Mobilité et transport : on recrute qui ?

Laure Martin
DOSSIER : Les métiers qui recrutent

Dans le domaine de la mobilité et des transports, les évolutions sont notables. Les collectivités ont un rôle majeur à jouer dans les politiques de déplacements et les évolutions engendrent des modifications en termes de missions et d’emplois.

Métiers transport
L’observatoire de l’emploi, des métiers et des compétences du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) mène un travail de veille et de prospective afin d'analyser les besoins de compétences des collectivités et de professionnalisation de leurs agents.
 
Dans le domaine de la mobilité et des transports, les politiques territoriales cherchent à répondre aux besoins de déplacement des habitants et des divers acteurs du territoire. Elles doivent créer les conditions pour que les personnes et les marchandises puissent se déplacer, en intégrant désormais les problématiques de développement durable.
 
Ces politiques de mobilité sont de fait très liées aux politiques d’aménagement et doivent prendre en compte l’environnement et les enjeux de transition énergétique, le secteur du transport générant, dans sa globalité, 30 % de l’émission de gaz à effet de serre. La transition vers des modes de transport plus propres et moins consommateurs d’énergie est cruciale.
 
Hier autorité organisatrice des transports, la collectivité est amenée à occuper un rôle d’ensemblier, de manager et de chef d’orchestre. Elle doit s’assurer que l’usager/habitant/acteur économique peut accéder à un ensemble de services de mobilité qui répond effectivement à la diversité des besoins.
 
 

Les professionnels du secteur

 
Les professionnels se rapportant à la mobilité et au transport représentaient fin 2012, un effectif de 2000 agents, soit 0,1 % des effectifs de la fonction publique territoriale. Ces professionnels comprennent quatre métiers :
 
-          responsable des transports et déplacements : 500 agents
 
-          chargé de la gestion du réseau de transport : 600 agents
 
-          chargé de projet mobilité durable : 600 agents
 
-          contrôleur du service public de voyageur : 300 agents
 
En réalité, cet effectif est plus large puisque les métiers d’autres familles professionnelles intègrent les problématiques de mobilité comme les directeurs de l’urbanisme et de l’aménagement durable, les directeurs du développement territorial, les chefs de projet développement territorial et développement touristique, les responsables de l’habitat et du logement, les responsables du patrimoine de la voirie et des réseaux divers, etc.
 
De plus, les services en charge de la mobilité et du transport emploient des agents qui occupent d’autres métiers (responsables des affaires juridiques, contrôleurs de gestion, assistants de gestion administrative, instructeurs gestionnaires de dossiers…). Au total, 8 700 agents sont affectés sur un service mobilité et transport, soit 0,47 % des effectifs de la fonction publique territoriale.
 
 

Les attentes envers les métiers

 
Il apparaît désormais crucial de renouveler l’approche des politiques de mobilité, en lien étroit avec les politiques d’aménagement, afin de proposer de nouvelles solutions, compatibles avec l’impératif d’optimisation des ressources. Les métiers du secteur sont directement concernés avec des évolutions envisagées.
 
  • Le responsable des transports et déplacements a pour rôle de conseiller l’autorité organisatrice de transport dans la définition de sa politique de transports-déplacements, d’organiser la mise en œuvre des orientations stratégiques, de piloter la conception et le développement des systèmes de déplacement sur le territoire de la collectivité, et de superviser la gestion des équipements et l’exploitation des réseaux de transport et de mobilité.
 
Parmi les évolutions attendues sur son poste :
 
-          un repositionnement comme ensemblier en interne (management du changement dans l’organisation, transversalité des politiques de mobilité) et par rapport à tous les autres acteurs.
 
-          un changement de culture est également attendu pour  passer de la logique transport à la logique mobilité, pour porter les nouveaux enjeux environnementaux et sanitaires et pour développer l’approche servicielle et le management de la mobilité.
 
 
  • Le chargé de la gestion du réseau de transport contribue à la définition des conditions d’exploitation du réseau de transport. Il gère et suit l’exploitation, régule les relations avec les usagers et avec les exploitants.
 
Parmi les évolutions envisagées, dans un contexte de plus en plus contraint au niveau financier, il va devoir développer des solutions techniques innovantes. Il doit lui aussi passer d’une logique transport à une logique de mobilité, et intégrer l’approche servicielle et l’intermodalité. Enfin, il doit développer sa culture juridique et financière, et celle de l’évaluation et de l’ingénierie liée à la relation collectivité/ opérateurs.
 
Des extensions du métier sont à prévoir sur les mobilités innovantes, les missions billettiques et les projets d’aménagement multimodaux.
 
 
  • Le chargé de projets mobilité durable promeut et accompagne, auprès des différents acteurs du territoire, la mise en place de projets engageant un moindre recours à l’utilisation d’un véhicule individuel. Il fournit une expertise en matière d’éco déplacement dans l’élaboration de documents d’urbanisme et d’aménagement.
 
Parmi les évolutions à venir :
 
-          le développement de la dimension transversale des politiques de mobilité et des enjeux air-climat-énergie.
 
-          le développement des approches territorialisées et sur-mesure en fonction des territoires de projets et prise en compte des enjeux relatifs aux territoires à faible densité de population.
 
-          le déploiement des démarches de conduite de changement et mise en œuvre de solutions individualisées.
 
-          le développement des capacités d’innovation dans la conduite des politiques de transport-mobilité.
 
Le métier pourrait être amené à évoluer sur les mobilités innovation et le conseil en mobilité insertion.
 
 
  • Le contrôleur du service public de voyageurs assure le contrôle de l’exécution des services par le prestataire. Il contribue à la définition et à l’adaptation de l’offre de transport et informe et assiste les voyageurs.
 
Parmi les évolutions du métier :
 
-          le développement des problématiques de sécurisation des accès aux réseaux de transport.
 
-          le développement de la fonction de médiation.
 
-          la place croissante du numérique dans les interfaces usagers / modes de transport.
 
 
>> Lire aussi : 
 
_ L'étude sectorielle Transport/mobilité
 
Inspecteur du permis de conduire
 
>> Retrouvez nos offres d'emploi
 
_ Transports/Déplacements
 
_ Chargé de la gestion du transport
 
 

Offres d’emploi en lien avec l’article

VILLE DE SAINT GRATIEN

DIRECTEUR DES ESPACES PUBLICS ET TRANSPORT H/F

Titulaire, Contractuel | 01/07/2020 | VILLE DE SAINT GRATIEN

VILLE DE SAINT GRATIEN

Responsable Voirie Propreté Eclairage Public (H/F)

Titulaire | 01/07/2020 | VILLE DE SAINT GRATIEN

VILLE DE PARIS RH

Techniciens Construction et Bâtiment (H/F)

Titulaire | 30/06/2020 | VILLE DE PARIS

haguenau-1310088.jpg

Technicien Assainissement (h/f)

Titulaire, Contractuel | 30/06/2020 | CA DE HAGUENAU

Dossier du mois

Les chiffres clés de la fonction publique en 2014

La fonction publique en chiffres - 2015

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article