Elle a été l'une des toutes premières femmes commissaires de police. Puis la première femme à diriger l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Découvrez le parcours de cette femme hors normes, par ailleurs très engagée pour la parité professionnelle, puisqu'elle préside l'association Femmes de l’intérieur pour aider les femmes à «prendre la place qui leur revient».

mfmoneger-serre

Lorsqu’elle s'est lancée dans des études de droit, Marie-France Monéger ciblait la magistrature ou la police. En 1975, le concours de commissaire de police s’ouvrait aux femmes. A l’époque, un quota de 10% des postes était réservé aux femmes (Après la fusion de la sûreté nationale et de la préfecture de police en 1966, l’ENSP devient l’école unique des commissaires. En 1970, la scolarité est portée à deux années. Les premières femmes commissaires sont formées à partir de 1975. En 1988, l’école devient établissement public national.). Licence de droit en poche, elle se présente aux épreuves, et le réussit. A 21 ans, elle intègre ainsi la 4e promotion de l'Ecole nationale supérieure de police à accepter des femmes.

Le rude univers de la police judiciaire - Par la suite, Marie-France Monéger devient commissaire de police judiciaire à la répression du banditisme à Strasbourg, puis à la brigade des stupéfiants à Nice et à la section criminelle à Angers. « J’ai travaillé pendant dix ans dans la police judiciaire, rapporte-t-elle, avant d’opérer un grand virage professionnel..." vers la formation des policiers.

Directrice de la formation puis retour sur le terrain -  Après son mariage, la jeune femme souhaite se rapprocher de Paris, mais ne parvient pas à concrétiser son choix dans ses fonctions. « En revanche, on m’a proposé un poste de directrice adjointe au Centre national d’études et formation de la police nationale, à Gif-sur-Yvette (Essonne) », se souvient-elle. Un poste qu’elle occupe pendant six ans, avant de devenir cheffe du bureau de la formation continue, à Lognes (Seine-et-Marne), en 1995, où elle travaille essentiellement à l’ingénierie de la formation.

Elle quitte ensuite la formation pour rejoindre la police aux frontières. « Je suis devenue sous-directrice de la lutte contre l’immigration irrégulière », indique-t-elle. Un retour à ses premiers amours, au terrain et aux filières. Mais au bout de deux ans, s'amorce un nouveau virage.

Cinq ans aux RH, "une période riche" - « On m’a proposé de devenir cheffe du bureau des commissaires de police, raconte-t-elle. Cette proposition m’a d'abord déstabilisée, car je n’avais jamais fait de ressources humaines, ni de gestion. C’est un poste très sensible et très important, et je ne pouvais pas refuser la confiance qui m’était accordée. »

Flattée mais un peu inquiète, Marie-France Monéger se lance dans l’aventure. Elaboration des mutations, des avancements, accompagnement des réformes, « repyramidage », outils de gestion, fiche de postes... : « C’était une période riche et passionnante, se rappelle-t-elle. Je suis restée un peu plus de cinq ans à ce poste, avant de demander une mutation. »

A la tête de la com', nouveau défi- En effet, son directeur lui a proposé de prendre la tête du service d’information et de communication de la police. « C"était un nouveau challenge, car je ne connaissais rien à la communication », indique-t-elle. Nouvelle hésitation et, finalement, nouvel engagement. "Ce poste, passionnant, était difficile, car nécessitait d'être hyperréactive, se souvient-elle. Or, on n’est jamais dans le contrôle total."

Ce poste, passionnant, était difficile car, il nécessitait une hyperréactivité, se souvient-elle. Or l'on n’est jamais dans le contrôle total.

Marie-France Monéger

Un an et demi plus tard, on lui propose la direction de la formation de la police nationale, avec pour mission : fusionner les directions de la formation et de l’administration. « Ce fut une année intense, témoigne Marie-France Monéger, car j’ai travaillé à la réorganisation des deux directions à l'occasion de la réforme générale des politiques publiques (RGPP), qui a abouti à la création de la direction des ressources et des compétences (DRCPN ), dont je suis devenue la directrice adjointe », ajoute-t-elle.

