En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Emploipublic.fr, le site emploi du secteur public

Le prix des discriminations à l’emploi : 150 milliards d’euros

diversite-carre-zinneke2010-l-soete ©  Flickr-CC-by-L.Soete

Pour la première fois, un rapport chiffre le coût des discriminations pour l’économie française. Si l’on en croit cette étude de France Stratégie, dévoilée le 20 septembre, les « écarts non expliqués » représentent la bagatelle de 150 milliards d’euros. Une réserve de croissance colossale ! Décryptage.

France Stratégie, organisme dépendant du Premier ministre, a présenté un rapport chiffrant le coût économique des discriminations sur le marché de l’emploi, le 20 septembre 2016, en présence de la ministre du Travail Myriam El Khomri notamment. Si « les écarts inexpliqués » étaient réduits, le gain en termes de valeur ajoutée pourrait représenter 3 % du PIB.

Mardi 20 septembre 2016, Myriam El Khomri, ministre du Travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, a reçu les journalistes à un point presse, accompagnée de Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l’enfance et des droits des femmes, et de Patrick Kanner, ministre de la Ville, jeunesse et sports.

Jean Pisani-Ferry,  commissaire général de France Stratégie a présenté le rapport sur le coût économique des discriminations commandé par les ministères en août 2015. Il évalue donc le coût économique des discriminations, ainsi que leur impact sur la croissance et la richesse nationales. Il fait suite à une proposition du groupe de dialogue sur les discriminations au recrutement et dans l’entreprise, présidé par Jean-Christophe Sciberras.

 

Chiffrer le coût des discriminations, « cela n’avait jamais été fait »

« Quand la question nous a été posée, nous étions embarrassés, explique Jean Pisani-Ferry. Cela n’avait jamais été fait. Seuls des travaux américains récents montrent que 94 % des médecins, en 1960, étaient des hommes blancs, qui ne représentent un tiers de la population américaine. Nous avons travaillé sur cette base avec une méthodologie originale. Les résultats nous ont surpris ! Avec le travail mené aux Etats-Unis, nous sommes passés de 94 % à 60 %, avec une meilleure allocation des talents. »

Les leçons de ce travail ? Nous opposons mesures économiques et réformes sociales. Il arrive qu’on doive arbitrer entre les deux, mais les deux peuvent se conjuguer. [Jean Pisani-Ferry, commissaire général de France Stratégie].

 

Comment ça se mesure, les discriminations ?

La discrimination à l’emploi se mesure de 3 manières :

  1. par des enquêtes de « victimation« , qui sont très subjectives (on sonde le ressenti des « victimes »),
  2. par le testing
  3. et par les statistiques.

C’est cette troisième méthode, jugée « plus juste et plus complète », qui a été choisie par France Stratégie. Les statistiques permettent en effet d’analyser les écarts de situation, notamment les « écarts inexpliqués ». Par exemple, à qualification égale, sur un même poste, dans une même collectivité, un écart salarial entre un homme et une femme.

D’autres paramètres, en revanche ne sont pas mesurables : le réseau (or, il est très important notamment dans la recherche d’emploi) et le comportement propre à chaque individu lors d’un entretien d’embauche, puis au travail…

 

L’origine des parents et le lieu de résidence

L’étude a étudié des personnes catégorisées selon les critères du sexe, de l’origine des parents et du lieu de résidence (notamment les personnes résidant en ZUS-zone urbaine sensible). France Stratégie indique que « les personnes nées à l’étranger ont été exclues de l’étude car cette méthode ne peut s’appliquer à la maîtrise ou non maîtrise de la langue ».

 

Depuis 25 ans, ces écarts inexpliqués

Depuis 25 ans, plusieurs constats peuvent être dressés, indiquent les auteurs du rapport.

  • Un meilleur accès à l’emploi pour les femmes. L’évolution de la probabilité d’être en emploi entre 1990 et 2014 est représentée par une courbe ascendante pour les Françaises sans ascendance migratoire directe (parents étrangers). En 1990, le taux d’emploi des femmes était inférieur de 25 points. En 1994, il est de 10 points.
  • En revanche, pour les femmes d’origine africaine (parents africains), ce taux est passé de 30 à 25 points.
  • Les hommes et les femmes d’origine africaine sont discriminés de la même façon dans l’accès à l’emploi.
  • Concernant les taux de chômage : les écarts de taux se sont résorbés pour les Français, mais ils ont plus importants pour les descendants d’immigrés et les DOM !

