En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Emploipublic.fr, le site emploi du secteur public

De militaire à maître-nageur : une reconversion facilitée par Défense mobilité

Sébastien, maître-nageur, ancien militaire ©  L.M.

Sébastien Le Guenno a effectué une partie de sa carrière en qualité de militaire du ministère de la Défense. Après 17 années de service, il veut se reconvertir dans le domaine du sport. Un pari gagnant: Sébastien est aujourd’hui maître-nageur, fonctionnaire territorial du Grand Paris.

« J’ai fait mon service militaire dans le Service de santé des armées (SSA) », témoigne Sébastien Le Guenno. « Tout d’abord à Libourne, à  l’Ecole nationale des officiers de réserve du service de santé des armées [aujourd’hui, l’Ecole de santé des armées, ESA – NDLR ), poursuit-il, puis à la Direction centrale du service de santé des armées.« 

Au bout de deux ans – il avait opté pour un service long –, Sébastien retourne à la vie civile et finalement,… décide de rempiler. « J’ai appelé l’un de mes contacts, qui m’a fait entrer en tant que volontaire du service de santé des armées, raconte-t-il. J’ai bénéficié d’un engagement en qualité de militaire infirmier et technicien des hôpitaux des armées (MITHA) dans le corps des secrétaires médicaux, mais j’ai été formé pour m’occuper des marchés publics. »

L’armée lui a donc appris ce métier. Il l’exerce d’abord à l’hôpital d’instruction des armées Bégin, à Saint-Mandé (Val-de-Marne), puis au sein des hôpitaux Sainte-Anne, à Toulon, et Clermont-Tonnerre, à Brest.

« Dans la pratique, je n’ai jamais fait de secrétariat médical, puisque j’ai toujours été aux achats, sauf  à Brest, puis à l’hôpital d’instruction des armées de Percy », rapporte-t-il. Une prise de poste qui se déroule bien, « mais exigeante et dans laquelle je ne m’épanouissais pas, reconnaît-il. Etant parvenu à mes 17 ans de service, ce qui me permettait d’obtenir mes droits à pension, j’ai eu envie de changer d’horizon et surtout d’être dans le milieu du sport. Dans le secteur hospitalier, il est très difficile de s’entraîner. On doit être disponible en toute circonstance. »

Défense mobilité, partenaire efficace pour se reconvertir

Sébastien Le Guenno commence donc à préparer l’après et apprend qu’au Centre national des sports de la défense (CNSD) existe une formation de maître-nageur dans le cadre de la reconversion. Cette formation diplômante permet d’acquérir le brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS), spécialité activité aquatique et de la natation. En plus,  » j’étais déjà titulaire du brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique (BNSSA), un préalable nécessaire pour pouvoir passer les tests de sélection au CNSD, précise-t-il.

L’armée m’a apporté non seulement un travail, mais aussi une seconde carrière. A 40 ans, je suis remotivé.

Sébastien se renseigne auprès de Défense mobilité. « J’ai été très bien accompagné par cette structure », soutient-il. Il réussit la sélection pour le BPJEPS et suit une formation d’un an en alternance. Il doit donc trouver des piscines pour faire ses stages. Une recherche facilitée par son statut de militaire, qui lui a ouvert des portes, notamment à Clamart.

« J’ai obtenu mon diplôme et j’ai été recruté en juin 2015 par les deux structures où j’ai fait un stage en tant que contractuel », explique-t-il.

Pendant toute sa formation, il est rémunéré et bénéficie d’un congé complémentaire de reconversion.

Un meilleur salaire, grâce aux « emplois réservés »

« Défense mobilité m’a alors recontacté pour me dire que je pouvais bénéficier du dispositif des emplois réservés », poursuit-il. Je suis donc allé voir mon directeur, qui s’est renseigné auprès des ressources humaines.

Financièrement, ce dispositif des emplois réservés est également avantageux.

Au 1er janvier 2016, Sébastien Le Guenno est nommé stagiaire afin de pouvoir ensuite intégrer le statut déducateur territorial des activités physiques et sportives (ETAPS). Après un an de stage, il est titularisé et devient fonctionnaire territorial.

« Financièrement, ce dispositif des emplois réservés est également avantageux : j’ai récupéré 75 % de mon ancienneté militaire, je suis à l’échelon 8, ce qui me permet de gagner 200 euros de plus par rapport à mon statut de contractuel. Je touche également ma pension de militaire, et je peux faire du cumul d’emplois avec des associations. » Et de conclure :  »L’armée m’a apporté un travail, mais aussi une seconde carrière. A 40 ans, je suis remotivé. »

> Lire aussi : Emplois réservés, à qui sont-ils destinés ?

Pour aller plus loin

L.Martin • 19/06/2017

Découvrez nos chaînes thématiques
  • emploipublic territorial Les offres d'emploi des communes,
    des départements, des régions
    et des intercommunalités
  • emploipublic sante social Les offres d'emploi des hôpitaux,
    des établissements médico-sociaux
  • emploipublic etat Les offres d'emploi des ministères,
    services déconcentrés, des
    établissements publics
Les autres sites emploipublic.fr
  • Visiter le site Emploipublic.fr de votre région Toutes les offres d'emploi de
    la fonction publique en région
  • Visiter le site Emploipublic.fr Handicap Toutes les offres d'emploi
    handi-accessibles du secteur public