Devenir ergothérapeute : comment j’ai intégré la fonction publique…

Laure Martin
DOSSIER : Devenir ergothérapeute: métier, écoles et formation

Ergothérapeutes fonctionnaires, Justine et Marine travaillent à l'Institution nationale des Invalides (Paris), spécialisée dans la prise en charge des blessés de guerre et du grand handicap.Toutes deux ont suivi un parcours émaillé de CDD dans des établissements de soins publics et privés.

Rééducation Ergotherapeute

Justine Bouteille, ergothérapeute à l’Institution nationale des Invalides

Après avoir obtenu mon diplôme d'ergothérapeute en 1997 et effectué un stage aux Etats-Unis, j’ai répondu à une annonce pour remplacer un ergothérapeute qui quittait son poste au sein de l’établissement public de santé de Ville-Evrard, en Seine-Saint-Denis, qui accueille des malades psychiatriques adultes.

J’ai passé un entretien avec l’ergothérapeute en question et avec le chef de service. J’ai été retenue et j'ai rencontré la DRH. J’ai été intégrée en 1998 en tant qu’assimilée fonctionnaire, j’étais donc stagiaire de la fonction publique.

Dans la fonction publique hospitalière, l’entretien avec le jury est, souvent, l'unique épreuve du concours de recrutement.

A mi-parcours, j’ai eu un autre entretien avec le cadre supérieur pour voir si des ajustements de mon poste étaient nécessaires. Puis, après un an d’exercice, j’ai été titularisée.

J’ai travaillé trois ans dans cet EPS, avant d’intégrer l’hôpital d’instruction des armées de Percy, à Clamart, c'est-à-dire la fonction publique de l’Etat . J’y suis également restée 3 ans, suivi d’un an en libéral, et j’ai ensuite rejoint, après un entretien, l’hôpital Raymond Pointcarré, à Garches, au sein de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, donc la FPH, qui a repris mon ancienneté.

J’ai fait du conseil en aide technique de nouvelles technologies auprès des personnes lourdement handicapées psychiques. Six ans plus tard, je suis allée en soins de suite et réadaptation à la Pitié Salpêtrière, via une mutation au sein de l’AP-HP, avant d’intégrer, à la suite d’un entretien, l’Institution nationale des Invalides, qui dépend de la FPE. J’ai donc bénéficié d'une mise à disposition, car les statuts concernant les grilles tarifaires n’étaient pas identiques entre les deux fonctions publiques.

Puis, j’ai été détachée de la FPH à la FPE. Cela fait deux ans que j’y travaille et, tous les ans, je renouvelle l’accord de détachement. J'exerce dans le service de médecine physique et réadaptation auprès d’adultes. Je fais de la rééducation fonctionnelle."

Marine Josse, ergothérapeute à l’Institution nationale des Invalides

"J’ai toujours voulu être paramédicale, car j’aime le contact avec les gens et le soin. Dès mes 16 ans, j’ai su que je voulais être ergothérapeute, car ce métier est très varié. On peut effectuer de la rééducation, de la réadaptation, en psychiatrie, en gériatrie, auprès des enfants ou des adultes. En plus, il s’agit d’un métier très manuel.

Après mes études en Belgique, j’ai fait des remplacements pendant trois ans dans des établissements de santé, publics et privés, auprès d’enfants, d’adultes et de personnes âgées, pour savoir où je voulais vraiment exercer. J’ai été attirée par la rééducation fonctionnelle des adultes. J’ai vu une annonce à l’hôpital militaire de Percy, à Clamart.

Après mes études d'ergothérapeute en Belgique, j'ai fait des remplacements puis des CDD, avant de passer le concours.

J’ai passé un entretien et j’ai été engagée en CDD pendant trois ans, jusqu’à ce que mon contrat ne soit plus renouvelé. J’ai donc postulé à une offre d’emploi à l’Institution nationale des Invalides, car la prise en charge de personnes militaires me plaît et parce que dans ce type d’établissement, on a le temps de prendre en charge un patient. J’apprécie cette qualité de travail. J’ai de nouveau été en CDD pendant un an et demi, au service de médecine physique et réadaptation, le temps d’avoir une ouverture au concours, que j’ai passé en novembre 2013.

Le concours prend la forme d’un entretien avec une présentation de 10 minutes de son parcours professionnel et des raisons qui nous conduisent à vouloir être fonctionnaire de l’Etat. Ensuite, le jury nous pose des questions. En fonction de la note, on choisit l'un des postes disponibles.

J’ai pu rester au même poste en tant que stagiaire pendant un an, puis j’ai été titularisée en janvier 2015. En mars, je me suis mise en disponibilité pour partir 6 mois en mission humanitaire. Quand je suis revenue, j’ai récupéré le même poste, mais ce n’est pas une obligation pour mon employeur."

Pour aller plus loin

 

Les autres articles du dossier : Devenir ergothérapeute: métier, écoles et formation

  1. Ergothérapeute dans la fonction publique
  2. Devenir ergothérapeute : écoles et formation

Offres d’emploi en lien avec l’article

VILLE DE TOULOUSE

Chargé-e d'affaires en sciences de la vie (H/F)

Contractuel | 12/11/2019 | TOULOUSE METROPOLE

VILLE DE COMBS LA VILLE

DIRECTEUR(TRICE) CRÈCHE FAMILIALE RIBAMBELLE h/f

Titulaire, Contractuel | 12/11/2019 | VILLE DE COMBS LA VILLE

CCAS DE FREJUS

Médecin Coordonnateur H/F

Titulaire, CDD | 08/11/2019 | CCAS DE FREJUS

VILLE D'ALFORTVILLE

DIRECTEUR(TRICE) D’UN MULTI ACCUEIL CRECHE HALTE (H/F)

Titulaire, Contractuel | 08/11/2019 | VILLE D'ALFORTVILLE

Dossier du mois

Les chiffres clés de la fonction publique en 2014

La fonction publique en chiffres - 2016

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article