Des moutons et des bergers urbains dans nos villes

Séverine Cattiaux
DOSSIER : Fonction publique : travailler avec les animaux

Dans la commune de Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne) sont arrivés des chèvres, des moutons et des brebis. Une mode, une lubie? Plutôt un choix écologique et social. D’autres communes font ce choix. Et un nouveau métier apparaît : berger urbain !

moutons-noir-blanc-pixa

L’écopâturage est moins polluant que les machines et moins coûteux en énergie. Cette nouvelle façon de gérer les espaces verts est bonne également pour la biodiversité. Elle permet la renaissance d’une faune disparue dans les villes. Au sein des petites communes ou des grandes collectivités territoriales, la présence de mammifères herbivores est source de bien-être, prétexte à discussions et favorable au lien social. Et puis, à la faveur de l'engouement pour l'écopâturage, un nouveau métier vert est en plein essor, celui de berger urbain.

[beginbox title = "Côté emploi"]

Nouveau métier vert : berger urbain

Employé par une collectivité territoriale, commune, structure intercommunale, le berger urbain sait conduire un troupeau pour le mener d'un espace à l'autre. Il veille à la santé des animaux (approvisionnement en fourrage et en eau, hygiène, repérage de maladies, etc). Il entretient sa bergerie, lieu de repos des animaux, ainsi qu'un site pédagogique, où le berger urbain accueille des groupes d’enfants.

Le berger urbain a souvent acquis ses compétences au sein d’associations qui font la promotion de l’agriculture urbaine. Il peut aussi être recruté directement par les collectivités.

Une forte expérience dans l'élevage et un BTS agricole sont recommandés. Le berger urbain participe également à la construction des clôtures, à l’entretien de sa bergerie, etc.

>> Découvrez d'autres métiers territoriaux de l'environnement qui recrutent : paysagiste, fontainier, arboriste-grimpeur… (dossier)

 

L’écopâturage : un choix écolo pour gérer les espaces verts

Sur le volet environnemental, les moutons battent les tondeuses mécaniques à plates coutures : diminution du bilan carbone, aucune pollution des sols (zéro produit phytosanitaire), ni nuisance sonore. On constate aussi le retour de la biodiversité sur les espaces broutés. Le secret ? Les excréments de ces mammifères attirent les insectes, donc les oiseaux, qui en raffolent. Certes, l'écopâturage ne permet pas d’obtenir le même résultat que la tondeuse. Les animaux broutent à leur rythme, selon leur faim. Il ne faut pas imaginer augmenter la cadence, en faisant grossir le troupeau.

Les chèvres et moutons ont besoin d'un minimum d'espace, plusieurs centaines de mètres carrés par chèvre au minimum. Ne comptez pas plus de 3 à 4 ovins à l'hectare. Faire appel à ses mammifères herbivores, c'est une autre manière de gérer et d'appréhender certains espaces, qui n’exigent pas un entretien régulier. Et contrairement à la tondeuse, les espaces tarabiscotés, les pentes et les talus ne font pas peur aux moutons !

 

Des animaux "qui font du bien" à beaucoup de monde !

Ces animaux dans la ville offrent quantité de bienfaits. Les centres de soins qui disposent d’un pré ou d’un coin de verdure sont des sites de choix pour l’écopâturage. Il ne s’agit alors pas tant d’entretenir la pelouse ou le pré, que d’agrémenter le cadre de vie des patients. La présence de ces affectueux mammifères herbivores fait un grand bien aux patients qui prennent plaisir à les voir gambader ou à les caresser. Autre plus-value, les moutons, chèvres et autres animaux sont un sujet d’observation très apprécié des jeunes écoliers notamment.

 

Quel coût pour les communes ?

Question budget, les économies ne sont pas systématiques. Elles dépendent de nombreux paramètres : le type de site, l’animal, (vache, âne, chèvre, mouton…), le fonctionnement de la gestion précédente. D’un côté, l’écopâturage libère du temps pour les agents des espaces verts. Mais, de l’autre, la commune devrait faire appel au service d’un berger urbain et entreprendre un certain nombre d’aménagements (bergerie, clotûres).