Directrice de l’IGPN - A la mi-septembre 2012, Marie-France Monéger est nommée directrice et cheffe de "la police des polices", l’IGPN, qui travaille à l’amélioration de l’organisation des services de police, avec 4 missions essentielles :

  1. les enquêtes judiciaires et administratives sur les infractions et les manquements supposés avoir été commis par des fonctionnaires de police,
  2. les études sur des sujets de police,
  3. les inspections dans les services de police,
  4. et la recherche sur la déontologie, les règles ainsi que les doctrines propres à la police.

« Récemment une mission complémentaire a été ajoutée : l’appui et le soutien au management », précise-t-elle.

Etre une femme commissaire - « Le fait d’être une femme commissaire de police a toujours suscité des regards ébahis et des questionnements, explique-t-elle. Les chefs se demandaient s’ils pouvaient me faire confiance, s’ils pouvaient compter sur une femme. » Le sujet de la place femmes l’interpelle vraiment lorsqu’elle dirige le bureau des commissaires. « Certes, les chefs n’ont pas le même comportement avec les femmes, mais les femmes aussi ont une attitude différente de celle des hommes vis-à-vis de leur carrière. Elles s’autocensurent, leur ambition est largement en dessous de celle des hommes. »

Les femmes s’autocensurent, leur ambition est largement en dessous de celle des hommes.

A la direction des ressources et des compétences de la police nationale (DRCPN), Marie-France Monéger propose au directeur la mise en place d’un plan parité. « Puis, en tant que présidente de l’association Femmes de l’intérieur, j’ai demandé à ce que toutes les directions du ministère de l’Intérieur se fixent un plan parité, explique-t-elle, ce qui a ensuite été repris par le ministre."

A la tête de Femmes de l’Intérieur

L’association Femmes de l’intérieur existe depuis l’été 2013 et a reçu un fort écho au sein du ministère, puisque 220 femmes ayant des postes à responsabilités en font partie. "L’objectif est d’accompagner ces femmes de manière à ce que leurs compétences soient reconnues et à ce qu’on leur confie davantage de responsabilités", explique Marie-France Monéger. "Il ne s’agit pas pour les femmes de prendre la place des hommes, souligne-t-elle, mais de prendre la place qui leur revient."

 

Les questions bizarres de la rédac’

  • Votre situation familiale ? Mariée, deux enfants.
  • Des loisirs ? J’aime beaucoup les plantes, j’ai une collection d’orchidées et de bonzaïs
  • Un livre, une expo ? J’ai récemment vu l’exposition consacrée à Georges Braque au Grand Palais
  • Votre salaire net ? 7 700 euros
  • Votre moment préféré dans la journée ? Le matin lorsque j'échange, autour d'un café, avec mon adjoint et mes tout proches collaborateurs. C’est un moment particulier, convivial, et c’est souvent là que germent les meilleures idées.
  • Si vous exerciez un tout autre métier dans la fonction publique ? Je travaillerais dans l’Education nationale.
  • Réseaux sociaux, vous en êtes ? Non.
  • Un doudou numérique ? J’ai un Ipad, dont je ne me sers pas bien, mais dont je ne me séparerais pour rien au monde

Pour aller plus loin

  • Sur Emploipublic.fr : Les femmes de l'Intérieur lancent les femmes de l'Intérieur
  • La policenationalerecrute.fr, ministère de l'Intérieur

 

Dates des concours et offres d'emploi 

> Voir les dates des concours dans le domaine de la sécurité (faute de résultat, vous avez la possibilité de laisser une alerte pour être averti par mail)

 

Offres d’emploi en lien avec l’article

VILLE DE SAINT NOM LA BRETECHE

GARDIEN BRIGADIER DE POLICE MUNICIPAL (H/F)

Titulaire | 23/11/2021 | VILLE DE SAINT NOM LA BRETECHE

VILLE DE BOURGES

POLICIER.IERES MUNICIPAUX.ALES

Titulaire | 18/11/2021 | VILLE DE BOURGES

VILLE DE PLAISIR

Policiers Municipaux H/F

Titulaire | 17/11/2021 | VILLE DE PLAISIR

VILLE DE ROSNY SOUS BOIS

Agent de police municipale H/F

Titulaire | 09/11/2021 | VILLE DE ROSNY SOUS BOIS

Dossier du mois

Ville de Rezé - Pourquoi nous rejoindre ?

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article