Les agents du ministère des Affaires étrangères et du développement international (MAEDI)

La Rédaction • mis à jour le
DOSSIER : Les métiers de la diplomatie

France Diplomatie, le ministère des Affaires étrangères et du développement international, regroupe la totalité des statuts et positions disponibles en droit public français.

dplomatie-ambassage-france-haiti-fllickrcc

Le statut particulier des agents diplomatiques et consulaires est défini par les conventions de Vienne du 18 avril 1961 (relations diplomatiques) et du 24 avril 1963 (relations consulaires).

Ce statut leur assure "l’indépendance et la liberté d’action en résidence dans un pays étranger", sachant que ce statut est subordonné au maintien des relations diplomatiques entre la France et le pays de résidence.

Par ailleurs, tous les agents du ministère doivent "intégrer la dimension économique" dans leur action, insiste France-Diplomatie. C'est-à-dire oeuvrer dans le sens des intérêts des entreprises françaises, au nom de la performance économique de la France.

 

Les agents titulaires du MAEDI

Le statut des agents diplomatiques et consulaires est régi par le décret n°69-222 du 6 mars 1969.

Les corps du ministère des Affaires étrangères et du développement international (MAEDI)

  • Adjoint administratif de chancellerie (ADJCH, catégorie C) : il assume des tâches de secrétariat, gestion administrative, comptabilité, archives, documentation, etc.
  • Adjoint technique de chancellerie (catégorie C) : beaucoup moins nombreux, les agents techniques de chancellerie sont répartis dans un grand nombre de spécialités concourant au soutien du réseau du ministère (patrimoine, hôtellerie, conduite automobile, etc.).
  • Secrétaire de chancellerie (SCH, catégorie B). Il a des missions administratives de soutien des postes du ministère et/ou consulaires tournées vers les administrés (français et étrangers). Les secrétaires de chancellerie sont souvent chargés de l'encadrement d'une équipe (secteur, chancellerie consulaire, service administratif et financier).
  • Conseiller des affaires étrangères (CAE, catégorie A). C'est un "conseiller négociateur", soit dans des postes à l'étranger ou au sein de l'administration centrale, soit "en qualité d'expert, puis après quelques années, avec des responsabilités d'encadrement". Il a par ailleurs "une ouverture sur tous les autres domaines d'activité du ministère et des emplois de débouchés de haut niveau (consul général, ambassadeur, directeur)".
  • Secrétaire des Affaires étrangères (SAE, catégorie A). Il exerce des fonctions politiques, économiques, juridiques, de coopération ou administratives.
  • Attaché des systèmes d'information et de communication (catégorie A). Il est principalement chargé de fonctions d'encadrement, de direction de projets et d'équipes, d'information et de communication.

A consulter : la page web des concours sur France Diplomatie

1 - Les agents de catégorie A - Les agents de catégorie A travaillent majoritairement dans le domaine politique (40 % des agents de cette catégorie). Les métiers les plus courants sont conseiller politique en poste ou administration centrale, conseiller négociateur, numéro deux d’ambassade.

Les agents de catégorie A ont également un rôle d’encadrement dans les filières direction générale et consulaire.

"De telles fonctions requièrent des compétences relationnelles pour gérer et animer une équipe dans un contexte culturel différent, ainsi que des connaissances spécifiques : anglais et langue du pays, connaissance d’une région du monde et d’une autre culture, connaissance du droit public, des institutions internationales et des questions européennes", précise le ministère des Affaires étrangères, dans un document sur la gestion prévisionnelle des ressources humaines.

2 - Les agents de catégorie B - Les agents de catégorie B exercent des compétences d’encadrement dans les domaines consulaires (chef de section consulaire, chef de chancellerie, chef de service des visas). Ils peuvent avoir des fonctions de gestionnaires dans les filières administration ou encore des compétences spécialisées en informatique (spécialiste des systèmes d’information, chargé de la protection de l’information diplomatique).

Là encore, exercer ces responsabilités implique des savoir-faire spécifiques, signale le ministère (gérer une équipe, former et encadrer des agents de recrutement local, faire face aux crises ou aux menaces, respecter les règles de confidentialité).

3 - Les agents de catégorie C - Ces agents exercent le plus souvent des compétences d’exécution dans les filières d’administration.Viennent ensuite les métiers dans le domaine logistique (gestion du courrier, des archives, des ressources documentaires, etc.).

Un peu moins de 25 % des effectifs exercent dans le domaine consulaire les métiers de vérificateur de dossier des visas et de chargé des diverses affaires de chancellerie.

"Ici aussi, des savoir-être sont indispensables (travail en équipe, dialogue, sens de la confidentialité, faire face aux crises et tensions, rigueur, faire preuve d'esprit de synthèse et d’organisation), de même que des compétences techniques (connaissance de l’organisation administrative du ministère et de la réglementation, comptabilité publique, bureautique, gestion documentaire, informatique et NTIC)", détaille-t-on, au ministère des Affaires étrangères.

Les agents contractuels du MAEDI

Le  MAEDI fait beaucoup appel aux contractuels (40 % parmi les agents de droit français, contre une moyenne de 7 % au niveau de l'Etat) en raison d'un besoin important de compétences spécialisées afin d'assurer les nombreuses missions dont il a la charge (sécurité, coopération culturelle et scientifique, coopération linguistique, action audiovisuelle extérieure, aide au développement, économie globale, etc.). Pour mener à bien ces missions, le ministère fait appel à des agents dont les compétences spécialisées proviennent d'autres secteurs de l'administration ou de la société.

  • des fonctionnaires en mobilité et des attachés spécialisés d'autres administrations
  • des agents contractuels
  • des volontaires internationaux
  • des militaires.

 

MOBILITE

Un turn over important

  • La part particulièrement élevée de contractuels, dont la plupart sont en CDD de trois à quatre ans, entraîne un renouvellement important du personnel, de l’ordre de 10 à 15 % des effectifs chaque année.

Les agents de droit local

Représentant 34 % des effectifs du ministère, les agents de droit local sont recrutés sur contrat par les postes diplomatiques et consulaires.

Ils peuvent être de nationalité française ou étrangère et exercent des fonctions diverses : communication et presse, affaires consulaires, gestion financière, intendance, logistique… Leurs contrats de travail étant régis par le droit applicable dans le pays de résidence, il est très difficile d'en dresser une typologie d’ensemble.

"Le recours au recrutement local est justifié par le besoin d’accomplir certaines tâches nécessitant une connaissance approfondie du contexte local et/ou de la langue du pays", indique ainsi un document du ministère sur la gestion prévisionnelle des ressources humaines. France Diplomatie "recherche en permanence le bon équilibre, dans chaque poste, entre la présence de personnels expatriés et le recrutement local, sachant que les emplois de sécurité ou correspondant à une mission régalienne sensible restent attribués à des agents titulaires".

A consulter

jaquette-maedi-2016La brochure "Métiers" du ministère des Affaires étrangères et du développement international

Dossier du mois

concours-fonction-publique-hospitaliere

Concours de la fonction publique hospitalière

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK