L’action sociale dans la territoriale: comment ça se passe ?

Laure Martin • mis à jour le
DOSSIER : Pouvoir d'achat des fonctionnaires: les "plus" de l'action sociale

L’action sociale au bénéfice des agents de la fonction publique territoriale est obligatoire depuis une loi de 2007. Chaque collectivité territoriale détermine librement le montant et les modalités de mise en oeuvre de celle-ci. En pratique, l'action sociale est plus développée dans les conseils départementaux et régionaux.

cesu

Une action sociale obligatoire pour l'employeur depuis 2007

L’action sociale au bénéfice des agents de la fonction publique territoriale, bien que consacrée par la loi du 13 juillet 1983, demeurait, dans les faits, facultative. En la rendant obligatoire, la loi du 19 février 2007, relative à la fonction publique territoriale aligne la situation des agents territoriaux sur celle des agents relevant des fonctions publiques de l’Etat et hospitalière.

La loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles, dite loi Maptam, du 27 janvier 2014, introduit par ailleurs de nouvelles dispositions en matière d’action sociale. Ainsi, l’article 69 impose l’ouverture d’une négociation locale sur l’action sociale si des agents changent d’employeur dans les conditions fixées par ce même article.

Toutes les collectivités territoriales, et à leurs établissements publics, doivent donc mettre en œuvre des prestations d'action sociale au bénéfice de leurs agents. Mais chacune est libre de déterminer le montant et les modalités de mise en oeuvre de cette action sociale, suivant le principe de libre administration des collectivités.

Cette obligation constitue un “outil supplémentaire permettant d'accroître l'attractivité de la fonction publique territoriale”, précise une circulaire interministérielle du 16 avril 2007 relative aux dispositions de la loi du 19 février 2007.

L'action sociale est aussi présentée comme un moyen de réduire les disparités entre les agents des différentes fonctions publiques, donc de faciliter la mobilité des agents.  

Des prestations sociales propres à chaque collectivité

Pour mettre en œuvre et gérer les prestations sociales, les collectivités disposent de plusieurs moyens :

  • en interne, via une association locale (comité des œuvres sociales - COS, amicale du personnel…) ;
  • par l'intermédiaire d'un centre de gestion : la loi du 26 janvier 1984, portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, prévoit dans son article 25 que “les centres de gestion peuvent assurer la gestion de l'action sociale et de services sociaux en faveur des agents”, un principe réaffirmé par la loi du 19 février 2007 ;
  • via l'adhésion à une association nationale, comme le Comité national d'action sociale pour le personnel des collectivités territoriales (CNAS) ou le Fonds national d'action sanitaire et sociale (FNASS), devenu Pluralys en 2014.

Plusieurs formules peuvent être panachées : ainsi, des collectivités qui développent une action sociale en interne peuvent adhérer, directement ou via leur association gestionnaire, au CNAS ou à Pluralys. Cela permet d’apporter une offre complémentaire, plus locale et plus ciblée.

Action sociale : avantage aux grandes collectivités

Le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale a publié, en 2014, un rapport sur l'application de l'action sociale par les collectivités. Il ressort de cet état des lieux que celle-ci est plus développée dans les grandes collectivités que dans les petites. "On constate des disparités non négligeables selon le type de collectivités, indique ainsi le rapport, tant sur le plan des budgets, des effectifs et des prestations dédiés à l’action sociale. Les départements et  les régions devancent le plus souvent les autres collectivités par les moyens déployés et  la variété de leur offre."

 

Offres d’emploi en lien avec l’article

MICHAEL PAGE ADVERTISING SAS

Responsable Projets Sociaux RH H/F

Contractuel | 19/09/2019 | MICHAEL PAGE ADVERTISING SAS

MICHAEL PAGE ADVERTISING SAS

Responsable de Secteur - Lubrifiants Auto H/F

Contractuel | 17/09/2019 | MICHAEL PAGE ADVERTISING SAS

MICHAEL PAGE ADVERTISING SAS

Comptable Unique H/F

Contractuel | 16/09/2019 | Page Personnel

Université Paris-Est Créteil Val de Marne-368970.jpg
Campus André Boulle

Composante / Directions / Service

Faculté de Droit

Corps

Assistant ingénieur

Emploi type / Referens

Assistant-e de communication

Missions

L'assistant.e de communication définit, sous la responsabilité de la direction de la composante, la stratégie globale en matière d’information et de communication de l’UFR et met en œuvre des actions de communication vers les différents publics.
Il-elle coordonne, en lien avec les services centraux, la dimension communication des évènements structurants (rentrée universitaire, portes ouverte, etc).
L'assistant.e de communication est responsable du déploiement de la charte graphique et veille au bon respect de l’identité de marque de l’institution.
Le ou la chargé.e de communication prend en charge la production de contenus éditoriaux (identification de sujets, rédaction, réalisation et diffusion de l’information multi-canal) à des fins de promotion de la faculté de droit.

Activités principales

• Planifier et coordonner les différentes étapes de réalisation des actions de communication
• Elaborer un cahier des charges en vue de la mise en place de la communication d’une filière ou diplôme
• Entretenir et développer des réseaux de relations externes (partenariats, secteur associatif, réseaux professionnels, associations, etc...)
• Collecter les informations, les sélectionner
• Mener des entretiens approfondis afin de recueillir la matière nécessaire à la rédaction de sujets ;
• Réaliser le journal de la faculté de droit, de l’élaboration de son sommaire à sa diffusion
• Piloter la réalisation et les mises à jour des publications (bilans d’activité, plaquettes générales ou thématiques) et leur assurer une diffusion optimale
• Rédiger des supports de communication web et print adaptés aux différents publics : Internet, Intranet des personnels, journal de la faculté de droit, newsletters étudiants et personnels, brochures institutionnelles, plaquettes, dépliants, articles, fiches etc...
• Gérer, diffuser et archiver des informations électroniques ou papier et la documentation du service
• Participer aux rencontres organisées par la direction de la communication avec les référents de communication des autres structures de l’université
• S’intéresser aux relevés de décisions des conseils de l’université et aux productions internes de la faculté
• Gérer et animer au quotidien le site institutionnel, les sites évènementiels et l’intranet
• Tenir à jour des fichiers (partenaires, publics ciblés) sur base de données ;
• Effectuer la diffusion des documents de communication ;
• Assurer l’organisation matérielle et logistique des manifestations de la composante : journées portes ouvertes, colloques, salons, prix de stage, expositions, conférences de presse,...
• Mettre en place et animer un réseau de communication interne

">

Assistant.e de communication - Droit

Contractuel, CDD | 09/09/2019 | UNIVERSITE DE PARIS EST CRETEIL / UPEC

Dossier du mois

concours-fonction-publique-3eme-voie

Concours de la fonction publique territoriale : troisièmes concours

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article