 

De plus en plus de villes pratiquent l'écopâturage

Un quart des villes converties à l’écopâturage comptent plus de 50 000 habitants. Les animaux les plus appréciés sont les moutons (et les brebis) devant les chèvres, les bovins et les équidés (notamment les ânes). Une fois qu’une commune goûte à l’écopâturage, la pratique a tendance à essaimer. Preuve que cette alternative à la tondeuse est intéressante : dans la communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise, après Courdimanche, plusieurs villes lui ont emboîté le pas : Eragny et Jouy-leMoutier, Cergy, Vauréal.

En Normandie, c’est Varengeville-sur-Mer qui a commencé. La commune accueille, depuis juin 2015, des chèvres des fossés, qui entretiennent un terrain à proximité du cimetière. Depuis mai 2016, sa grande voisine Dieppe a signé une convention de partenariat avec l’association Ökotop. dont le principal objectif la protection de la biodiversité par des interventions de conseils , de gestion, d'animation et de sensibilisation auprès des collectivités et établissements publics, des entreprises, des associations et des particuliers. 

Les grandes villes comme Lyon, Lille, Rennes, Grenoble ou Paris ont aussi adopté l’écopâturage, à petites doses, certes.

 

[beginbox title = "Malice, Augustin, Philo et Ninon…"]

Les "tondeuses écologiques" de Moissy-Cramayel

 

Moissy-Cramayel, en Seine-et-Marne, s’est lancée dans l’écopâturage en mai 2016. Chèvres, moutons et brebis ont été installés dans différents endroits de la commune : lycée de la Mare Carrée, école des Grès et collège de la Boétie. Dès leur arrivée, deux des chèvres qui avaient pris leurs quartiers en face du lycée ont donné naissance à 2 chevreaux : Markaré et Milony (noms choisis via la page Facebook de Moissy !).

Les adorables bébés viennent ainsi grossir les rangs des pensionnaires : Malice, Augustin, Philo et Ninon, entre autres. Les stars ont fait également la une du journal municipal, avec ces qualificatifs élogieux : "Tondeuses écologiques", "Fertilisant naturel" ou encore "Protectrices en faune et flore".

 

Ecomouton clé en main

Font florès sites, entreprises et associations spécialisés dans l’accompagnement à l’écopâturage pour les communes. Sur cwww.ecomouton.fr, on apprend comment agir pour la biodiversité… en louant un cheptel de moutons. Ces structures proposent même des services "clé en main". Prenons l’exemple de l’entreprise Moutonchezvous. Elle "installe" des moutons sur votre pelouse "pour un entretien écologique et économique tout au long de l’année". Moutonchezvous se charge aussi de "la gestion de vos espaces verts" et "prend en charge toutes les contraintes liées à ce type d’activité".

>> Lire aussi : Travailler dans un parc naturel national ou régional  et Les collectivités misent sur l'environnement et le développement durable

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les autres articles du dossier : Fonction publique : travailler avec les animaux

    Offres d’emploi en lien avec l’article

    INFOPRO DIGITAL

    Commercial Sédentaire B to B H/F

    Titulaire, Contractuel, CDI, CDD | 22/10/2021 | INFOPRO DIGITAL

    INFOPRO DIGITAL

    Attaché Commercial Sédentaire H/F

    Titulaire, Contractuel, CDI, CDD | 22/10/2021 | INFOPRO DIGITAL

    VILLE DU MESNIL LE ROI

    Responsable du service Urbanisme h/f

    Titulaire, Contractuel | 21/10/2021 | VILLE DU MESNIL LE ROI

    VILLE DU MESNIL LE ROI

    Responsable du service Espaces Verts h/f

    Titulaire, Contractuel | 21/10/2021 | VILLE DU MESNIL LE ROI

    Dossier du mois

    Département de Haute-Savoie - Pourquoi nous rejoindre ?

    DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

    J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

    Les concours en lien avec l’article