Développement durable à l’hôpital : quels métiers concernés ?

Laure Martin • mis à jour le
DOSSIER : Les métiers de l'environnement

L'hôpital public se met au diapason du développement durable. Depuis une décennie, les métiers évoluent pour répondre aux impératifs environnementaux, tandis que d'autres, nouveaux, sont devenus des clés de voûte du management "qualité, sécurité, environnement.

Environnement -Hôpital

La prise en compte du développement durable remonte au premier Grenelle de l’environnement en 2009. L'année suivante, le Grenelle-2 a déclenché  les obligations réglementaires. Cela se traduit par l’émergence de programmes de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) ou des organisations (RSO) et celle de nouveaux métiers. Malgré des budgets serrés, l'hôpital public tient compte des impératifs de développement durable, dans de nombreux domaines.

Développement durable : l'hôpital public s'implique

D'abord, la politique d’achat et approvisionnement: de nombreux hôpitaux et centrales d’achat ont adopté des critères de choix supprimant les perturbateurs endocriniens dans les produits de référence et préfèrent s'équiper de matériel plus respectueux de l'environnement, comme des cafetières avec broyeur à grains, plutôt que des cafetières à capsules.

Autre domaine pénétré par la RSO, le bien-être et la santé au travail, l’un des piliers de la RSE, ou encore le traitement des matières résiduelles.

"Les bio-déchets des cuisines peuvent être revalorisés en compost ou en méthane, indique Olivier Toma, fondateur de Primum nom nocere, agence d’accompagnement en RSE (responsabilité sociale des entreprises), développement durable et santé. "La ville de Lille, détaille-t-il, collecte les déchets de l’hôpital pour en faire du méthane, qui alimente la flotte de trams du centre-ville." 

La consommation énergétique est un autre champ d'action : gaz, électricité, fioul ou encore eau. Selon Olivier Toma, "il est possible de réduire de 20% cette consommation. Le problème de fond, c’est que les hôpitaux n’ont pas les budgets d’investissement pour réduire leur consommation."

Des métiers hospitaliers qui changent pour l'environnement

La politique de développement durable impacte directement différents métiers du secteur public hospitalier.

Le métier d’acheteur a évolué pour se former aux impératifs de RSO-RSE, "car il n’est pas possible de s’occuper des achats d’un établissement hospitaliers, sans savoir par exemple que les cosmétiques de la maternité peuvent contenir des perturbateurs endocriniens »,  précise Olivier Toma. De même pour  la restauration, il est important de privilégier les produits biologiques, de saisons et locaux, c'est le rôle du responsable de services biomédicaux.

Le responsable Qualité sécurité environnement (QSE) est de plus en plus présent dans les centres hospitaliers. Il coordonne les équipes dédiées à la qualité des produits, la sécurité des outils de travail et un environnement de nature à améliorer les conditions de travail.

La consommation d’énergie requiert une évolution des compétences des thermiciens.

Les spécialistes de transport de matières résiduelles maîtrisent et revalorisent les matières. Ils doivent être formés au transport de matières dangereuses (ADR).

Les ambulanciers sont formés à l’éco-conduite visant à réduire la consommation de carburant.

Concernant l’entretien et l’éco-conception des bâtiments : les architectes, les bureaux d’études techniques et les assistants maîtrise d’ouvrage doivent se former en haute qualité environnementale. 

Découvrez ces métiers qui recrutent un max, sur des postes de cadres

 

 

Développement durable et santé publique: comment faire ?

La RSE et le développement durable visent à répondre aux besoins des générations du présent, sans compromettre la capacité des générations du futur à répondre aux leurs. "On peut le résumer ainsi : ne surconsommons pas, ne gaspillons pas et ne polluons pas", rapporte Olivier Toma, fondateur de Primum nom nocere, agence d’accompagnement en RSE, développement durable et santé.

Et d’ajouter : "A l’origine, les entreprises, les administrations se sont demandées si elles devaient agir. Désormais, elles ne se posent plus cette question, mais se demandent comment agir." 

Aujourd’hui, il existe trois grands défis : 

  1. la réduction de la consommation d’énergie fossile, 
  2. la réduction de la pollution qui en découle 
  3. et la réduction des gaspillages partout, y compris dans le monde de la santé. 

"Toutes les solutions existent, soutient Olivier Toma. Je ne dis pas que c’est facile, mais il s’agit d’une question de volonté politique ou stratégique. Le grand défi des années à venir est de faire respecter les lois et donner les moyens de les faire respecter." Alors, prêts à relever le défi en s'engageant dans le secteur public?

Dossier du mois

Les chiffres clés de la fonction publique en 2014

La fonction publique en chiffres - 2014

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK