L’Ecole Du Breuil : une prestigieuse école d’horticulture

Laure Martin • mis à jour le
DOSSIER : Les écoles de la fonction publique

Implantée au sein du bois de Vincennes, à Paris, l’école Du Breuil forme au métier de jardinier. Fondée en 1867, cette école d’horticulture jouit d’un prestige et est accessible à tous, sur dossier. Elle prépare également au concours de jardinier de la ville de Paris.

dubreuil2_auformat

A l’origine de la création de cette école : le baron Georges Eugène Haussmann. « A l’époque, le métier de jardinier n’était pas qualifié, raconte Renaud Paque, directeur de l’école Du Breuil, paysagiste et urbaniste de formation (photo). Mais avec l’espace public de qualité qui se développait, le baron Haussmann a souhaité la création d’une école formant des jardiniers qualifiés pour ses projets urbains. » Et c’est ainsi qu’est née, à l’initiative de l’horticulteur Alphonse Du Breuil, cette institution.

L’accent sur des priorités- L’école Du Breuil forme essentiellement aux métiers de l’aménagement paysager : jardiniers, chefs de chantier, mais aussi chefs d’entreprise de paysage. « Nous formons les élèves à l’entreprenariat afin qu’ils puissent par exemple créer leur entreprise d’aménagement paysager », rapporte Renaud Paque. Par contre, l’institution ne prépare pas au métier de paysagiste, mais elle peut être une première étape dans le cursus.

Arts et techniques- Dans l’enseignement dispensé, l’accent est mis sur diverses priorités. « Nous sommes une école d’arts et de techniques du paysage, souligne le directeur. Un jardin, c’est aussi de la création, nous développons beaucoup cet aspect du métier. » Le développement durable et la biodiversité sont également au cœur de l’enseignement. « Nous essayons d’avoir une gestion des jardins la plus responsable possible », précise-t-il. Enfin, l’école accorde une grande importance à la connaissance du végétal. « Nous avons traversé des décennies où le végétal n’était plus si important, indique Renaud Paque. Mais à l’école Du Breuil, nous avons toujours maintenu le végétal au cœur de la problématique, c’est notre force ! »

Des formations pour tous - Différents niveaux de formations sont offerts aux 400 apprenants qui intègrent l’école chaque année sur dossier, entretien ou encore test. Environ 150 élèves sont formés de la seconde au BTS, en formation scolaire, 150 apprentis suivent un cursus du niveau seconde au niveau licence, et enfin une cinquantaine d’adultes sont formés, en cours du soir, au certificat d’aptitude professionnelle agricole (CAPA) Travaux paysagers. « Il s’agit généralement d’adultes en réorientation de carrière ou en réinsertion professionnelle, indique le directeur. On offre une qualification à des personnes qui ont un projet professionnel. »

Comme l’école est adossée à la mairie de Paris, elle prépare également au concours de jardinier de la ville où s’orientent davantage les élèves issus du CAPA qui ont un taux de réussite compris entre 80 à 100 %, les autres étudiants se dirigeant plutôt vers les entreprises privées ou poursuivant leurs études. L’école Du Breuil forme également les bûcherons élagueurs et remplit une mission de formation professionnelle des jardiniers, techniciens et cadres de la ville de Paris sur la question du végétal dans l’espace urbain.

Depuis 2011, l’inscription aux modules de formation continue et aux conférences des rendez-vous de l’école Du Breuil est ouverte aux professionnels du paysage et de l’horticulture.

Des profs hors Education nationale- Etant un établissement de la ville de Paris, les professeurs qui y enseignent bénéficient de fait, d’un statut particulier. Ils ne relèvent pas de l’Education nationale, mais sont fonctionnaires de la ville, certifiés de l’école Du Breuil. « Un concours est organisé par la ville pour recruter les professeurs de l’école », précise le directeur. Ils détiennent un statut de professeurs permanents, présents à l’école quatre jours par semaine. Au-delà de l’enseignement, ils assurent une permanence auprès des élèves. 25 d’entre eux sont employés à temps plein, et une vingtaine de vacataires sont présents à temps partiel.

De magnifiques jardins - L’école possède par ailleurs des jardins – ouverts au public – entretenus par une équipe de 30 jardiniers qui encadrent également les travaux pratiques des élèves. Et la grande renommée de cette école permet aux élèves de participer aux journées des plantes du domaine de Courson, aux journées des plantes du domaine de Saint-Jean de Beauregard, aux projets de jardins des berges de Seine, à "l’Art du Jardin" du Grand Palais et à celui des Tuileries. « Les jardins sont imaginés et mis en œuvre par les élèves, rapporte le directeur. Il s’agit de travaux pratiques pour eux ! »

 

 

 

 

Dossier du mois

Les chiffres clés de la fonction publique en 2014

La fonction publique en chiffres - 2014

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article