Se reconvertir dans le métier de professeur des écoles

Laure Martin • mis à jour le
DOSSIER : Devenir enseignant

A 30 ans, Frédérique décide de changer de métier. Journaliste, elle va devenir professeure des écoles. Un parcours difficile mais réussi, qu’elle ne regrette pas. 

Professeur de collège

Se reconvertir pour enseigner aux enfants : le choix du concours et de la prépa 

"Lorsque j’ai décidé de me reconvertir pour devenir enseignante dans une école maternelle ou élémentaire, j’étais encore journaliste dans une agence de presse. Je n’étais donc pas disponible en septembre pour m'inscrire en MEEF-1 (Master-1-métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation), témoigne Frédérique. J’ai donc intégré une école préparatoire au concours de professeur des écoles."

Déjà titulaire d'un Master, Frédérique aurait pu se présenter au concours "externe" de recrutement de professeur des écoles. Mais elle a préféré le "troisième concours", réservé aux personnes ayant au moins cinq années d’expérience professionnelle dans le privé. 

Pour en savoir plus sur les concours de professeur des écoles

Frédérique a commencé la préparation au concours de recrutement de professeur des écoles (CRPE) en novembre. "Pendant la semaine, nous devions préparer un devoir, des thématiques, en allant chercher les informations nous-mêmes et à l’aide des documents fournis par la prépa, explique-t-elle. Le samedi, on débriefait tous ensemble. C’était un travail assez difficile à effectuer, d’autant plus que les premiers mois, je travaillais toujours en parallèle."

Les devoirs étaient similaires aux épreuves du concours de professeur des écoles. Pendant cette période, de novembre à mai, trois concours blancs écrits et deux oraux blancs ont été organisés par l’école préparatoire.

 

Les épreuves écrites et orales du "troisième CRPE"

En avril, Frédérique, inscrite à l’académie de Versailles, a passé les épreuves écrites du CRPE, de quatre heures chacune.

Tout d’abord, un devoir de français :

  • une partie sur la didactique (l'art d'enseigner)
  • et une autre, plus théorique, sur la grammaire, l’orthographe, la compréhension et l’analyse de texte.

Ensuite, un devoir de mathématiques, avec, là aussi, 

  • une partie sur la didactique
  • et une partie "géométrie, algèbre, problèmes".

Arrivée 88e sur environ 2.500 candidats, Frédérique a pu se préparer aux épreuves de juin. "Il y a deux oraux, explique-t-elle. Le premier concerne l’éducation physique et sportive (EPS). Le jury nous expose une situation et nous devons expliquer ce que nous allons mettre en place, sur la base des textes qui nous sont remis et de nos connaissances." Frédérique a ainsi planché sur la manière de s’occuper d’enfants qui ne veulent pas danser ensemble, ni devant les autres.

La seconde partie, qui vise à tester les connaissances générales, a porté sur le système éducatif, la vie à l’école, les droits, les devoirs et les notations. "J’ai dû traiter un sujet en lien avec la laïcité", indique Frédérique. Les candidats ont 1h30 pour se préparer et 45 minutes pour présenter ce premier oral.

Le second oral porte sur la présentation du dossier professionnel du candidat. "Au moment de notre inscription au concours, on doit choisir une thématique sur laquelle baser une séquence d’enseignement avec des unités d’apprentissage pour les enfants", indique Frédérique. Elle a fait le choix de travailler sur la Première Guerre mondiale dans l’art pour les enfants de CM2 et a présenté ses séquences pendant 35 minutes environ.

 

Une année de test grandeur nature en petite section de maternelle

Frédérique a réussi le concours. Elle est affectée en petite section de maternelle, dans une école d'Asnières-sur-Seine (Ile-de-France).

"Pendant un an, j'ai géré une classe de 25 élèves, les jeudis et vendredis, toute seule, après avoir exercé, pendant quinze jours, en binôme avec la directrice de l’école", raconte Frédérique.

Les lundis et mardis, elle suit un enseignement de Master-2 MEEF à la faculté de Gennevilliers. "J’ai des devoirs à rendre, des contrôles continus, des partiels et beaucoup de travaux en groupe", souligne-t-elle, en précisant être évaluée dans sa classe six fois dans l’année. L’ensemble de ces évaluations permettront à Frédérique de devenir officiellement professeure des écoles. "Je suis contente de ma reconversion, conclut-elle. J’adore être dans l’action, et ce que je fais est polyvalent."

Dossier du mois

concours-fonction-publique-etat

Concours de la fonction publique de l’Etat

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK