En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Emploipublic.fr, le site emploi du secteur public

« J’ai réussi le concours de la répression des fraudes » – Fonction publique

Magali Rosmorduc, direction départementale de la protection de la population, Sarthe ©  L. Martin

C’est à la suite d’une reconversion professionnelle que Magali Rosmorduc, contrôleur à la direction départementale de la protection de la population de la Sarthe, a décidé de passer le concours de la répression des fraudes. Un concours qu’elle a préparé seule…

« Après avoir travaillé dix ans dans le secteur de la grande distribution, j’ai constaté que j’avais fait le tour de mon métier », raconte Magali Rosmorduc. La jeune femme s’oriente donc vers une reconversion professionnelle dans un secteur où elle pourra toujours être en contact avec du public.

« Mon conjoint travaille à la répression des fraudes, j’ai donc connu le métier que j’exerce aujourd’hui à travers lui », dit-elle. Le choix du métier de contrôleur de la CCRF (Concurrence, consommation et répression des fraudes) lui a alors paru être une évidence : « Je savais qu’il me permettrait de m’enrichir intellectuellement, explique-t-elle, et de rester en contact avec des professionnels et des consommateurs. »

Haute teneur en matière grise
  • L’enrichissement intellectuel permanent qu’apporte ce métier est aussi souligné par Marie, également contrôleuse à la DGCCRF.

Concours de la répression des fraudes : deux options

Magali Rosmorduc a passé le concours de la CCRF à deux reprises. Elle l’a préparé de la même manière, mais dans des conditions radicalement différentes. « La première fois, j’avais terminé mon ancien travail en décembre et la première épreuve du concours était en janvier, indique-t-elle. J’étais dans un grand état de fatigue et je n’étais pas très réceptive. »

Lorsqu’un candidat décide de passer le concours de la répression des fraudes, il a le choix entre l’option scientifique et l’option économique. Bien qu’elle ait fait une école de commerce, Magali Rosmorduc a choisi la première, plus précisément la biologie, car est elle également titulaire d’une maîtrise de biochimie.

Une préparation intensive pendant un an

La seconde fois, elle a préparé le concours en amont pendant un an. A partir de janvier, elle s’y est consacrée à 100 %. « Il est impératif de se fixer un programme et de s’y tenir, conseille-t-elle. Les grandes thématiques du concours sont affichées sur le site de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), ce qui permet de s’y préparer.  » Elle a donc révisé successivement chaque thématique, en faisant des fiches.

Il est impératif de se fixer un programme, et de s’y tenir.

Il est également possible de se préparer au concours dans un institut de préparation à l’administration générale (IPAG).

Présélection par QCM de culture générale…

Le concours commence en région, en janvier, avec un QCM de culture générale, français, logique et des questions scientifiques. « Si on réussit le QCM, on part à Paris pour passer une épreuve de français composée d’un résumé de texte et de deux questions en lien avec le sujet », fait-elle savoir.

Si on réussit le QCM, on part à Paris pour passer les épreuves écrites.

Il y a également une épreuve scientifique ou économique, selon l’option choisie, il s’agit d’une question sans support. Et une troisième épreuve de langue, facultative.

La finale : un examen oral de trente minutes

Lorsque les candidats réussissent les écrits, ils doivent ensuite passer un examen oral de 30 minutes avec une présentation de leur parcours pendant 10 minutes. Suivent une série de questions-réponses sur leur expérience et-ou une mise en situation.

A noter

Un concours très sélectif

  • Le concours de la CCRF est très sélectif. Lorsque Magali a passé le concours, sur les 400 candidats de l’option scientifique, seuls 7 ont été admis et 9 ou 10  personnes ayant choisi l’option économique ont été reçues, sur 600 candidats.

Un stage d’intégration d’une semaine

Une fois le concours réussi, les lauréats suivent un stage d’intégration d’une semaine dans une direction départementale, avant d’intégrer l’Ecole nationale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (ENCCRF) à Montpellier. En formation d’octobre à mai, ils partent ensuite en stage de titularisation pendant trois mois. Au 1er septembre, ils intègrent leur administration, avant d’être titularisés fin septembre.

Pour aller plus loin

L.Martin • 15/12/2014

Découvrez nos chaînes thématiques
  • emploipublic territorial Les offres d'emploi des communes,
    des départements, des régions
    et des intercommunalités
  • emploipublic sante social Les offres d'emploi des hôpitaux,
    des établissements médico-sociaux
  • emploipublic etat Les offres d'emploi des ministères,
    services déconcentrés, des
    établissements publics
Les autres sites emploipublic.fr
  • Visiter le site Emploipublic.fr de votre région Toutes les offres d'emploi de
    la fonction publique en région
  • Visiter le site Emploipublic.fr Handicap Toutes les offres d'emploi
    handi-accessibles du secteur public