 

Des écarts salariaux « stables et importants »

Les écarts salariaux demeurent stables et importants entre les hommes et les femmes. Les femmes restent pénalisées, avec des salaires (public et privé confondus) inférieurs en moyenne de 12 à 13% par rapport à ceux des hommes. Ces chiffres varient toutefois suivant les organismes, le pourcentage est de 19 % pour les femmes cadres.

>> Lire aussi : Fonction publique territoriale : l’inégalité professionnelle en chiffres

 

Et si ces discriminations disparaissaient ?

Les agents de France Stratégie ont travaillé plusieurs scénarios de réduction des écarts. Ils ont réduit soit les écarts salariaux, soit le taux d’emploi, soit la part de temps partiel ou bien encore le taux d’emploi égalitaire.

Dans le scénario 2, qui cumule meilleur accès aux postes qualifiés et hausse des taux d’emploi, 97 % de l’effet sur le PIB s’explique par une hausse de l’accès aux postes qualifiés et des taux d’emploi des femmes et 3 % par celle des hommes. Dans cette hypothèse; le gain économique serait de 150 milliards d’euros, et de 2 % en PIB, ainsi qu’une réduction de 0,5% de dépense publique (paiement du chômage).

el-khomri-2-wikimediaMyriam El Khomri (photo) a commenté ces chiffres : « Notre rôle est de rappeler le droit et de réveiller les consciences […] Ce rapport est une première dans notre pays. Vous nous aidez à franchir le cap pour saisir les dégâts causés par les discriminations à l’origine d’un sentiment d’injustice, cela menace notre cohésion sociale. »

Elle a ensuite annoncé une grande campagne de testing (« nous serons intraitables avec ceux qui prendront des mesures cosmétiques »), une convention en cours avec le Défenseur des droits pour mobiliser l’inspection du travail et « punir ». Pôle Emploi doit préparer un kit de services pour les DRH « non discriminants », de l’offre d’emploi au processus de recrutement.

 

Rédiger les offres d’emploi de manière non discriminante

Comme nous l’avons expliqué sur Emploipublic.fr, la façon de rédiger une offre d’emploi peut se révéler discriminante. Ainsi, un libellé de poste rédigé en « écriture mixte », « directeur-directrice » par exemple, serait moins bloquant et favoriserait, chez une femme, l’initiative de candidature, souligne l’Association des DRH de grandes collectivités.

>>  Lire aussi : Inégalités hommes-femmes : des DRH de grandes collectivités dénoncent

D’autres annonces au ministère du travail :

  • la campagne « Sexisme, pas notre genre » (lire encadré),
  • l’employeur devra rembourser à Pôle Emploi le chômage si le licenciement est discriminatoire ou fait suite à du harcèlement moral ou sexuel,
  • La création d’une possible action de groupe pour attaquer collectivement les discriminations en entreprise ou dans un service public.
Chiffres-clés

Les inégalités hommes-femmes en 10 chiffres

Ces chiffres sont rappelés sur le site du ministère de Laurence Rossignol, suite à la campagne « Sexisme, pas notre genre » :

  • 16 % des maires sont des femmes,
  • Les hommes gagnent 19,2 % de plus que les femmes,
  • 30 % des femmes et 7 % des hommes à temps partiel,
  • 1 femme dirige une entreprise du CAC 40,
  • 4 % de femmes chefs d’orchestre.

Ajoutons à ces chiffres du ministère ceux concernant des métiers de la fonction publique très « genrés » :

  • 4 % de femmes pompiers,
  • 20 % de femmes policiers municipaux,
  • 99 % de femmes au concours d’éducateur de jeunes enfants.

>> Lire aussi : Polices municipale et nationale, gendarmerie, quelle place pour les femmes ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

C.Cathiard • 27/09/2016

Découvrez nos chaînes thématiques
  • emploipublic territorial Les offres d'emploi des communes,
    des départements, des régions
    et des intercommunalités
  • emploipublic sante social Les offres d'emploi des hôpitaux,
    des établissements médico-sociaux
  • emploipublic etat Les offres d'emploi des ministères,
    services déconcentrés, des
    établissements publics
Les autres sites emploipublic.fr
  • Visiter le site Emploipublic.fr de votre région Toutes les offres d'emploi de
    la fonction publique en région
  • Visiter le site Emploipublic.fr Handicap Toutes les offres d'emploi
    handi-accessibles du secteur public